Maison de la dernière cartouche (musée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée : Maison de la dernière cartouche
Entrée du musée et place de la Légion d'honneur.
Entrée du musée et place de la Légion d'honneur.
Informations géographiques
Pays France
Ville Bazeilles
Adresse avenue de la Dernière cartouche
Coordonnées 49° 40′ 54″ nord, 4° 58′ 30″ est
Informations générales
Date d’inauguration 1969
Collections décorations, peintures, photographies, dessins

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée : Maison de la dernière cartouche

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

(Voir situation sur carte : Ardennes)
Musée : Maison de la dernière cartouche

La Maison de la dernière cartouche est un musée consacré aux combats de la bataille de Sedan, dans la ville de Bazeilles. Ce musée est lui-même installé dans un bâtiment historique qui abrita les combattants de la Division Bleue.

Histoire du musée[modifier | modifier le code]

Le musée au début du XXe siècle.

Dans cette maison, une auberge à l'époque, l'auberge Bourgerie, s'est déroulé un des hauts faits de la guerre franco-allemande de 1870.

Les troupes de marine française y ont résisté avec obstination, des heures durant, et jusqu'aux dernières cartouches tirées au compte-goutte. La dernière cartouche fut tirée par le capitaine, Arsène Lambert, qui commandait les quelques hommes retranchés dans ce fortin improvisé. Les survivants furent épargnés grâce à un officier bavarois impressionné par leur courage[1]. Mais les troupes bavaroises se livrèrent à des massacres dans le village, exaspérés par la résistance des marsouins et par la participation de civils français aux combats[2],[3].

Peu de temps après la guerre, le propriétaire de l'auberge a créé un premier espace souvenir dans ce lieu de mémoire[4]. Le bâtiment a été racheté en 1899 par le journal Le Gaulois grâce à une souscription publique et a rouvert le 5 mai de cette même année. Le Souvenir français le prend en charge en 1909[5]. Mais le musée ne s'est développé réellement qu’à partir de 1950, sous l’impulsion du Comité national des Traditions des Troupes de marine, propriétaire des collections[4]. Il a été rénové le 11 septembre 2005.

Description[modifier | modifier le code]

Le tableau d'Alphonse de Neuville.
Dernière ancre .

Au rez-de-chaussée est exposée une collection permanente de souvenirs et de documents liés à cet épisode de la guerre de 1870.

A l'étage, des salles gardées en l'état montrent les combats et les restes d'objets du village, clef de l'église brulée, drapeaux d'ambulances mobiles. Ainsi qu'une collection de casques, sabres, décorations et photographies de l'époque. On retrouve le décor du tableau d'Alphonse de Neuville.

L’achat, en 1960, du tableau Les dernières Cartouches peint en 1873 par Alphonse de Neuville a enrichi les collections du musée. Cette peinture avait eu un grand retentissement au moment de sa création.

« Devant cette icône de l'héroïsme patriotique, la France vaincue recouvrait sa fierté blessée »

— Sylvie Patry, conservateur au musée d'Orsay[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Monument aux troupes de marine[modifier | modifier le code]

Derrière le bâtiment se trouvent un monument aux troupes de marine et un local pour les anciens avec le drapeau de la Dernière ancre.

Monument du cimetière.

Ossuaire[modifier | modifier le code]

Un ossuaire rassemblant les corps de plusieurs milliers de soldats, français et allemands, tués dans les combats à Bazeilles, a également été construit entre 1876 et 1878, à proximité du musée. Il se présente sous la forme d’une crypte semi-souterraine, constituée de quatorze alvéoles, séparés en deux par une allée centrale. Les corps des soldats français y reposent à droite, ceux des soldats bavarois à gauche. Cette crypte est surmontée d'une terrasse sur laquelle est érigé un monument.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien interne[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]