Maison du film

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison du film
Logo de l’association
Logo de la Maison du film
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
Fondation
Fondation 1987
Fondateur Aubert Allal, Magali Noaro
Origine Précédemment Coopérative du court métrage et maison du film court
Identité
Siège

Paris

Drapeau de la France France
Présidente Isabel Segovia
Délégué général Richard Sidi
Membres 1 200 adhérents
Publications Coopérages (1993-1995)
Tournage (1996-2000)
Site web http://maisondufilm.com

La Maison du film est une association régie par la loi de 1901, créée en 1987. Elle a pour mission de soutenir la création cinématographique et développe à ces fins diverses actions (formations, mise en réseau, aides et résidences artistiques).

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts et la Coopérative du court métrage[modifier | modifier le code]

En décembre 1986, Magali Noaro et Aubert Allal, respectivement comédienne et producteur-réalisateur, fondent la Coopérative du court métrage (CCM) dans le but de "faire aboutir leur désir d’images en toute liberté, hors des circuits de financement classiques". L'association est officiellement crée et déclarée à en préfecture le [1]. Ils sont vite accompagnés par Marc Delhiat[2]. Correspondant à un réel besoin, la toute nouvelle association capte très vite un certain nombre d’adhérents[3] en travaillant d’emblée sur les terrains de l’accueil et du brassage des compétences[4]. C'est très vite plus de 200 films qui sont aidés[5]. Elle met en place un comité de lecture de scénarios, négocie des tarifs préférentiels auprès des fournisseurs, organise des projections...

Longtemps gérée par des bénévoles passionnés qui forment autant d’équipes successives, l’association se structure peu à peu en embauchant des objecteurs de conscience puis ses premiers salariés sous forme de contrats soutenus par des aides publiques. Un noyau dur commence à se constituer autour de personnalités qui depuis ont occupé diverses fonctions dans le secteur cinématographique (parmi lesquelles Guillaume Esterlingot, Pascal Pérennès, Darielle Tillon, Jean-Marc Rudnicki, Robin Barataud) et le bénévolat tend à devenir l’exception.

Un nouveau départ : la Maison du film court[modifier | modifier le code]

À la date symbolique du [6], sur décision de son bureau approuvée par l’ensemble des adhérents, la Coopérative du Court Métrage devient la Maison du film court (MFC). En prenant ainsi un nouveau départ, elle éteint toute ambiguïté quant à sa nature (c’est une association sans but lucratif) et se positionne clairement comme un lieu d’échange et de rencontres en amont du jeune cinéma. Dans le même mouvement, son ancien bulletin, Coopérages[7] devient Tournage, revue bimestrielle du film court[8].

En janvier 1997, de par la volonté du président du Conseil d’administration, le poste clef de délégué général est enfin pourvu par un contrat à durée indéterminée, afin d’ancrer le travail de l’association dans la durée. Épaulée par une équipe de six personnes, la toute nouvelle déléguée générale entreprend un travail de diversification des services et de développement de partenariats en travaillant directement sur le terrain.

En 2003, l'association mets en place des dispositifs d'aide à des films, les Labels de la Maison du Film Court, avec un apport en industrie technique. Parmi les cinéastes primés, on compte notamment Yann Gonzalez[9] .

Une ouverture à tous les genres : la Maison du film[modifier | modifier le code]

L’association n’a cessé de développer ses activités, devenant la voix de tous les genres cinématographiques, du court au long métrage. En conséquence, en 2016, elle changea son nom pour la Maison du film (MdF), cette nouvelle appellation correspondant plus à la réalité des missions de l'association[10],[11].

Missions et actions[modifier | modifier le code]

L'association propose un ensemble varié d’actions, allant de la formation à l’accompagnement[3], du relais des offres de collaborations à l’annonce des projections et autres évènements adaptés à ses publics.

Missions[modifier | modifier le code]

La Maison du film a les missions suivantes :

  • Intégrer des tournages, forger des expériences, constituer et intégrer des réseaux ;
  • Participer à des aventures de création[12] ;
  • Développer des projets de films ;
  • Disposer d'images permettant de promouvoir son travail ;
  • Former aux métiers du cinéma, et aux réalités professionnelles de ces métiers[13].

