Makenzy Orcel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orcel.
Makenzy Orcel
Description de cette image, également commentée ci-après

Makenzy Orcel au Festival du premier roman à Laval (France) en 2016

Naissance (33 ans)
Port-au-Prince
Activité principale
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Makenzy Orcel est un écrivain haïtien, né le 18 septembre 1983[1] à Port-au-Prince en Haïti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de linguistique, il abandonne l’université pour se consacrer à l’écriture.

Il participe en 2011, puis en 2012, au Festival des Étonnants voyageurs, à Saint-Malo. Du 8 janvier au 9 mars 2012, il bénéficie d'une bourse de résidence d'écriture à l'IMEC, en Normandie[2]. À la suite du tremblement de terre qui a meurtri Port-au-Prince, le jeune auteur écrit son premier roman : Les Immortelles. Un témoignage insolent, envoûtant, où Orcel choisit de donner la parole à une prostituée, sans pathos. Pour ce roman, il est invité au Festival du Premier Roman de Laval et reçoit  le Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres.

En 2011, il publie Les Latrines (Mémoire d’encrier, 2011) dans lequel il poursuit son exploration des bas-fonds, dans le dédale des bidonvilles de Port-au-Prince.

En 2012, le groupe de réflexion et d’action pour une Haïti nouvelle (GRAHN-Monde) lui décerne le Prix de Littérature d’expression française de l’année.

En 2015-2016, il est en résidence d'écriture en Mayenne, à Laval.

En janvier 2016, Makenzy Orcel publie son 3e roman, L'Ombre animale (Éditions Zulma). Ce travail lui vaut plusieurs prix, dont le prix Louis-Guilloux en 2016[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Douleur de l’étreinte, Deschamps, 2007
  • Sans Ailleurs, Arche Collectif, 2009
  • À l’Aube des traversées et autres poèmes, Montréal : Mémoire d’Encrier, 2010
  • Les Immortelles, Montréal : Mémoire d’Encrier, 2010
  • Les latrines, Montréal : Mémoires d’Encrier, 2011
  • Les Immortelles, Paris : Éditions Zulma, 2012
  • L'Afrique qui vient, Anthologie présentée par Michel Le Bris et Alain Mabanckou, Hoëbeke, 2013
  • Lettres nomades – Collectif, Éditions La Contre Allée, 2014
  • La nuit des terrasses, Éditions La Contre Allée, 2015
  • L'Ombre animale, Éditions Zulma, 2016
  • Caverne suivi de Cadavres, Éditions La Contre Allée, 2017
  • Le chant des collines, Montréal : Mémoire d’Encrier, 2017
  • Miwo Miba, Delmas : Legs Édition, 2017

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres pour Les Immortelles, Mémoire d'Encrier, 2010.
  • 2012 : Prix de Littérature d’expression française GRAHN-Monde.
  • 2016 : Prix Littérature-monde pour L'Ombre animale, Zulma, 2016.
  • 2016 : Prix Louis Guilloux pour L'Ombre animale, Zulma, 2016.
  • 2016 : Prix Ethiophile pour L'Ombre animale, Zulma, 2016.
  • 2016 : Prix Caraïbes de l’ADELF pour L'Ombre animale, Zulma, 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Makenzy Orcel », sur La contre allée (consulté le 17 février 2016)
  2. Haïti-Littérature : L’écrivain Makenzy Orcel en résidence d’écriture en Normandie [En ligne]. AlterPresse, mardi 10 janvier 2012. Disponible sur : http://www.alterpresse.org/spip.php?article12185 [Consulté le 21/02/2012].
  3. Le prix Louis-Guilloux 2016 pour “l'Ombre animale” de Makenzy Orcel Le Nouvel Observateur, 4 mai 2016.