Maison à pans de bois de La Châtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison à pans de bois de La Châtre
Maison, 4 place Laisnel-de-la-Salle, La Châtre.jpg
Vue de la maison.
Présentation
Type
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
4 place Laisnel-de-la-Salle
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Indre (département)
voir sur la carte d’Indre (département)
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Centre-Val de Loire
voir sur la carte du Centre-Val de Loire
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La maison à pans de bois de La Châtre, appelée aussi la Maison rouge, est une maison à pans de bois située à La Châtre, dans le département de l'Indre, à l'angle de la place Laisnel-de-la-Salle et de la rue Nationale. Elle date de la fin du XVe siècle. La maison a une porte d'entrée en bois datant de la même époque. La maison et la porte sont l'objet d'une inscription distincte au titre des monuments historiques depuis 1926[1].

Une autre maison à pans de bois, de la même époque, également inscrite aux MH, est située à l'angle de la place du Marché et de la rue Nationale[2].

Description[modifier | modifier le code]

La maison, appelée aussi Maison de bois du Pavé[3], doit son nom à la couleur rouge dont l'enduit a été couvert lors de la rénovation entreprise au début du XIXe siècle[4]. La maison a été construite pour une riche famille de marchands, les Godard[3],[5]. En voici une description datant du milieu du XIXe siècle :

« Elle est à deux étages. Le second avance sur le premier qui surplombe également le rez-de-chaussée. Chaque étage est séparé par un entablement fait de longues poutres sculptées et dans l'intervalle, d'autres pièces de bois, se coupant à angles droits, forment l'échiquier. La porte basse et cintrée ferme sur un chambranle sculpté avec des figures supportant, à ce que l'on croit, l'écusson des Chauvigny.  »

— Hippolyte Baucheron, cité par Solange Dalot, La Châtre de A à Z, pages 87-88

Les larges fenêtres datent de la rénovation du début du XIXe siècle ; c'est à cette époque que la maison est peinte en rouge, d'où son nom. George Sand en fait la demeure de son héroïne Geneviève, dans son roman André. La maison fut habitée par Émile Aucante, clerc à La Châtre. Il y rencontra George Sand qui le protégea lorsqu'il fut poursuivi pour ses idées avancées[3]. L'écusson a disparu. Le pignon est couvert de petites ardoises de bois.

La maison est une propriété privée. En attendant une rénovation, un filet protège les passants d'une éventuelle chute de tuiles.

La petite statue de saint Yves à l'angle était autrefois dans la Maison de bois de la place du Marché. Cette deuxième maison à pans de bois est tout aussi ancienne. Les pièces de bois sont sculptées et moulurées avec autant de raffinement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00097313 et Notice no PA00097311, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Notice no PA00097312, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a b et c Solange Dalot, La Châtre de A à Z, pages 87-88.
  4. La place où elle est située s'appelait « place du Pavé », avant d'être renommée « place Laisnel-de-la-Salle ».
  5. Jean Gaultier, Au Cœur du Bas-Berry. La Châtre et ses environs. Guide touristique, La Châtre, Imprimerie de A. Bourg, , 56 p.. Exemplaire consultable à la Bibliothèque de la Ville de La Châtre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Solange Dalot, La Châtre de A à Z, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, , 192 p. (ISBN 978-2-84910-844-4)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :