Maison Brunet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brunet.
Maison Brunet
Lyon.jpg

Vue de la façade sud du bâtiment couleur orangée surplombant ses voisins et les immeubles des quais de Saône

Présentation
Destination initiale
Immeuble d'habitations
Construction
1825
Localisation
Pays
Commune
Lyon
Coordonnées

La maison Brunet, aussi appelée la « maison aux 365 fenêtres », est un immeuble du quartier de la Croix-Rousse, dans le 1er arrondissement de Lyon.

Situation[modifier | modifier le code]

Formant un pâté de maisons entier, il est entouré au nord par la rue Rivet, à l'ouest par la rue Prunelle, au sud par la place Rouville et à l'est par la rue Flesselles. Sa façade sud surplombe la place Rouville avec vue sur le quai Pierre Scize et la Saône.

Histoire du lieu[modifier | modifier le code]

Le bombardement de la maison Brunet à la Croix-Rousse.

À l'époque de Lugdunum, les Romains avaient déjà mis à profit cet avantage topographique en édifiant une construction à cet endroit [1],[2],[3].

Le bâtiment en lui-même semble avoir été construit entre 1810, date de généralisation des métiers de mécanique des canuts et 1825, où la maison figure en bonne place sur le plan du Clos Saint Benoit, édité en 1825[4].

Pour construire cette maison de ses rêves, Brunet acheta un lot de 720 m2 au clos Saint Benoit, puis voulut représenter en cet édifice les divisions de l'année et le signe du temps. Il s'endetta et on dit qu'il mourut ruiné.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est de forme rectangulaire. Il est construit selon les chiffres du calendrier : il a autant de fenêtres que de jours dans l'année, autant d’appartements que de semaines dans l’année, autant d’étages que de jours dans la semaine, et autant d’entrées que de saisons. Soit 365 fenêtres, 52 appartements, 7 étages et 4 entrées.

La citadelle du Peuple[modifier | modifier le code]

C'est à l'époque de la révolte des Canuts que la maison Brunet fait parler d'elle. En 1831, lors de la première insurrection, cet immeuble est transformé en forteresse. Les insurgés postés aux innombrables fenêtres de la maison Brunet, envoient des feux plongeants sur les soldats et les gardes nationaux[5].

Lors de la seconde insurrection, deux ans et demi plus tard, l'armée avait installé des canons sur l'esplanade des Chartreux, dans le but d'en neutraliser les foyers d'agitation. Les habitants de la maison, très nombreux et tous ouvriers, étaient suspects à l'autorité militaire qui les croyait partisans de l'émeute[6].

Mais le bombardement n’a pas eu lieu grâce aux négociations menées par le curé de l'église Saint-Bruno des Chartreux. L'abbé Pierre Rousset, curé des chartreux, parcourut à pied, malgré les projectiles, le chemin qui séparait la maison Brunet de l'esplanade, et se porta garant des paroissiens. Un ex voto portant la mention "Les locataires de la maison Brunet en actions de grâces, le 12 avril 1834" dessiné par les familles reconnaissantes, est conservé au musée de Fourvière[7].

Traboules[modifier | modifier le code]

Le bâtiment comprend deux traboules qui relient respectivement la rue Rivet aux numéros 10 et 12 et la place Rouville aux numéros 5 et 6[1] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b René DejeanTraboules de Lyon, Éditions des traboules - Jean Honoré Éditeur, 2000, p. 72 et 73.
  2. Anne-Catherine Le Mer et Claire Chomer, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/2, (ISBN 2-87754-099-5), p. 283.
  3. Nouvelle histoire de Lyon, Louis Pelardy Éditeur- 1939
  4. Carmélites et Riondel, Louis Benoit Coillet - 1825
  5. Les Révoltes des Canuts, Edition Maspero - 1982
  6. Notre Dame de Fourvière, notes et récits, Edition Librairie catholique - 1902
  7. Musée de Fourvière, Exposition en novembre 1999