Maison de la Négritude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison de la Négritude
Logo Maison Négritude.png
2015-05 - Maison de la Négritude - 02.JPG

La Maison de la Négritude.

Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
6 000[1]
Site web
Collections
Collections
Nombre d'objets
photographies et objets divers
Localisation
Pays
Commune
Adresse
24, grande rue
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Bassin minier de Ronchamp et Champagney

(Voir situation sur carte : Bassin minier de Ronchamp et Champagney)
Point carte.svg

La Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme est un musée, lieu de mémoire autour de l'esclavage des Noirs, situé au centre de la ville de Champagney en Haute-Saône dans l'est de la France. Elle rappelle que les habitants de ce village se sont indignés de la pratique de l'esclavage des Noirs dès 1789. Elle permet également d'appréhender des sujets tels que les traites négrières, la négritude, les droits de l'homme, l'esclavage et son abolition.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le musée est municipal, il est situé 24, grande rue à Champagney dans le département de la Haute-Saône et la région française de Bourgogne-Franche-Comté[2].

Organisation du bâtiment et collection[modifier | modifier le code]

Le musée occupe d'abord une partie de la mairie et de l’ancienne école et change à plusieurs reprises de locaux. Sa collection s'étoffe progressivement grâce aux dons. L'exposition est finalement installée dans ses locaux définitifs en 1995. La reproduction d'une cale de navire occupe un espace central dans l'une des trois salles d'exposition et montre les conditions du transport lors des traites négrières[3].

La Maison de la Négritude s'ouvre également sur les formes contemporaines de violations des droits de l'Homme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vœu de Champagney.

Champagney fut l'une des rares communautés villageoises françaises à condamner l'esclavage. L'article 29 du cahier de doléances, dit Vœu de Champagney[2],[4], pour la convocation des États Généraux en 1789 condamne l'esclavage des noirs et en demande l'abolition. Les habitants de Champagney auraient entendu parler de cette pratique par Jacques-Antoine Priqueler, garde du corps de Louis XVI en congé dans son village natal. Le seul Noir connu des habitants de Champagney se trouve alors sur un tableau de leur église représentant l'adoration des Mages. Il s'agit du roi Balthazar[5].

Musée[modifier | modifier le code]

Léopold Sédar Senghor.

En souvenir de cet acte, la ville a ouvert en 1971 dans l'ancien collège un musée dit « Maison de la Négritude » à l'initiative de René Simonin et qui retrace l'histoire de l'esclavage et son abolition. Ce musée a été parrainé par Léopold Sédar Senghor, à l'époque président de la République du Sénégal[2].

La Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme fait partie du réseau « route des abolitions de l'esclavage » créé en 2004, qui comporte cinq sites répartis dans le grand est de la France[2].

Les actuels locaux de Maison de la Négritude ont été inaugurés en 1995 en présence de Boubacar Joseph Ndiaye, conservateur de la Maison des Esclaves de l'île de Gorée[6]. Ils reçoivent la visite du premier ministre Lionel Jospin le à l'occasion du 150e anniversaire du Décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848[7]. En 2007, un membre de l’association des Amis du Vœu de Champagney et de sa Maison de la Négritude présente la Maison de la Négritude à Aimé Césaire qui en devient le Président d’honneur[8].

En , la municipalité décide de lancer un appel aux dons et au financement participatif pour moderniser la muséographie, notamment avec des outils numériques, pour un coût estimé à 120 000 [1]. Les mécènes sont remerciés en à l'issue de la campagne de financement[9].

Le président de la République, François Hollande, y effectue une visite officielle le [10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ronchamp : des dons pour ne pas oublier », L'Est républicain, .
  2. a, b, c et d « Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme », sur le site de la mairie de Champagney.
  3. Michel Bregnard 2010, p. 76-77.
  4. Le cahier de doléances de Champagney est conservé aux archives départementales de la Haute-Saône (B4213).
  5. Simonin René, le problème noir au XVIIIe siècle vu par des paysans comtois, Dole, Imprimerie Chazelle, .
  6. « 1995 inauguration des actuels locaux de la Maison de la Négritude », maisondelanegritude.fr (consulté le 7 août 2015).
  7. « Les Hommages à Champagney », maisondelanegritude.fr (consulté le 7 août 2015).
  8. « Aimé Césaire », maisondelanegritude.fr (consulté le 24 août 2015).
  9. « Le musée de la Négritude modernisé », L'Est républicain, .
  10. Sophie Courageot, « François Hollande, une dernière visite en Haute-Saône », francetvinfo.fr, (consulté le 7 avril 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Bregnard, Les Vosges saônoises de A à Z, Éditions Alan Sutton, (ISBN 978-2-8138-0168-5).