Maison de Bourbon-Lavedan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lavedan et Bourbon.

Maison de Bourbon-Lavedan
Armes de la famille.
Armes de la famille :

Blasonnement D'argent à la bande d'azur semée de fleurs de lis d'or, filet de gueules régnant sur le tout
Branches Bourbon-Malause
Bourbon-Basian
Période 1489-1744
Pays ou province d’origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Vicomté de Lavedan
Marquisat de Malause
Baronnie de Basian
Charges Chambellan du roi

La Maison bâtarde capétienne de Bourbon-Lavedan est une branche de la Maison de Bourbon, issue de Charles de Bourbon (1450-1502), fils illégitime de Jean II de Bourbon et Louise d'Albret. Il était le demi-frère de Mathieu le Grand bâtard de Bourbon, seigneur de Bouthéon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vicomté du Lavedan fut créée au début du Xe siècle par les comtes de Bigorre[réf. nécessaire]. Les vicomtes résidèrent tout d'abord au château de Castelloubon, puis à Beaucens, et s'éteignirent au XVe siècle.

Pratiquement indépendant, le Lavedan fut tout d'abord naturellement placé sous la suzeraineté des comtes de Bigorre, puis des rois d'Aragon, et enfin des rois de France. Pendant la guerre de Cent Ans, le traité de Brétigny (1360) l'attribua aux Anglais, mais les lavedanais les chassèrent au début du XVe siècle après une longue lutte. La vicomté passa alors sous la suzeraineté du comte de Foix.

L'héritière de la vicomté, Jeanne de Lavedan, fille aînée de Raimond Garcie VII de Lavedan, sénéchal de Bigorre, et de Bellegarde de Montesquiou, épousa, par contrat passé au château d'Andrest, le , le chevalier Gaston du Lion, seigneur de Besaudun et chambellan de Louis XI. De leur union, Gaston et Jeanne n'eurent qu'une fille, Louise du Lion († 1529).

La Maison du Lion, connue depuis le XIIe siècle[réf. nécessaire], était l'une des plus illustres du Béarn. Elle descendait de Mansion Loup, vicomte de Lavedan, vivant au Xe siècle, second fils de Loup Donat, premier comte de Bigorre, lui-même issu des ducs de Vasconie[réf. nécessaire].

Riche héritière, Louise du Lion se maria le avec Charles, bâtard de Bourbon, sénéchal de Toulouse. Elle apportait à son époux, entre autres, la terre de Malauze-en-Quercy, les Quatre-Vallées et la vicomté de Lavedan. Jeanne de Lavedan, sa mère, par son testament du , institua pour héritière sa fille unique Louise du Lion.

Après son mariage, Charles de Bourbon, se fixa en Béarn. C'est ainsi que les deux époux fondèrent la maison de Bourbon-Lavedan. Le titre de vicomte de Lavedan se transmit par la suite dans la famille, jusqu'à ce que la dernière branche, celle des Bourbon-Malause, ne s'éteigne en 1744, à la mort du dernier marquis de Malause, Armand de Bourbon-Malause. Quelques années auparavant, en 1726, la branche des baron de Basian s'était déjà éteinte, à la mort prématurée de Louis de Bourbon-Basian.

Charles de Bourbon s'était vu attribué par son père, le connétable Jean II de Bourbon, par lettres du mois d'août 1486, les terres de La Chaussée, d'Estain et de Bouconville en Barrois (Jean de Bourbon les tenait de René d'Anjou duc de Bar[1]) en août 1486, auxquelles son oncle le duc Pierre de Bourbon ajouta la baronnie de Chaudes-Aigues en mars 1490.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la bande d'azur semée de fleurs de lys d'or, filet de gueules régnant sur le tout.
Commentaires : Ces armoiries sont les mêmes que Mathieu le Grand bâtard de Bourbon.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marquis de Malause : Charles de Bourbon, p. 34 », sur Annales de la monarchie française, par Henri-Philippe de Limiers, chez L'Honoré et Châtelain libraires à Amsterdam, 1724
  2. Moréri, Dictionnaire, vol. 2, p. 150.

Voir aussi[modifier | modifier le code]