Maison du Sagittaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison du Sagittaire
Amiens, Maison du sagittaire (3).JPG
Présentation
Type
Façade
Style
Renaissance
Architecte
Charles Bullant
Construction
Propriétaire
Ville d'Amiens
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Province
Région
Département
Commune
Adresse
Passage du Logis-du-RoiVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Hauts-de-France
voir sur la carte des Hauts-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Somme
voir sur la carte de la Somme
Red pog.svg

La Maison du Sagittaire est située dans le centre ville d'Amiens dans le département de la Somme.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette maison, datant du XVIe siècle, était autrefois un commerce appartenant à Jean Bultel, un drapier de Corbie qui l'avait fait édifier en 1593[1]. Située rue des Vergeaux près de la poste actuelle, elle fut détruite lors du bombardement allemand du 19 mai 1940, au début de la Seconde Guerre mondiale. Sa façade avait été ignifugée pendant l'entre-deux guerres ce qui la protégea de l'incendie consécutif au bombardement. La façade est protégée au titre des Monuments historiques (classement par arrêté du 21 décembre 1941)[2].

Après 1945, la façade fut démontée pierre à pierre et remontée devant un nouveau bâtiment tout à côté du Logis du Roi avec lequel elle communique désormais.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La façade en pierre blanche de la maison s'élève sur trois niveaux, elle est de style Renaissance même si les deux grandes baies qui la composent sont encore d'inspiration gothique. On attribue sa construction à Charles Bullant, neveu de Jean Bullant, architecte du château d'Ecouen. Cette façade est richement décorée de sculptures dont deux petits sagittaires qui donnèrent leur nom à la maison[2]. Une Vierge à l'Enfant et des sculptures allégoriques telles l’Affliction représentée par une femme enchaînée armée d’un poignard dont elle se transperce la poitrine et la Piété figurée par une autre femme qui tient dans ses bras une cigogne, tandis qu’une autre cigogne apporte dans son bec un serpent, symbole de la piété filiale. Ce serait une allusion à la duchesse de Longueville, mère du Gouverneur de Picardie, enfermée avec ses trois filles au Logis du Roi, de 1589 à 1592, selon Jacques Foucart[3]. Ces thèmes allégoriques sont inspirées de l'Iconologie de Cesare Ripa[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adélaïde Barbey (sous la direction de), Guide bleu Picardie, Aisne, Oise, Somme, Paris, Hachette Livre, 1993, p. 169
  2. a b et c Notice no PA00116072, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. http://www.richesses-en-somme.com/sculptures/fa%C3%A7ades-ami%C3%A9noises/

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]