Maite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maite (prononcé Maïté) est un prénom féminin d'origine basque. Mais aussi un nom commun qui signifie « bien-aimé », « chéri », « chérie », « amour » ou un adjectif qui signifie « cher », « chère ».

Au Pays basque espagnol, à l'époque où les prénoms en langue basque étaient interdits, les parents enregistraient le nouveau-né avec le prénom « Maria Teresa », et donc, pouvaient appeler leur enfant « Maite[1] ».

Étymologie[modifier | modifier le code]

La forme Maite, ainsi que ses variantes Maitena, Maitetxu et Maïtena, sont des prénoms basques qui signifient « aimée »[2], le mot basque maite signifiant « aimer » ou « cher »[3].

Selon la commission d'onomastique de l'Académie de la langue basque, dans le dictionnaire des prénoms (Euskal Izendegia), plusieurs prénoms féminins ont Maite pour origine étymologique: Maitagarri, Amate, Maitane, Mattane, Maitasuna, Maiteder, Maitele et Maitena[4],[5].

Variantes[modifier | modifier le code]

On trouve la forme francisée Maïté ou Maïtée[2].

Date de fête en France[modifier | modifier le code]

Les Maïté sont fêtées le 7 juin, comme les Marie-Thérèse[2].

Personnes portant ces prénoms[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (eu) Pertsona-izenak : Maite.
  2. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des prénoms, Paris, Larousse, , 675 p. (ISBN 978-2-03-583728-8), p. 416.
  3. Projet Babel
  4. (eu) Emakumezkoen ponte-izenak [PDF] (Liste de prénoms basques féminins), base de données d'Onomastique de l'Académie de la langue basque ou Euskaltzaindia, avec la graphie académique actuelle ainsi qu'éventuellement l'équivalent du prénom français et espagnol. Recherches complémentaires en basque sur l'origine du prénom.
  5. (eu + fr) Xarles Bidegain, Izendegia : Prénoms basques, Donostia; Baiona, Elkarlanean Argitaletxea, , 226 p. (ISBN 9782913156258 et 2913156258, OCLC 44746960), p. 134