Maison de la culture Maisonneuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Maison de la culture Maisonneuve est l'une des maisons de la culture de Montréal. Elle est un service géré par la Ville de Montréal dont la principale mission est d’assurer la diffusion d’événements culturels gratuitement, ou moyennant des coûts minimes, à la population.

La maison de la culture Maisonneuve a été inaugurée le par le maire Jean Drapeau. C'était la première maison de la culture à Montréal. Elle logeait à la bibliothèque Maisonneuve dans l’ancien édifice de l’Hôtel de Ville de la Cité de Maisonneuve (situé à l'angle de la rue Ontario et du boulevard Pie-IX).

La Maison de la Culture Maisonneuve

Le , la Maison de la culture Maisonneuve déménage à son emplacement actuel soit la caserne de pompier numéro 2 de l'ancienne ville de Maisonneuve. Sa localisation actuelle est le 4200, rue Ontario Est. Elle fait partie de l'arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Installations[modifier | modifier le code]

La Maison de la culture Maisonneuve comprend une salle multifonctionnelle de 250 places, des salles d'exposition, un studio polyvalent et des bureaux. Une œuvre de l'artiste Eduardo Aquino célébrant la vie, la culture et la transformation du quartier est érigée devant l’édifice

L'édifice[modifier | modifier le code]

L'édifice fut dessiné par l'architecte Charles Reeves en 1906 pour devenir la caserne de pompiers no 2 de la ville de Maisonneuve. La caserne prit le numéro 45 lors de l'annexion de la ville de Maisonneuve à la Ville de Montréal en 1918. Elle fut en opération jusqu'en 1994, au moment où les pompiers déménagèrent dans leur nouvelle caserne, rue Hochelaga au coin de la rue Vimont. Ce fut aussi le lieu de tournage, en 1998 de la série télévisée Caserne 24 diffusée à la Télévision de Radio-Canada.

De type industriel, très utilitaire, l'architecture répond parfaitement au besoin d'une caserne de pompier. Avec ses grandes portes, pour les carrioles à chevaux, toujours aussi adéquat plus tard pour les camions de pompier, sa façade en brique, sans grandes ornementations, et sa corniche, l'édifice est construit également en hauteur (trois étages) pour permettre une veille sur la ville[1]. Aujourd'hui, on peut voir une annexe des architectes Faucher Aubertin Brodeur Gauthier attachée à l'arrière du bâtiment.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les pompiers pouvaient alors dormir au 2e étage et les bureaux municipaux étaient au 3e étage.