Majoie Hajary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Majoie Hajary
Pianist Majoie Hajary (1921 - 2017).jpg

Majoie Hajary en 1951

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Instrument

Majoie Hajary est une pianiste et compositeur de musique contemporaine française, née le à Paramaribo et morte à Neuilly-sur-Seine le 25 août 2017[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Majoie Hajary jeune.

Son père d’origine indienne était diplomate, sa mère était d’origine chinoise et amérindienne du Suriname. Elle vivait en France.

Majoie Hajary a fait ses études au conservatoire de musique d’Amsterdam[2] (professeurs : Wagenaar, Andriessen) Premier prix de piano du conservatoire d'Amsterdam (1943). Concertiste internationale (Amsterdam, Prague, Vienne, New York, Caracas, Berlin…). Elle est arrivée à Paris en 1950 pour se consacrer à la composition : elle y étudie avec Nadia Boulanger et Louis Aubert (composition), Annette Dieudonné (contrepoint), et Yves Nat (piano).

Dans sa musique, elle allie le classicisme de sa formation personnelle avec les sonorités de ses origines : l’Inde, le Suriname avec sa musique aussi variée que colorée ou voisine l'Afrique, l'Asie … et le jazz. Elle demeure la seule musicienne à avoir réussi à transcrire en écriture musicale occidentale les râgas indiens. Pianiste concertiste, grande amie d'Alicia de Larrocha, habillée pendant ses concerts en élégants saris, elle a impressionné le public par ses interprétations magistrales d’œuvres du répertoire classique aussi difficile que la toccata de Schumann, le concerto Op.16 de Grieg, le 3e concerto de Beethoven, ou le Ier concerto de Liszt

Vie privée[modifier | modifier le code]

Majoie Hajary épouse à Paris en 1951 un français, Roland Garros, neveu de l’aviateur et lui-même aviateur, dont elle a eu deux enfants. Elle a deux sœurs dont l’une est professeur de musique au Canada.

Principales compositions[modifier | modifier le code]

Majoie Hajary âgée avec la partition d'une de ses œuvres La Larme d'or.

Publications[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Polyglotte, Majoie Hajary a traduit du néerlandais au français, des ouvrages de nature très différentes, en particulier :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1], sur magazine-presse.sfr.fr
  2. (nl) Paul Van der Steen, « Een verloren dochter van Suriname », NRC,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]