Actions[modifier | modifier le code]

L'association développe plusieurs actions :

  • Un réseau national de professionnels du cinéma ;
  • Des accompagnements du court au long métrage ;
  • Des aides au développement de carrière ;
  • Des formations sur tous les métiers du cinéma ;
  • Des aides à la production : Labels Maison du film, Aide SACEM / MdF [14];
  • TRIO, une résidence de musique de film [15] ;
  • Des guides ;
  • Des rencontres et projections ;
  • Des concours ou dispositifs sélectifs d’aide aux projets en partenariat avec d’autres structures (concours HLM sur court en partenariat avec l’Union sociale pour l'habitat[16], dispositif « A 50 ans, elles crèvent l’écran »[17]) ;
  • Des accompagnements en écriture pour les auteurs soutenus par une collectivité territoriale (accompagnement de l'aide à l’écriture de la région Ile-de-France).

Adhérents[modifier | modifier le code]

En 2018, la Maison du film comptait 1 217 adhérents dont 47 % de femmes et 53 % d’hommes. Parmi eux, se trouvaient 546 auteurs – réalisateurs, 95 producteurs, 200 techniciens, 611 comédiens et 65 compositeurs.

Organisation[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Période Nom Notes
Aubert Allal
Patrice Carré
Patrick Zocco
Jacky Evrard
? - 2010 Jean-Yves Bloch[18]
2010 - 2011 Anne Zinn Justin
Caroline Rochefort
? - 2014 Philippe Bourgogne
Depuis 2014 Isabel Segovia

Délégués généraux[modifier | modifier le code]

Période Nom
1995-1997 Pascal Pérennes
1997-2003 Sonia Jossifort
2004-2011 Julien Chollat-Namy
Depuis 2011 Richard Sidi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Officiel, 9 avril 1987
  2. « La passion Nexon », sur LExpress.fr, (consulté le 27 août 2019)
  3. a et b Par Marie OttaviLe 30 décembre 2000 à 00h00, « La Maison du film court aide les futurs cinéastes », sur leparisien.fr, (consulté le 27 août 2019)
  4. « COMMENT FAIRE COURT? », sur L'Humanité, (consulté le 27 août 2019)
  5. Centre France, « Marc Délhiat quittera demain ses fonctions de directeur du pôle Sirque de Nexon », sur www.lepopulaire.fr, (consulté le 27 août 2019)
  6. Catalogue du festival du court métrage de Clermont-Ferrand 1996, Sauve qui peut le court métrage, , p. 45
  7. « Notice catalographique de la revue Coopérages », sur Ciné-Ressources (consulté le 27 août 2019)
  8. « Notice catalographique de la revue Tournage », sur Ciné-Ressources (consulté le 27 août 2019)
  9. Label 03 pour son film "Je vous hais petites filles".
  10. « La Maison du Film, partenaire-clé du cinéma et de l'audiovisuel », Écran total, no 1206,‎ (lire en ligne)
  11. Aymeric Hays-Narbonne, « LA MAISON DU FILM : UNE MAISON POUR TOUS ! », sur Reca Animation, (consulté le 27 août 2019)
  12. Anne Bennet, Pistes de réflexion pour consolider la production et améliorer la diffusion du court métrage, Paris, , 118 p. (lire en ligne), p. 26
  13. Publié par Florent Dommange | 30 Juil et 2019 | Actus du spectacle, « La Maison du Film renouvelle son offre de formation », sur Profession Spectacle le Mag', (consulté le 27 août 2019)
  14. « Maison du Film Court : Aide à la création de musique originale | Format Court », sur www.formatcourt.com (consulté le 27 août 2019)
  15. « La musique de film... au premier plan », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 27 août 2019)
  16. « Semaine de l'innovation Hlm », sur L'Union sociale pour l'habitat (consulté le 27 août 2019)
  17. « “A 50 ans, elle crève l’écran !” », sur Secrétariat d'Etat chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations (consulté le 27 août 2019)
  18. « Jean-Yves Bloch - Rencontres cinematographiques de Dijon », sur www.rencontres-cinematographiques-de-dijon.fr (consulté le 27 août 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maison du Film, Carnet de présentation de l'association, Paris, Maison du Film, , 23 p.
  • Richard Sidi, Savoir optimiser un scénario, Paris, Scope Éditions, Maison du Film Courtrt, coll. « Tournage », , 189 p. (ISBN 2-912573-24-6)
  • Vivien Villani, Guide pratique de la musique de film, Paris, Scope Éditions, Maison du Film Court, coll. « Tournage », , 239 p. (ISBN 978-2-912573-18-6)
  • Olivier Saint-Vincent, Raphaël Saint-Vincent, Rémi STV Jacquinot, Le guide pratique du storyboard, Paris, Scope Éditions, Maison du Film Court, coll. « Tournage », , 125 p. (ISBN 2-912573-11-4)
  • Céline Maugis, Produire des courts métrages, Paris, Scope Éditions, Maison du Film Court, , 107 p. (ISBN 2-912573-09-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]