Maison de Tante Léonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison de Tante Léonie
Musée Marcel Proust
FILE0019.JPG
Portail d'entrée de la maison-musée
Logo monument historique Classé MH (1961)[1].
Informations générales
Type
Privé
Ouverture
Visiteurs par an
5 174 (2010)
5 286 (2011)
5 318 (2012)
5 532 (2013)
4 689 (2014)[2]
Site web
Collections
Collections
Meubles, objets, photographies, portraits, tableaux, lettres et documents ayant appartenu à Marcel Proust ...
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
4 rue du docteur Proust
28120 Illiers-Combray
Coordonnées

La Maison de Tante Léonie, ou Musée Marcel Proust, est une maison abritant le musée Marcel Proust d'Illiers-Combray en Eure-et-Loir, où l'écrivain (1871-1922) passe ses vacances d'enfance entre 1877 et 1880. Source d'inspiration majeure de son œuvre À la recherche du temps perdu, la maison est classée aux monuments historiques depuis 1961[1] et labellisée Maisons des Illustres.

Historique[modifier | modifier le code]

À partir de 1877, Marcel Proust, enfant âgé de 6 ans, vient de Paris à Illiers-Combray, Eure-et-Loir (à 25 kilomètres au sud-ouest de Chartres) passer ses vacances de Pâques et d’été avec son frère Robert dans la maison familiale de ses oncle et tante paternels, Jules Amiot et son épouse Élisabeth Proust, et ce jusqu'en 1880 où il doit y renoncer à cause de ses crises d'asthme.

C'est là que son personnage de roman « tante Léonie », inspirée de sa tante Élisabeth Proust, sœur aînée de son père, lui offre rituellement une petite madeleine trempée dans du thé dont la saveur, bien des années après, fait renaître en lui le souvenir de son enfance à Combray dans son œuvre À la recherche du temps perdu.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Musée Marcel Proust[modifier | modifier le code]

En 1954, la maison familiale est achetée et aménagée en musée par Germaine Amiot (cousine de Proust) et mise en valeur par Philibert-Louis Larcher (1881-1972) (inspecteur de l’enseignement technique). Elle est rebaptisée « Maison de tante Léonie » en référence à son œuvre À la recherche du temps perdu.

De nombreux dons et legs de sa famille et de ses proches permettent d'exposer une riche collection de meubles, d'objets, de photographies, de portraits, de tableaux, de lettres et de documents ayant appartenu à l'auteur. Le musée se compose de la maison et de son jardin, de la cuisine, du salon oriental, des chambres de Marcel et de tante Léonie, des chambres Weil, de la salle des photographies Nadar, du « jardin du Pré-Catelan » (jardin exotique proche de la maison que l'oncle de Proust a créé par passion de l'Orient).

En 1971, Illiers est rebaptisé Illiers-Combray par décision du ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin pour le centenaire de la naissance de Marcel Proust. Le « Musée Marcel Proust » est inauguré en 1972.

En 1976, peu avant sa disparition, Germaine Amiot fait don de la propriété à la « Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray[3] ».

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Entre 1913 et 1927 : À la recherche du temps perdu (en sept tomes) de Marcel Proust.
  • Claude Thisse : Illiers-Combray au temps de Marcel Proust, Éditions Alan Sutton, 2009. Album de dessins à la plume de vues d'Illiers et de scènes de la maison de Jules Amyot devenue Maison de Tante Léonie, légendées par des citations correspondantes de La Recherche du Temps perdu.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]