Maison d'éducation de la Légion d'honneur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison d'éducation de la Légion d'honneur
{{{légende}}}
Localisation
Localisation Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), France
Coordonnées
géographiques
48° 56′ 05″ nord, 2° 21′ 33″ est
Informations
Fondation 1805
par Napoléon Ier
Type Collège public de filles
Lycée public de filles
Particularités Établissements réservés aux descendantes de membres de la Légion d'honneur
Site web Site des Maisons d'éducation
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Légion d'honneur (homonymie).

Les maisons d'éducation de la Légion d'honneur sont des établissements scolaires secondaires français créés par Napoléon Ier. C'est à l'origine une œuvre sociale destinée à prendre en charge l'éducation de jeunes filles pauvres ou orphelines de guerre, dont les parents, grands-parents ou arrière-grands-parents ont mérité la Légion d'honneur.

Historique[modifier | modifier le code]

Maison d'éducation de la Légion d'honneur à Saint-Denis, avec la basilique en arrière-plan.

On ne peut éviter de faire un rapprochement entre les maisons d'éducation de la Légion d'honneur et la Maison royale de Saint-Louis, créée par Madame de Maintenon à Saint-Cyr, dans les bâtiments construits par Mansart que Napoléon affecta en 1808 à l'école des officiers de l'armée française. Il y a beaucoup de points communs entre cette nouvelle institution et l'ancienne que le jeune Bonaparte avait connue puisque sa sœur Élisa y était élève et qu'il était venu l'y chercher en 1792 : être relié à l'ordre de la Légion d'honneur qui est lui-même dans la continuité de l'ordre de Saint-Louis, être destiné à des filles d'officiers pauvres ou orphelines, être divisé en classes ayant chacune leur couleur marquée par des rubans dans le costume, vouloir donner une éducation complète et moderne, etc. Cependant on sait que l'Empereur voulait se démarquer de Saint-Cyr, dont il n'avait pas une bonne opinion. Ainsi, dans sa lettre du 15 mai 1807, il précisait : « Gardez-vous de suivre l'exemple de l'établissement de Saint-Cyr, où on dépensait des sommes considérables, et où on élevait mal les demoiselles[1]. »

À cette époque, il existait de nombreux lycées militaires pour éduquer les garçons et en faire de futurs soldats, mais les filles étaient délaissées à cause de la dispersion par la Convention de toutes les congrégations d'enseignement. Napoléon créa ces maisons pour subvenir à l'éducation et aux besoins des filles, très souvent orphelines, de ses soldats les plus méritants. Son premier souhait avait été de prendre en charge les fils et les filles des officiers et des soldats morts à Austerlitz ; mais ce projet, présenté le 7 décembre 1805, fut finalement abandonné[1].

Le décret de création des maisons d'éducation de la Légion d'honneur fut signé par Napoléon à Schönbrunn le . Ce décret prévoyait la création de trois maisons, où les filles de récipiendaires de la Légion d'honneur seraient admises entre 7 et 10 ans, l'âge de sortie étant fixé à 21 ans[1].



La direction de la première maison d'éducation fut confiée à Madame Campan, ancienne lectrice des filles de Louis XV puis première femme de chambre de la reine Marie-Antoinette. Depuis 1794, Madame Campan tenait elle-même un pensionnat de jeunes filles à Saint-Germain-en-Laye, qui comptait parmi ses élèves Hortense et Stéphanie de Beauharnais, ainsi que Pauline et Caroline Bonaparte. Madame Campan voulait que la première maison d'éducation soit installée dans son pensionnat de Saint-Germain, mais Napoléon choisit le château d'Écouen, propriété de la Légion d'honneur depuis le 6 juillet 1806[1].

L'Empereur, dans une lettre du 15 mai 1807, donna lui-même les grandes lignes de l'éducation qu'il voulait procurer aux jeunes filles : « Élevez-nous des croyantes et non des raisonneuses[2]. » Il préconisait des études simples, visant à « maîtriser la vanité qui est la plus active des passions du sexe » et à faire en sorte que les élèves deviennent des mères de famille modestes[1].

