Maison de la Radio (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison de la Radio.
Maison de la Radio
Ancien Institut national de Radiodiffusion.JPG
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Institution culturelle
Style
Architecte
Matériau
Construction
Propriétaire
SA Maison de la Radio Flagey
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Accès et transport
Tramway
Tram(81) Flagey
Autobus
Bus(38)(59)(60)(71)(N09)(N10) Flagey
Coordonnées
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg

L'ancienne Maison de la Radio de Belgique est un bâtiment de style moderniste situé place Flagey à Ixelles. Conçu en 1933 par l'architecte Joseph Diongre, il fut le siège de l’Institut national de radiodiffusion (I.N.R.), et ensuite de la RTB et de la BRT. Rénové entre 1998 et 2002, il accueille aujourd'hui différentes activités culturelles ainsi que des commerces.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce projet de l'architecte Joseph Diongre reçut le premier prix d’un concours organisé en 1933 par l'Institut national de radiodiffusion en vue de la construction d'un bâtiment destiné à accueillir ses différentes installations éparpillées à Ixelles[1].

La construction s'échelonne de 1935 à 1938, c'est alors l’une des premières maisons de la radio en Europe, après Londres et Berlin[1].

Sur un sol de nature spongieuse due à une nappe phréatique instable, il a fallu installer un système de pompage permanent. Le bâtiment est construit sur une couche de béton et des feuilles de cuivre.

Terminé en 1938, l’INR émit en continu de 6h45 à 24h.

Concert du Brussels Philharmonic dans le Studio 4, Maison de la Radio

Le bâtiment comporte 12 studios d’enregistrement de plan trapézoïdal dont le célèbre studio 4 comportant un orgue de 8 000 tuyaux. L’immeuble est climatisé et desservi par 13 ascenseurs et pourvu d’équipements radiophoniques les plus modernes. La tourelle d’angle sert à protéger le mât d’émission d’images sonorisées. L’isolation acoustique est irréprochable.

Le bâtiment est classé comme monument depuis le 28 avril 1994[1]. Il ferme toutefois ses portes un an plus tard en raison de problèmes d'amiante[1].

En 1998, la SA Maison de la Radio Flagey, rassemblant plusieurs investisseurs, rachète le bâtiment et charge le bureau d'architectes Samyn de sa rénovation[1].

Rouvert en 2002[2], le bâtiment a retrouvé aujourd’hui sa fonction d’origine avec la création d’un espace musical avec studios d’enregistrement, salles de concerts et de cinéma. Il est devenu un lieu à la programmation éclectique. On y retrouve des week-ends découvertes, projections images et son, concerts tremplins du vendredi midi, séances cinéma-brunch un dimanche par mois… et bien d’autres encore.

La coordination des différentes activités culturelles dans le bâtiment a été confiée à l'ASBL Flagey, créée en 2001. Association d'initiative privée à l'origine, son mode de fonctionnement a fondamentalement été revu en 2005 suite à l'accord de financement conclu entre la Communauté flamande, la Communauté française et la Région bruxelloise[3],[4]. Depuis 2007, la Commune d'Ixelles est également associée au fonctionnement de l'association[5]. Actuellement, sur treize administrateurs, six sont désignés par la Communauté flamande, trois sont désignés par la Communauté française, trois (dont au moins un néerlandophone) sont désignés par la Région de Bruxelles-Capitale et le dernier est désigné par la Commune d'Ixelles[6].

Aujourd'hui, tous les médias bruxellois néerlandophones se trouvent dans ce bâtiment : la radio FM Brussel, le quotidien Brussel Deze Week (Bruxelles Cette Semaine), TV Brussel et le site web brusselnieuws.be. Depuis 2005, le Brussels Philharmonic réside dans le Studio 4 du bâtiment Flagey, très réputé pour son acoustique[7].

À son rez-de-chaussée, donnant sur les étangs d'Ixelles, se trouve un des bars branchés de la commune (et, de ce fait, de Bruxelles), le café Belga, et sa faune plutôt bobo.[réf. nécessaire]

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bâtiment possède des angles arrondis adoucissant le volume massif de cette construction de brique jaune ocre et de pierre bleue. L’horizontalité est soulignée par un vitrage continu et un auvent surplombant le rez-de-chaussée.

L’œuvre est comparée à un paquebot avec ses ponts et ses longs couloirs. L’intérieur a conservé son mobilier d’origine de style Art déco.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Ancien Institut national de radiodiffusion (INR) », sur Inventaire du patrimoine architectural de la Région de Bruxelles-Capitale (consulté le 20 juin 2018)
  2. « Le paquebot de la place Flagey remis à flot », sur dhnet.be, (consulté le 6 juin 2018)
  3. (nl) « Interpellatie van de heer Erik Arckens tot de heer Bert Anciaux, Vlaams minister van Cultuur, Jeugd, Sport en Brussel, over het in maart 2005 bereikte akkoord betreffende het dossier Flagey », sur vlaamsparlement.be, (consulté le 20 juin 2018)
  4. « Modification des statuts », sur annexes du Moniteur belge, (consulté le 20 juin 2018)
  5. « Modification des statuts », sur annexes du Moniteur belge, (consulté le 20 juin 2018)
  6. « Statuts coordonnés », sur annexes du Moniteur belge, (consulté le 20 juin 2018)
  7. site web du Brussels Philharmonic, mission

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]