Maison de la Chaloupe d'Or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison de la Chaloupe d'Or
Maison de la Chaloupe d'Or 01.JPG
Présentation
Type
Maison de corporation
Destination initiale
Maison de corporation
Destination actuelle
Taverne
Style
Architecte
Construction
1697
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg

La « Maison de la Chaloupe d'Or » (De gulden boot en néerlandais) est une maison de style baroque située aux numéros 24 et 25 de la Grand-Place de Bruxelles en Belgique, entre la « Maison de l'Ange » et la « Maison du Pigeon » (qui fut habitée par Victor Hugo lors de son exil à Bruxelles en 1852).

Historique[modifier | modifier le code]

La « Maison de la Chaloupe d'Or » était la maison de la corporation des tailleurs.

Après la destruction des maisons de la Grand-Place lors du bombardement de la ville par les troupes françaises commandées par le maréchal de Villeroy en août 1695, la maison fut réédifiée, probablement sur les plans de Guillaume De Bruyn, en 1697 comme l'atteste le chronogramme situé sur le fronton qui domine la façade :

qUas fUror hostILIs sUbVerterat IgnIbUs æDes
sartor restaUrat præsIDIbUsqUe DICat
Le tailleur restaure la maison qu'une fureur hostile avait anéantie par les flammes
Et il la dédie aux magistrats (de la cité)

Ce chronogramme, dont les grandes capitales indiquent l'année 1697[1], est un distique élégiaque dû au talent du poète Petrus van der Borcht[2].

Au XVIIIe siècle, la maison portait le nom de « Cleermaeckers Huys » (Maison des tailleurs)[3].

À l'heure actuelle, son rez-de-chaussée abrite une des principales tavernes de la place.

Le fronton, le pignon et la statue

Architecture[modifier | modifier le code]

La « Maison de la Chaloupe d'Or », édifiée en pierre de taille, présente une façade composée de trois travées.

Le premier étage est orné de pilastres surmontés de chapiteaux ioniques dorés. Les allèges des fenêtres de ses travées latérales sont ornées de masques tandis que la travée centrale est occupée par un buste de sainte Barbe qui ne date pas de l'époque baroque mais du XIXe siècle : il est l'œuvre de Godefroid Van den Kerckhove (1872).

Les fenêtres du second étage sont surmontées d'un fronton triangulaire et de deux frontons courbes.

Le deuxième et le troisième étage sont réunis par de grands pilastres surmontés de chapiteaux à feuilles d'acanthe dorées.

La façade est couronnée par un fronton triangulaire à l'antique orné de frises de denticules. Ce fronton est surmonté de vases de pierre, d'une balustrade et d'un petit pignon à volutes portant la statue de Saint Hommebon de Crémone, patron des tailleurs.

Références[modifier | modifier le code]

  1. U + U + I + L + I + U + V + I + I + U + D + U + I + D + I + U + U + D + I + C = 1697
  2. Alain Van Dievoet, De inscriptionibus latinis Fori Maximi Bruxellensis, dans Melissa, Bruxelles, février 1993, n°52, pp.14 à 16
  3. Albert Mehauden et Michel Vanwelkenhuyzen, La ville de Bruxelles. Ses habitants, leurs métiers et leurs adresses vers 1767, Bruxelles, 1998

Sur les autres projets Wikimedia :