Maison Gubernatis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison Gubernatis
Saint-Martin-Vésubie - Maison des comtes de Gubernatis.JPG
Maison ou Palais Gubernatis
Présentation
Destination initiale
Habitation
Destination actuelle
Habitation
Construction
Propriétaire
Privé
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Point carte.svg

La maison Gubernatis, ou « Palais » Gubernatis, est une maison de notable située à Saint-Martin-Vésubie, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

La Maison Gubernatis est située sur la place Gubernatis, en bas de la rue du docteur-Cagnoli, à Saint-Martin-Vésubie, dans le département des Alpes-Maritimes.

Historique[modifier | modifier le code]

La maison Gubernatis est la mieux conservée des maisons de notables. Elle a été construite entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle.

Entre le XIVe siècle et le XVIIIe siècle, Saint-Martin-Lantosque était une étape importante sur la route du sel reliant Nice au Piémont par le col de Fenestre.

La famille des Gubernatis[2] a acquis une grande richesse grâce au commerce du sel. Nicolas de Gubernatis était entrepreneur des gabelles du sel à Saint-Martin-Lantosque au XVe siècle. La famille de Gubernatis avait un autel de patronat dans l'église Notre-Dame-de-l'Assomption auquel un autre Nicolas de Gubernatis fit une donation importante dans son testament, en 1544.

Deux membres de la famille de Gubernatis ont été commandeurs du sanctuaire de la Madone de Fenestre.

En 1684, Jérôme-Marcel de Gubernatis, président du Sénat de Nice, ambassadeur de Charles-Emmanuel II de Savoie en Espagne et au Portugal, se fit donner l'inféodation de Saint-Martin. Cette inféodation a été révoquée la même année par Victor-Amédée II mais il a obtenu en dédommagement le titre de comte de Bonson en 1688.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques le [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]