Le 25 mars 1809, Napoléon signa le décret de création d'une deuxième maison dans le cloître de l'ancienne abbaye royale de Saint-Denis, qui était propriété de l'État depuis 1790. Saint-Denis fut inauguré le 1er juillet 1811, mais l'emménagement des premières élèves n'eut lieu qu'en 1812[1].

Le 15 juillet 1810, Napoléon créa par décret les « Maisons d'orphelines de la Légion d'honneur », destinées aux orphelines de récipiendaires de la Légion d'honneur quel que soit leur grade. Ces maisons étaient tenues par des religieuses, la congrégation de la Mère de Dieu. Trois maisons d'orphelines furent créées : l'hôtel de Corberon à Paris (ouvert en hiver 1811), l'ancien couvent d'augustins des Loges à Saint-Germain-en-Laye (ouvert au printemps 1812), et l'abbaye de Barbeaux à Fontainebleau (ouverte en juillet 1813). Dissoutes par ordonnance royale le 19 juillet 1814, les maisons d'orphelines furent rétablies le 27 septembre 1814 grâce à l'intervention de veuves d'officiers auprès de Louis XVIII. Seule l'abbaye de Barbeaux ne rouvrit pas[1].

En 1821, l'organisation des maisons d'éducation fut repensée : Saint-Denis fut réservée aux filles d'officiers supérieurs, et les autres maisons, considérées désormais comme des « succursales », aux filles d'officiers et de soldats de rang inférieur[1].

Ancienne abbaye de la Légion d'Honneur en 1901, par Eugène Atget.

En 1881, les réformes de l'enseignement par Jules Ferry laïcisèrent les maisons religieuses. En 1890, les maisons dispensèrent des enseignements distincts : les Loges donnaient une éducation manuelle et professionnelle, Écouen préparait au commerce et à l'enseignement, tandis que Saint-Denis préparait au brevet supérieur[3].

En 1920, les maisons d'éducation de la Légion d'honneur adoptèrent le même programme que les lycées ; les élèves les plus jeunes étudiaient aux Loges, les moyennes à Écouen et les plus grandes à Saint-Denis. De nos jours, c'est encore le cas : les Loges suivent le programme du collège et Saint-Denis celui du lycée[3].

Écouen[modifier | modifier le code]

Le château d'Écouen.

Le château d'Écouen est l'endroit où fut installée la première maison d'éducation. La première rentrée y eut lieu le 17 novembre 1807 sous la direction de Madame Campan, nommée le 5 septembre 1807. Cependant, le premier règlement ne fut réellement établi qu'en 1809[1].

En 1814, Louis XVIII rendit le château aux Condé, qui le laissèrent plus ou moins à l'abandon à partir de 1830 ; le château redevint propriété de la Légion d'honneur à partir de 1838[1].

En 1962, le grand chancelier de la Légion d'honneur mit le château à la disposition du ministère des Affaires culturelles, afin qu'il accueille le musée national de la Renaissance.

Paris[modifier | modifier le code]

La maison sise à l'hôtel Bourrée de Corberon rue Barbette à Paris fut initialement une « maison d'orphelines de la Légion d'honneur » fondée en 1811, et devint succursale de la maison d'éducation de Saint-Denis lors de leur réorganisation en 1821. Horace Lecoq de Boisbaudran y donna des cours de dessin à partir de 1847. Elle fut transférée à Écouen par Napoléon III en 1851[1].

Saint-Denis[modifier | modifier le code]

La Maison de Saint-Denis occupe le logis de l'abbaye royale de saint-Denis, jouxtant l'église abbatiale, la Basilique de Saint-Denis.

Inaugurée le 1er juillet 1811, Saint-Denis est placée sous la direction de madame du Bouzet, veuve d'un colonel mort à Jemmapes. L'emménagement des élèves a eu lieu en 1812[1].

Elle est ensuite dirigée par :

En 1887, l'Institution fait l'acquisition de Madame Roland, sculpture du statuaire: Émile Joseph Nestor Carlier, (1849-1927), ainsi qu'une statue de Blanche de Castille, et d'autres femmes célèbres. Disposées en face d'un drapeau français, ces statues doivent inspirer les élèves.

