Maison Pavlov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 42′ 56″ N 44° 31′ 58″ E / 48.71556, 44.53278

maison Pavlov

La maison Pavlov (russe : дом Павловаdom Pavlova) est le nom d'un bâtiment fortifié tenu par les Soviétiques durant la bataille de Stalingrad du au . Il tient son nom du sergent Yakov Pavlov qui a commandé un temps le peloton de la 13e division de la garde qui a pris et défendu le bâtiment.

La résistance de la maison Pavlov a été très utilisée par la propagande soviétique, qui a largement « enjolivé » l'Histoire[1].

Des références à la maison Pavlov sont faites dans plusieurs jeux vidéo.

Cette maison servit en particulier de modèle à Vassili Grossman dans son roman Vie et Destin sous le nom de maison "6 bis".

Utilisation dans la guerre[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est un immeuble donnant sur la place du 9 janvier (nommé d'après le Dimanche rouge de 1905). Il perd une partie de sa structure et de sa toiture lors de bombardements. Le 27 septembre 1942, sur l'ordre du capitaine Naumov, un groupe du 42e régiment de la 13e division de la garde, dirigé par le sergent Yakov Pavlov accompagné de 3 hommes (le caporal Glouchtchenko et les soldats Tchernogolov et Aleksandrov) est envoyé en reconnaissance dans le bâtiment; le trouvant peu gardé, ils réussissent à en prendre le contrôle. Le bâtiment devient un poste d'observation important pour les soviétiques car, faisant un angle sur la place du 9 janvier, il offre une vue dégagée sur 3 cotés et il couvre le "dépôt de locomotives", un bâtiment qui domine la Volga, seule voie de ravitaillement pour les troupes soviétiques. Le groupe du jeune sergent Pavlov est rapidement renforcé par la section de mitrailleuses du lieutenant Afanasiev qui prend le commandement (mais le bâtiment garde le nom de la première personne à y avoir pénétré). L'immeuble est raccordé aux positions russes par une tranchée et devient un véritable bastion avec mortiers, engins antichars et mitrailleuses, protégé des mines et des barbelés, hébergeant dans les étages des observateurs d'artilleries et des snipers. Les vagues successives de soldats Allemands échouent à reprendre ce fort.

Alors que les assauts allemands ont cessés, car depuis le succès de l'opération Uranus le 23 novembre ce sont les allemands qui sont encerclés, Pavlov est blessé dans la nuit du 24 au 25 novembre lors d'une attaque contre la maison blanche, de l'autre coté de la place. C'est de là que viennent les "58 jours de résistance" de la maison Pavlov; mais la maison sera en réalité tenue par les soviétiques jusqu'au 10 janvier 1943, date à laquelle la 13e division de la garde est envoyée vers l'usine Octobre rouge. Quand la division revient dans le secteur à la toute fin de la bataille, le 30 janvier, les soviétiques trouvent la maison occupée par des allemands et les en chasse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lopez 2008, p. 244-245 cite notamment le témoigne de l'observateur d'artillerie basé dans la maison Pavlov, Grigori Potovski, recueilli par Mickael K.Jones au début des années 2000

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lopez, Stalingrad : la bataille au bord du gouffre, éditions Economica, coll. « Campagnes & stratégies »,‎ , 1e éd., broché, 460 p. (ISBN 978-2717856385).

Liens externes[modifier | modifier le code]