Maison d'arrêt de Grenoble-Varces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maison d'arrêt de Grenoble-Varces
Image de l'établissement
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Drapeau du Auvergne-Rhône-Alpes Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Ville Varces-Allières-et-Risset
Coordonnées 45° 05′ 58″ nord, 5° 41′ 11″ est
Géolocalisation sur la carte : Grenoble-Alpes Métropole
(Voir situation sur carte : Grenoble-Alpes Métropole)
Maison d'arrêt de Grenoble-Varces
Géolocalisation sur la carte : Isère
(Voir situation sur carte : Isère)
Maison d'arrêt de Grenoble-Varces
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Maison d'arrêt de Grenoble-Varces
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Maison d'arrêt de Grenoble-Varces
Architecture et patrimoine
Construction
Propriétaire État français
Installations
Type Maison d'arrêt
Fonctionnement
Opérateur Ministère de la justice
Date d'ouverture 1972

La maison d'arrêt de Grenoble-Varces, dite également maison d'arrêt de Varces ou de Varces-Grenoble, est un établissement pénitentiaire français. Relevant du statut de maison d'arrêt, il se trouve sur la commune de Varces-Allières-et-Risset dans le département de l'Isère. Elle a été est mise en service le à proximité de Grenoble.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'établissement est entré en service le [1]. Le bâtiment a été construit selon les plans des architectes Guillaume Gillet, Pierre Vagne, Jacques Durand et René Bœuf, tout comme la Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Il vient remplacer l'ancienne prison Saint-Joseph de Grenoble.

Fonctionnement de l'établissement[modifier | modifier le code]

La maison d'arrêt reçoit les prévenus (détenus en attente de jugement) ainsi que les condamnés dont le reliquat de peine n'excède pas, en principe, un an lors de leur condamnation définitive. L'établissement est situé dans le ressort de la cour d'appel de Grenoble et du tribunal de grande instance (TGI) de Grenoble[1].

La maison d'arrêt de Varces dispose de 233 cellules réparties entre un quartier pour hommes et un quartier pour mineurs, ce dernier ayant ouvert en [1].

La maison d'arrêt dispose en son sein d'un service médico-psychologique régional ; le psychiatre et psychanalyste des prisons Claude Balier y a exercé.

Régime carcéral[modifier | modifier le code]

Le régime carcéral en maison d'arrêt se distingue de celui des autres prisons car il doit être compatible avec le statut spécifique des prévenus, notamment la restriction et la surveillance de la communication avec l'extérieur.

Événements[modifier | modifier le code]

Le , un détenu se fait abattre par un tireur situé sur la colline surplombant la prison lors de sa promenade. Le tireur est rapidement arrêté en possession d'un fusil et de faux papiers.[2],[3]

Le , un surveillant se fait tirer dessus par des motards cagoulés à la sortie de son travail [4]

En , la maison d'arrêt de Varces est menacée de fermeture à cause de non-conformités vis-à-vis de la réglementation incendie. Le tribunal administratif de Grenoble a rendu une décision le qui pourrait aboutir à la fermeture de l'établissement dans l'attente de travaux de mise aux normes, si les preuves de la réalisation de ces travaux n'est pas apportée dans un délai de deux mois. Ces travaux sont attendus depuis 2007, année au cours de laquelle la sous-commission départementale de sécurité avait rendu un avis favorable conditionné par la réalisation de travaux de mise en conformité. Le site a par le passé été l'objet d'incendies graves, comme lors de la mutinerie du ou lors du suicide d'un détenu le . La décision fait suite à une saisine par l'Observatoire international des prisons - section française[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Grenoble MA », sur www.annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice, (consulté le )
  2. « Guerre des gangs à Grenoble : un détenu avait été tué par un sniper en prison », sur ladepeche.fr (consulté le )
  3. « Prison de Varces: le sniper qui «ramassait des champignons» a été mis en examen », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  4. « Un surveillant victime de tirs sur le parking de la prison de Varces (Isère) », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  5. Lefigaro.fr 2015
  6. OIP-SF 2015

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.