La Maison de la Légion d'honneur et son parc sont classés au titre des monuments historiques en 1927[4].

Le 1er septembre 1989, Saint-Denis a ouvert une classe préparatoire de Lettres Supérieures (hypokhâgne), et le , une classe de Première Supérieure (khâgne). Le s'est ouverte une classe de BTS de commerce international, avec option de préparation au concours d'entrée dans les écoles supérieures de commerce[5].

Une élève de 2de (ceinture nacarat) de la Maison d'éducation de la Légion d'honneur à Saint-Denis.
Une élève de 2de (ceinture nacarat) de la Maison d'éducation de la Légion d'honneur à Saint-Denis.

La maison accueille aujourd'hui, dans le cloître de l'ancienne abbaye royale, 500 élèves de lycée de la 2de à la Terminale ainsi que les classes d'hypokhâgne, de khâgne, et de BTS de commerce international[5].

Depuis le bicentenaire des Maisons, chaque promotion du lycée à partir de la seconde porte un nom choisi par les terminales de leur première année de lycée. Ce nom est celui d'un personnage ou d'un événement historique important, souvent lié à Napoléon (tels que Bayard, dont une statue orne le parc, Napoléon, Walewska, Campan, Beauharnais, Arcole, Aiglon, Marengo, Massena, Wagram, Valmy, Iéna, Caulaincourt, Moskowa ), et chaque promotion doit le porter avec fierté.

Fermé au public, le site se visite exceptionnellement dans le cadre des journées du Patrimoine. Le cadre sert aussi parfois pour des tournages de films. Ainsi, la Maison a été utilisée pour figurer l'« Institut des Aveugles de Duroc » dans le film Les Femmes de l'ombre.

Le réfectoire est orné d'un grand tableau représentant Le Martyre de saint Denis, de saint Éleuthère et de saint Rustique[6].

Les Loges[modifier | modifier le code]

À sa première rentrée en 1811, la maison d'orphelines de la Légion d'honneur des Loges était dirigée par madame de Lezau, supérieure de la congrégation de la Mère de Dieu. En 1814, Louis XVIII supprima par ordonnance les maisons d'orphelines, mais la maison des Loges fut rouverte la même année, et devint plus tard une maison d'éducation comme Saint-Denis et Écouen[1].

Depuis 2006, l'ancienne cantine a été réaménagée en self-service.

En octobre 2012, un nouveau bâtiment a été inauguré par le Grand Chancelier de la Légion d'Honneur, le Général d'armée Jean-Louis Georgelin. Il comprend deux salles de technologie équipées, les bureaux des inspectrices, de la directrice des études et celui de la vie scolaire, les nouveaux locaux du CDI, une salle de permanence. Une salle d'arts plastiques et une nouvelle salle des professeurs ont été intégrées à l'ancien bâtiment.

En plein cœur de la forêt de Saint-Germain-en-Laye, près du camp des Loges, l'ancien couvent des Augustins accueille aujourd'hui environ 500 élèves de collège[5]. L'école peut désormais accueillir des élèves handicapés grâce à l'ascenseur[7].

Conditions d'admission[modifier | modifier le code]

Les maisons sont des établissements publics, laïques et pour jeunes filles (il existe une aumônerie catholique et protestante pour les élèves pratiquantes). Les places sont réservées, par ordre de priorité[8] :

  • aux filles, petites-filles et arrière-petites-filles de membres de la Légion d'honneur ;
  • aux filles, petites-filles et arrière-petites-filles de titulaires de la médaille militaire (depuis 2005) ;
  • aux filles, petites-filles et arrière-petites-filles des membres de l'ordre national du Mérite (depuis 1987)[9] ;
  • aux filles et petites-filles de membres étrangers de l'ordre de la Légion d'honneur (après consultation du grand maître).

