Maison du Paon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison du Paon
Maison du Paon 02.JPG
Présentation
Type
Destination actuelle
brasserie
Style
Construction
1697
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg

La « Maison du Paon » (De pauw en néerlandais) est une maison de style baroque située au numéro 35 de la Grand-Place de Bruxelles en Belgique, entre la « Maison du Heaume » et la « Maison du Petit Renard et du Chêne », au nord de la place.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la destruction des maisons de la Grand-Place lors du bombardement de la ville par les troupes françaises commandées par le maréchal de Villeroy en août 1695, la maison fut réédifiée en 1697 comme l'attestent les cartouches situés sous le pignon.

La « Maison du Paon » a été restaurée en 1882 par l'architecte Victor Jamaer et a été repeinte en 1984[1].

Le propriétaire actuel, un grand brasseur belge, a entièrement restauré l'intérieur du bâtiment. Son rez-de-chaussée, son entre-deux et son premier étage abritent d'ailleurs une brasserie.

Architecture[modifier | modifier le code]

La « Maison du Paon » possède la seule façade peinte en blanc de la Grand-Place de Bruxelles, avec sa voisine la « Maison du Petit Renard et du Chêne ».

Cette façade de trois travées, rehaussée de dorures, possède un rez-de-chaussée, un entresol, deux étages et un pignon, séparés les uns des autres par des cordons moulurés alignés sur ceux de la « Maison du Petit Renard et du Chêne » et de la « Maison de Sainte-Barbe ».

Le premier étage est orné de grandes fenêtres à meneaux dont les allèges sont ornées d'un paon doré, pour la travée centrale, et de balustres torses rehaussés de dorures, pour les travées latérales.

Le deuxième étage présente une structure similaire, sauf que les balustres torses ornent l'allège centrale, les allèges latérales étant ornées de guirlandes de fruits dorés.

La façade est couronnée par un pignon assez sobre comportant trois travées et trois fenêtres. La travée centrale comprend une fenêtre à piédroits et impostes saillants portant un arc en plein cintre à clef saillante, encadré d'un panneau rectangulaire qui repose sur les impostes et intègre un œil-de-bœuf ovale surmonté d'un larmier doré. Les allèges des fenêtres latérales du pignon portent des cartouches mentionnant l'année de reconstruction de l'édifice (1697).

Ce pignon porte deux boules dorées à ses extrémités et est sommé d'un petit fronton triangulaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Patrimoine monumental de la Belgique, Volume 1B, Bruxelles, Pentagone E-M, Pierre Mardaga éditeur, 1993, p.156