Mekonnen Endelkachew

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Makonnen Endalkatchew)

መኮንን እንዳልካቸው
Mekonnen Endelkachew
Illustration.
Fonctions
Premier ministre d'Éthiopie

(14 ans)
Monarque Haïlé Sélassié Ier
Prédécesseur Wolde Tzaddick (indirectement)
Successeur Abebe Aregai
Maire d'Addis Abeba

(2 ans)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 73 ans)

Mekonnen Endelkachew
Premiers ministres d'Éthiopie

Ras Bitweded Mekonnen Endelkachew (Ge'ez: ራስ ቢትወደድ መኮንን እንዳልካቸው) (1890 - 1963) est un homme politique éthiopien, maire d'Addis Abeba de 1932 à 1934 et plus tard premier Premier ministre de 1943 au . Mekonnen fut également l'auteur de romans et de pièces de théâtre, d'inspiration plutôt pessimiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'est marié deux fois. Son second mariage avec la nièce de l'empereur, la princesse Yeshashework Yilma, a suivi la liaison de Makonnen avec cette femme, mariée au noble tigréan Ras Gugsa Araya Sélassié à l'époque. L'affaire menaçait de détruire l'accord que l'empereur Haile Selassie avait soigneusement mis au point et avait amené Makonnen à être rappelé de son poste de ministre en Grande-Bretagne en 1932 [2]. Après le décès de son premier mari, la princesse Yeshashwork était mariée à Bitwoded Makonnen Demissew et ne se marierait pas avec Makonnen Endalkachew tant qu'elle ne serait pas veuve une seconde fois pendant l'occupation italienne et qu'elle reviendrait d'exil en 1941.

Makonnen a accompagné Haile Selassie lors de sa tournée en Europe du au . Après son rappel de Londres, il a été ministre de l'Intérieur, puis gouverneur de la province d'Illubabor; Gouverneur, il a dirigé les troupes de cette province contre l'invasion italienne sur le front de l'Ogaden, puis s'est exilé de 1936 à 1941 à Jérusalem et a accompagné l'empereur dans son retour en Éthiopie lors de la libération du pays [2]. L’empereur Haile Selassie le nomma ministre de l’Intérieur en , au sein du cabinet créé par Haile Selassie pour réaffirmer l’existence de l’Éthiopie en tant qu’État indépendant, contre le point de vue du War Office britannique selon lequel, depuis que l’Éthiopie était un territoire italien, le L'empereur "ne peut pas reprendre pleinement son statut et ses pouvoirs d'empereur avant la signature d'un traité de paix avec l'Italie". Toutefois, comme le souligne John Spencer, l’Éthiopie a pu s’appuyer sur le principe du postliminium, c’est-à-dire qu’une fois l’occupation ennemie terminée, un État peut agir comme si son existence avait survécu sans interruption. "Après avoir retiré la reconnaissance de la conquête italienne", a déclaré Spencer, "la Grande-Bretagne n'était pas en position de contester l'application de la doctrine du postliminium par l'Éthiopie" [4]. Le conflit entre l'Éthiopie et le Royaume-Uni sur sa souveraineté a dominé leurs relations. pour les prochaines années.

À partir du , date à laquelle l'empereur a créé le poste, Makonnen a été le premier Premier ministre éthiopien jusqu'à son départ à la retraite, le . Bahre Zewde note toutefois que Makonnen "n'était qu'un personnage cérémonial, davantage consacré à des activités intellectuelles qu'à Tsahafe T'ezaz Walda-Giyorgis Walda-Yohannes, Premier ministre de facto [pendant le mandat de Makonnen]. "[5] Spencer note que ses collègues ministres le considéraient" comme un poids lourd. "[3]

Bien que Makonnen ait dirigé la délégation qui représentait l'Éthiopie au sommet de San Francisco qui a créé les Nations unies, il ne participait pas aux débats car il ne parlait ni français ni anglais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]