L'âge minimum pour entrer dans une maison est fixé à 10 ans. Les candidates ne doivent pas dépasser, dans l'année où elles sont admises, l'âge de[8] :

  • 12 ans en 6e
  • 13 ans en 5e
  • 14 ans en 4e
  • 15 ans en 3e
  • 16 ans en 2de
  • 17 ans en 1re
  • 18 ans en terminale

Le prix de la pension pour l'année 2011-2012 était de 1 866 € par an pour le secondaire et de 2 040 € par an pour les classes post-baccalauréat[10]. La pension se paye par tiers au début de chaque trimestre, tout trimestre entamé étant dû en entier[3].

Les bourses d'étude de l'Éducation nationale ne sont pas acceptées par les maisons d'éducation. Cependant, les familles aux revenus modestes peuvent bénéficier d'une réduction des frais de pension, cette réduction étant accordée au cas par cas selon leur situation[8].

Les demandes d'inscription doivent être envoyées avant le 15 mars de l'année de la rentrée pour les classes post-baccalauréat, et avant le 23 février pour le cycle secondaire ; les maisons d'éducation indiquent vers la mi-juin si les candidatures sont retenues[8].

Internat[modifier | modifier le code]

Toutes les élèves des maisons d'éducation de la Légion d'honneur sont pensionnaires. Aujourd'hui, le pensionnat n'est plus ouvert le week-end, faute de moyens, mais les élèves peuvent rentrer dans les maisons dès le dimanche soir, la semaine commençant le lundi matin à huit heures. Chaque élève du secondaire doit avoir un « correspondant » habitant en région parisienne, qui sera chargé de venir la chercher quand elle sort de la maison, en fin de semaine ou en cas de sortie par l'infirmerie (maladie qui nécessite un repos).

Aux Loges, les élèves, quel que soit leur niveau, sont regroupées dans des dortoirs. Les dortoirs tiraient jusqu'en 2011 leurs noms des différentes couleurs de ceintures de l'uniforme (vert, violet, aurore, bleu, nacarat, blanc). Ils ont été renommés à l'occasion de la construction d'un nouveau dortoir et portent maintenant le nom d'illustres femmes décorées de la légion d'honneur.

À Saint-Denis, les secondes et les premières sont réunies en dortoir de trois classes (en moyenne 90 élèves). Autrefois toutes en chambres de 4 à 14 places, une partie des terminales est en dortoir depuis l'inauguration du dortoir Intendance en 2012. Il y a ainsi 4 dortoirs nommés Bayard (dont la vue donne sur une statue monumentale du chevalier Bayard ainsi que sur le parc), Chapelle (situé au-dessus de la chapelle de l'école), Quinconce (nom donné en référence à la forme dessinée par les deux pans de l'abbaye hors cloître), Intendance (situé au-dessus de l'intendance), et deux couloirs abritant les chambres de terminales : le couloir des Arts et l'aile des Bains .

Les élèves des classes post-baccalauréat ont le choix entre deux régimes : soit l'internat avec un règlement assoupli où les sorties sont libres, soit l'« internat externé », où l'élève prend ses repas de midi et du soir dans l'établissement mais réside au-dehors[10].

Uniformes[modifier | modifier le code]

Uniforme et ceinture d'élève de terminale.

Le port de l'uniforme est obligatoire. Celui-ci a connu de nombreuses variations au cours des années. Sa dernière réforme date de la rentrée scolaire 2007.

Il est constitué d'une robe bleu marine, sans manches, et d'un chemisier blanc à manches courtes en été et à manches longues en hiver. L'uniforme est complété par une ceinture dont la couleur indique le niveau :

  • verte pour les classes de 6e ;
  • violette pour les classes de 5e ;
  • aurore (orange) pour les classes de 4e ;
  • bleue pour les classes de 3e ;
  • nacarat (rouge cerise) pour les classes de 2de ;
  • blanche pour les classes de 1re ;
  • multicolore (reprenant les couleurs des niveaux inférieurs) pour les classes terminales.

La ceinture est toujours portée en « baudrier»[11]. Les élèves portent également un caban bleu à boutons bleu marine et un béret pour les sorties officielles[3].

Il est fréquent de désigner par métonymie une élève ou une classe du cycle secondaire par la couleur de sa ceinture : « une verte » ou « les bleues ».

L'uniforme des classes post-baccalauréat est un tailleur bleu marine avec un badge ; le badge est jaune pour les classes préparatoires littéraires et bleu pour le BTS[12], mais généralement peu porté.

Le trousseau d'uniforme est acheté neuf lors de l'entrée dans une maison, et il se paye par tiers au début de chaque trimestre, y compris pour les familles qui bénéficient de réductions des frais de pension[3]. Pour l'année 2011-2012, il coûtait 471 pour le secondaire et 438 pour les classes post-baccalauréat[10].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Selon l'Article R 122 du code de la Légion d'honneur : « L'éducation donnée dans les maisons d'éducation a pour but d'inspirer aux élèves l'amour de la patrie et de la liberté ainsi que le sens de leurs devoirs civiques et familiaux et de les préparer, par leur instruction et la formation de leur caractère, à s'assurer une existence digne et indépendante. »[5]

L'enseignement dispensé dans les maisons suit les programmes de l'Éducation nationale. Les professeurs sont détachés du ministère de l'Éducation nationale auprès du grand chancelier[12].

L'enseignement des langues étrangères est important : si dès la classe de 6e, les élèves peuvent étudier deux langues vivantes (anglais et allemand, comme dans les collèges ordinaires), des cours de chinois existent aussi dès la 5e[13]. L'apprentissage des langues passe également par des échanges avec des établissements étrangers ; Saint-Denis organise notamment des séjours de quatre semaines en immersion totale[10].

Les différentes sections proposées au lycée sont :

À partir de la première, les classes sont nommées d'après la couleur de la ceinture et la section. Ainsi une élève en première, section Scientifique appartiendra a la Blanche S dite classe de BS. Il en sera de même pour les autres section (classe de BL, BES ou BSTG).

Le lycée de Saint-Denis propose également une préparation au test d'anglais TOEFL et (jusqu'en 2007-2008) au concours d'entrée à l'IEP de Paris[10],[9].

Enseignement de la musique[modifier | modifier le code]

Concert Présidentiel en 2015.

Les Loges[modifier | modifier le code]

Il existe pour chaque niveau du collège des Loges à Saint-Germain en Laye une classe de maîtrise comportant une soixantaine d'élèves recevant un enseignement approfondi de chant choral, de solfège, d'histoire de la musique, ainsi qu'en piano, violon, alto, violoncelle, flûte traversière, clarinette, hautbois, harpe et guitare. Les maisons abritent des studios où les élèves peuvent s'exercer en dehors des heures d'enseignement. Les élèves maîtrisiennes donnent de nombreux concerts et chantent lors de cérémonies officielles. Elles participent chaque année au « Concert Présidentiel » à Saint-Denis, auquel assiste le président de la République ou son représentant[13].

Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Le Département de musique du lycée de Saint-Denis est hébergé dans un Pavillon entièrement consacré à l'enseignement artistique. Il concerne environ deux-cents élèves chaque année. Au rez-de-chaussée de ce bâtiment se trouve une grande salle de concert de 430 places qui accueille notamment les récitals du Festival de Saint-Denis (Martha Argerich, Khatia Buniatichvili, Thomas Adès, Nicolas Angelich, Renaud et Gautier Capuçon, Alexandre Tharaud, Mung-Whun Chung y ont joué régulièrement). L'étage comporte une vingtaine de studios de répétition ainsi qu'une dizaine de salles de cours.

L'enseignement musical relevant d'un établissement d'enseignement public du second degré regroupe les classes d'option facultative (coefficient 2) et d'option de spécialité (coefficient 6) préparant aux épreuves du baccalauréat général avec la possibilité d'une pratiques artistique collective (chœur et orchestre). Les œuvres interprétées appartiennent au grand répertoire symphonique ou lyrique, transcrites, numérisées et adaptées aux possibilités respectives des élèves, afin de faire l'expérience de la scène. Deux classes de cours spécifiques supplémentaires proposent les disciplines de formation musicale et de musique de chambre.

Les élèves musiciennes se produisent lors des auditions de classe, des concerts des élèves, des moments musicaux au Palais de Salm, des cérémonies officielles, ou à l'extérieur (Salle Gaveau notamment). Le « Concert Présidentiel » réunit au printemps la maîtrise de Saint-Germain en Laye associée au chœur et à l'orchestre de Saint-Denis en présence du Président de la République. Des professeurs externes viennent dispenser des cours de chant et d'instrument (flûte traversière, clarinette, violon, alto, violoncelle, harpe, guitare, piano). Les élèves sont préparées aux différents concours de musique comme le concours national Claude Kahn en piano, le concours international des Clefs d'Or pour les autres instruments. Un partenariat avec le Conservatoire de Saint-Denis permet également aux élèves de se présenter en candidates libres aux examens de leurs disciplines respectives.

Résultats et classements académiques[modifier | modifier le code]

Classement du lycée[modifier | modifier le code]

En 2013, 100 % des élèves de terminale de Saint-Denis ont été reçues au baccalauréat (c'est-à-dire 135 élèves), avec 96,3 % de mentions, dont 53,3 % de mentions très bien[14]. Il en est de même en 2014 (135 élèves, 100 % de réussite, 96,3 % de mentions mais 62,9 % de mentions très bien)[14] et en 2015 (135 élèves, 100 % de réussite, 98,5 % de mentions mais 60 % de mentions très bien)[14]. En 2016, 100 % des élèves de terminale (122 élèves) ont obtenu leur baccalauréat, toutes avec mention, dont 65,6 % avec une mention très bien[14]. En 2017, le taux de réussite est toujours de 100 % (pour 141 élèves) avec 98 % de mentions, dont 68 % de mentions très bien[14]. Le lycée est, compte tenu des proportions de mentions très bien obtenues au baccalauréat, l'un des meilleurs de France.

Classement des CPGE[modifier | modifier le code]

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2015, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
Khâgne LSH[15] 2 / 25 élèves 8 % 4 % 12e
sur 73
en diminution 1
Source : classement 2015 des prépas - L'Étudiant (concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. En khâgne, ce sont cinq écoles de commerce
(HEC, ESSEC, ESCP Europe, EM Lyon, EDHEC), l'ENSAE, l'ENC et trois ENS qui ont été retenus par L'Étudiant.

Résultats des BTS[modifier | modifier le code]

Il y a également 100 % de réussite au BTS Commerce international (pour la douzième année consécutive en 2013)[10]. En 2014, le BTS de commerce international[16] a affiché un taux de réussite aux examens de 100 %.

Fonctionnement des maisons d'éducation[modifier | modifier le code]

Les maisons d'éducation sont sous l'autorité directe du grand chancelier de la Légion d'honneur. La dénomination des postes y est différente des établissements de l'Éducation nationale :

Équivalence des fonctions entre la Légion d'honneur et l'Éducation nationale
M.É. Légion d'honneur Éducation nationale
Surintendante Proviseur de cité scolaire
Intendante générale Principal de collège
Directrice des études Proviseur adjoint
Censeur Principal adjoint
Économe Intendant
Inspectrice Conseiller principal d'éducation (CPE)

La devise des maisons d'éducation de la Légion d'honneur, inscrite sur leur fronton, est « Honneur et Patrie »[10], contrairement aux écoles publiques ordinaires dont la devise est celle de la République française : « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Chaque classe est suivie tout au long de l'année par une chargée d'éducation (bien que la fonction soit ouverte aux hommes, il n'y a qu'un seul homme qui occupe ce poste). La chargée d'éducation (autrefois appelée « dame éducatrice ») s'occupe de sa classe en dehors des cours : pendant les études, lors des repas (qui sont servis à table dans le réfectoire à Saint-Denis), lors des sorties extra-scolaires (visites de musées, concerts, voyages de classe, etc.). Les chargées d'éducation peuvent également proposer à leurs classes des activités socio-éducatives et pédagogiques en collaboration avec les professeurs[13].

