Make-make

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le dieu du peuple Rapanui. Pour la planète naine, voir (136472) Makémaké.
Make-make
Dieu de la mythologie Rapa Nui
Pétroglyphe à l'effigie de Make-make (sous le masque).
Pétroglyphe à l'effigie de Make-make (sous le masque).
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Make make, Make Make, Make-Make, Make-make, Maké-maké, Maké-Maké, Maké Maké
Fonction principale Créateur
Fonction secondaire Fertilité
Représentation Homme à tête de sterne
Lieu d'origine Île de Pâques
Période d'origine XVIIIe siècle
Culte
Région de culte Île de Pâques
Lieu principal de célébration Motu Nui
Symboles
Animal Sterne fuligineuse

Dans la religion du peuple autochtone de l’Île de Pâques, d’origine polynésienne (de Hiva, peut-être Hiva Oa ou Nuku Hiva d’après la tradition orale), Make make, Make Make, Make-Make, Make-make ou Makemake (souvent francisé en Maké-maké, Maké-Maké, Maké Maké ou Makémaké[1]) est le dieu principal de l’île.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Il arriva sur l’îlot Motu Nui et apporta un œuf : celui-ci donna vie aux humains (ce qui rappelle la cosmogonie polynésienne selon laquelle le genre humain proviendrait d’œufs pondus par des oiseaux ayant copulé avec des poissons après la formation de la mer et l’émergence des premières terres, à partir du chaos primordial).

Make make est représenté comme un homme avec une tête de sterne. Plusieurs rituels pour honorer ce dieu ont été observés par l’expédition hollandaise de Jakob Roggeveen en 1722 : les hopu, représentants de chaque clan, sautaient à la mer depuis la falaise d’Orongo, près du volcan Rano Kau, et nageaient à l’aide d’une gerbe de roseaux (Totora) jusqu’à l’îlot Motu Nui, où chaque hopu se postait auprès d’un nid de sterne Mahoke ou Manutara. La volonté de Make-make se manifestait par l’ordre de ponte des œufs : le hopu qui, le premier, voyait pondre la sterne femelle qu’il avait choisi, devait ramener l’œuf à l’ariki nui (« grand guerrier »: le "roi" de l’île). Cet unique œuf recueilli, tout le monde rentrait sans conflits. Selon la tradition orale recueillie par l’explorateur Alfred Métraux, Make-make désignait ainsi parmi les hopu le Tangata manu : l’« homme oiseau » qui était, pour un an, l’arbitre des conflits entre clans sur l’île de Pâques. À ce titre, il était « neutre » et sacré. Le missionnaire Eugène Eyraud assista en 1866 au dernier rituel de l’« homme oiseau »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce culte disparut en même temps que la majeure partie de la population pascuane, décimée en 1862 par les esclavagistes péruviens qui la déportèrent aux îles Chincha ; la population Rapanui actuelle descend surtout d’ouvriers agricoles venus de Rapa et de Mangareva, et est chrétienne[3].

Un culte des ancêtres, celui des Moaï, a précédé celui de Make-make. En 1722, ce culte des ancêtres avait déjà disparu, et la plupart des Moaï (effigies en pierre d’ancêtres divinisés) étaient abandonnés ou inachevés, mais ceux qui avaient été érigés sur des ahu (plate-formes de pierre comme les marae) étaient encore debout. En 1869, lors de l’expédition du navire britannique HMS Topaze, les Moaï gisaient enterrés ou renversés à travers l’île, la population était en voie de christianisation et l’élevage des moutons était en train de faire disparaître les dernières forêts de l’île. Un seul Moaï, au dos sculpté de pétroglyphes représentant l’« homme oiseau » et caché dans une grotte du lieu de cérémonie d’Orongo, était encore l’objet d’un culte de la part des adeptes de Make-make. C’est peut-être pour cette raison que le missionnaire Eugène Eyraud, apprenant que les britanniques souhaitaient emmener un Moaï hors de l’île, leur désigna précisément celui-ci. Les anglais le retirèrent d’Orongo le et depuis, ce Moaï est appelé Hoa Hakananai'a (l’« ami dérobé » en maori de l’île de Pâques). Ramené à Portsmouth le , il est exposé depuis au British Museum de Londres[4].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le film Rapa Nui (1994) retrace la tradition de l’« homme oiseau », mais la représente comme une violente compétition où l’on doit gagner contre les autres et dont le côté sacré est complètement ignoré. En outre, dans le film, le vainqueur fait du chef de son clan l’ariki nui, alors que cette dignité était héréditaire au sein de la lignée Miru, descendant selon la tradition du fils aîné de Hotu Matu'a, le découvreur légendaire de l’île.

Astronomie[modifier | modifier le code]

Article principal : (136472) Makémaké.

En astronomie, le plutoïde Makémaké a été nommé d'après le dieu de l'île de Pâques car il a été découvert le même jour, 283 ans plus tard, que la première visite des Européens sur cette île[5],[6].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. http://books.google.ca/books?lr=lang_fr&um=1&hl=fr&q=%22mak%C3%A9+mak%C3%A9%22+dieu&btnG=Chercher+des+livres
  2. E. Eyraud, Lettres au T.R.P., « Congrégation du sacré-cœur de Jésus et de Marie », dans les Annales de l'Association pour la propagation de la foi, vol.38, Lyon 1866 : 52-61 et 124-138.
  3. Alfred Métraux : Introduction à la connaissance de l'Ile de Pâques, éditions du Muséum national d'histoire naturelle, Paris 1935, relatant les résultats de l'expédition franco-belge de Charles Watelin en 1934.
  4. J. Van Tilburg, HMS Topaze on Easter Island, British Museum, Londres 1992.
  5. (en) Jennifer Blue, « (136472) 2005 FY9 Named Makemake », (consulté le 17 juillet 2008).
  6. (en) Mike Brown, « Mike Brown's Planets - What's in a name? part 2 », (consulté le 14 septembre 2008).
  • Thomas S. Barthel: The Eighth Land : The Polynesian Settlement of Easter Island, Honolulu University of Hawaii 1978

Liens internes[modifier | modifier le code]