Malâmati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 5 janvier 2020 à 17:05 et modifiée en dernier par WikiCleanerBot (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

Un malâmatî ou melâmî[1] (« celui qui cherche le blâme », de l’arabe ملام « malâm » ou ملامة, « malâma »: blâme, critique, reproche) est un soufi qui, par souci de sincérité, fait exprès de se comporter de manière presque contraire à ce qu’il est vraiment, même si cela doit lui causer des ennuis et le discréditer publiquement. Cette attitude singulière, basée sur le rejet de tout formalisme ou extériorité de la spiritualité, se développa à partir du Khorassan (Nord-Est de l’Iran) au IXe siècle. 'Abd ar-Rahmân as-Sulamî, qui en fut l'un des principaux protagonistes, explique que « la voie du blâme (Malâmatiyya) [consiste] à ne montrer rien de bien et ne cacher rien de mal ». Par la suite, ce courant fut important dans l'ensemble de l'Empire ottoman[1].

Notes et références

  1. a et b Ballanfat, Paul., Unité et spiritualité le courant Melâmî-Hamzevî dans l'Empire ottoman, L'Harmattan, (ISBN 9782336008646, OCLC 848070094, lire en ligne)

Bibliographie

  • Alexandre Popovic et Gilles Venstein (Dir.) Les voies d'Allah. Les ordres mystiques dans l'islam des origines à aujourd'hui, Paris, Fayard, 1996 (ISBN 978-2-213-59449-1)
  • Sulamî, La lucidité implacable. Épitre des Hommes du Blâme, traduit de l'arabe et présenté par Roger Deladrière, Arléa, 1991, 124 p., (ISBN 2-86959-108-X)

Articles connexes