À Saint-Denis, les élèves sont logées dans des dortoirs d'à peu près trois classes chacun, soit environ 90 élèves tandis qu'aux Loges, les dortoirs logent à peu près deux classes chacun, soit environ 50 élèves. Ils sont surveillées par des « maîtresses d'internat ». Celles-ci peuvent les sanctionner pour une mauvaise conduite, notée par des « croix » (au bout de trois croix une punition, cinq croix une heure de colle, dix croix changement de dortoir partiel, vingt croix changement de dortoir définitif).

La vie scolaire est ponctuée de cérémonies : outre le concert présidentiel, trois fois par an désormais, pour les mi-trimestres, a lieu la « lecture du rapport » où sont annoncés les résultats des élèves – celles qui se distinguent par leurs résultats ou leur comportement reçoivent des récompenses ou « médailles »[12] – et la traditionnelle « boum » ou les élèves festoient jusqu'à 22 heures pour les sixième-cinquième et 23 heures pour les quatrième-troisième. À la fin de l'année a lieu la remise des prix, présidée par une personnalité extérieure, ainsi que par le grand chancelier de la Légion d'honneur[10].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La maison d'éducation de Saint-Denis est jumelée avec plusieurs établissements étrangers[10] :

Anecdotes[modifier | modifier le code]

En 2002, un accent particulier fut mis sur la commémoration du bicentenaire de la Légion d'honneur : lors du défilé du 14 juillet, les élèves des maisons d'éducation formèrent un puzzle de toile géant en forme de croix de la Légion d'honneur place de la Concorde à Paris face à la tribune présidentielle. Avec leurs familles, elles furent ensuite invitées par le grand chancelier de la Légion d'honneur à dîner avec les Cadets de West Point — présents au défilé — dans les salons de l'École Militaire, puis à admirer le feu d'artifice tiré sur le Champ de Mars.

Des délégations d'élèves de la Légion d'honneur participent à différentes cérémonies officielles, comme la séance annuelle de rentrée de l'Académie française, ou les commémorations des 8 mai et 6 juin.

Anciennes élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Rebecca Rogers, Les Demoiselles de la Légion d'honneur, Plon, (ISBN 2-259-02029-1)
  2. Historia, no 720, p. 36.
  3. a, b, c, d et e Dossier du CRDP de Reims sur les Maisons d'éducation.
  4. « Ancienne abbaye Saint-Denis, actuellement maison d'éducation de la Légion d'Honneur », notice no PA00079951, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. a, b, c et d Historique des maisons d'éducation sur le site de la grande chancellerie de la Légion d'honneur.
  6. Cette œuvre serait, selon le site Internet de la Maison d'éducation, du peintre flamand Gaspard de Crayer. Elle n'est pas citée dans le catalogue raisonné de l'artiste établi par Hans Vlieghe, qui cite seulement sur ce thème un tableau jadis dans l'abbatiale bénédictine de Saint-Denis-lez-Mons, no B15, p. 275.
  7. Maison d'éducation de la Légion d'honneur, site inrp.fr
  8. a, b, c et d Les conditions d'admission sur le site de la grande chancellerie de la Légion d'honneur
  9. a et b Daniel Bastien, « Ces si discrètes demoiselles de la Légion d'honneur », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  10. a, b, c, d, e, f, g, h et i Site officiel de la maison de Saint-Denis
  11. Article du Figaro Le terme de baudrier est utilisé (et pas celui de bandoulière)
  12. a, b et c Organisation des maisons d'éducation sur le site de la grande chancellerie de la Légion d'honneur
  13. a, b et c Site officiel de la maison des Loges
  14. a, b, c, d et e « Les maisons d'éducation de la légion d'honneur – La maison de Saint-Denis : le lycée – Le taux de réussite au bac », sur legiondhonneur.fr (consulté le 3 septembre 2017).
  15. Classement 2015 des prépas LSH
  16. http://www.legiondhonneur.fr/fr/page/le-bts-de-commerce-international/236
  17. https://www.francemusique.fr/personne/laurence-equilbey
  18. https://minicharlotte.com/charlotte/
  19. http://www.voici.fr/bios-people/mazarine-pingeot
  20. C à vous, « Ali Baddou, l'après Canal - C à vous - 03/02/2017 », (consulté le 3 février 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]