Maisons sans escalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maisons sans escalier
Appartement n°2.gif
Plan d'un appartement.
Présentation
Type
Destination actuelle
Architecte
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
54 rue DaguerreVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Saint-Étienne

(Voir situation sur carte : Saint-Étienne)
Point carte.svg

Les Chalets de Bizillon, ou Maisons sans escalier, sont deux immeubles de logement identiques, construits par l'architecte Auguste Bossu aux numéros 54 et 56 du boulevard Daguerre, à Saint-Étienne, l'un en 1933 et l'autre en 1939-1940.

Description[modifier | modifier le code]

Leur nom provient du cabaret dit « chalet de Bizillon » qui occupait le site antérieurement. Ils sont composés de 36 logements chacun, répartis sur six étages. Ces appartements sont organisés autour d'un volume central éclairé par une coupole en béton armé percée de briques de verre. Cet espace ne comporte ni ascenseur, ni escalier mais une rampe hélicoïdale à faible pente, d'où le nom de Maisons sans escalier. L'entrée des immeubles s'ouvre sur des jets d'eau entourés de compositions minérales.

La façade est composée d'un enchaînement de deux formes géométriques : un cercle et un hexagone. Elle présente ainsi un plan circulaire, rythmé par six arêtes saillantes.

« La maison sans escalier ! La maison de demain. Pourquoi ?

L'escalier est un moyen barbare de monter les étages. Les marches imposent à tous le même pas : aux enfants comme aux vieillards, aux malades comme aux bien portants.

Avec notre montée par galerie en plan incliné, chacun fait le pas qui lui convient, long ou court, rapide ou lent, comme on le fait sur le trottoir.

Notre galerie est d'une pente douce, elle se déroule autour d'une belle cour intérieure en jardin. »

— citation d'Auguste Bossu, dans des documents publicitaires de l'époque

Les façades et les terrasses du premier immeuble, ainsi que son espace intérieur avec la cour, la rampe d'accès hélicoïdale, les façades et les verrières, ont été inscrits aux monuments historiques par un arrêté du 21 février 1989[1].

Coordonnées[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]