Mairie de La Rochelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Logo de la Mairie de La Rochelle

La mairie de La Rochelle, désigne l'administration et les élus municipaux qui siègent dans le bâtiment de l'hôtel de ville de La Rochelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée solennelle des souverains à La Rochelle[modifier | modifier le code]

Sous la charte d'Aliénor d'Aquitaine de 1199[modifier | modifier le code]

Le corps de ville se composait d'un Maire, choisi par le Roi ou par son principal représentant, sur une liste de trois candidats, élus chaque année par le corps de ville tout entier ; de vingt-quatre échevins inamovibles, chargés plus spécialement d'assister le Maire dans l’administration, et de soixante-quinze pairs, nommés aussi par élection et à vie, mais avec cette différence que les échevins étaient élus par les échevins seuls, et que les pairs l'étaient par les cent membres composant le corps de ville[1].

Les statuts de la ville furent modifiés, en 1536 sous François I et rétablit, douze ans plus tard. Lors de leurs rétablissement l'ensemble des membres du corps de ville furent réintégrés dans leurs charges[2].

Élection du Maire[modifier | modifier le code]

Le maire prête serment après son élection dans l'église Saint-Barthélemy. Miniature, XVe siècle.

Échevins[modifier | modifier le code]

Les échevins se divisaient en deux groupes. Douze étaient spécialement désignés par le titre d'échevins et connaissaient en appel des causes jugées en première instance par le juge de la Mairie. Les douze autres s'appelaient conseillers, parce qu'ils conseillaient et assistaient le Maire dans ses fonctions administratives de chaque jour. À chacune des installations de maire, on arrêtait, tous les ans, par un roulement régulier, la liste des échevins et celle des conseillers[1].

Sous le règne de François 1[modifier | modifier le code]

Chabot, seigneur de Jarnac et Gouverneur de la ville et d'Aunis, réussit à faire supprimer l’élection annuelle du maire et devient maire perpétuel en vertu des lettres patentes de François Ier, du mois de [2]. Il entre en fonction le . François Ier rendit la mairie perpétuelle et, l'érigea en office. Chaque année, le maire perpétuel devait s'adjoindre un sous-maire. Il remplaça l'ancien corps de ville par vingt échevins biennaux, nommés la première fois par Jarnac, et qui devaient se renouveler annuellement par moitié, au moyen de l'élection de dix nouveaux candidats élus par la totalité des bourgeois. À cet effet, quinze jours avant l'expiration de l'année municipale, les fabriqueurs ou marguilliers de chacune des cinq paroisses invitaient, au prône, les bourgeois à se réunir, le dimanche suivant, dans leur église paroissiale. Convoqués au son de la cloche, ceux-ci nommaient alors dix électeurs par paroisse, et ces derniers, après avoir prêté serment, sur les sacrées reliques et devant un notaire qui en dressait acte, de choisir entre eux deux des plus suffisants et capables, désignaient ceux qui devaient exercer les fonctions d'échevins. Les dix élus étaient ensuite présentés au Maire perpétuel, qui était tenu de les accepter et installer, s'il n'existait contre eux aucune cause d'incapacité[1].

À partir de 1695[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville de La Rochelle est composé d'un corps de logis style renaissance protégé par un mur d'enceinte gothique flamboyant, avec chemin de ronde et tours à créneaux et mâchicoulis, érigé à la fin du XVe siècle.

Les maires de La Rochelle[modifier | modifier le code]

Cour intérieure de l'hôtel de ville.

Grâce à la charte de commune attribuée par Aliénor d'Aquitaine en 1199, La Rochelle est la première ville de l’Histoire de France à procéder à l’élection d’un maire, en la personne de Guillaume de Montmirail.

Ce privilège lui est retiré par Louis XIII le , à la suite de la capitulation de la ville au Grand Siège, mené par le cardinal de Richelieu.

Ce n’est que le que Louis XV rend de nouveau élective la mairie de La Rochelle, et la compose d’un maire, de quatre échevins, de dix conseillers et d’un procureur syndic.

Le maire actuel de La Rochelle est Jean-François Foutaine.

Élections municipales[modifier | modifier le code]

2008[modifier | modifier le code]

Résultats des élections municipales de 2008[3]
Liste Candidat Nombre de voix Score
PS-EELV-PRG-PCF Maxime Bono 15 400 58,93 %
UMP Dominique Morvant 6 405 24,51 %
MODEM Marie-Laure Tissandier 1 884 7,21 %
FN Jean-Marc De La coste Lareymondie 931 3,56 %
DVG Patrick Vallée 838 3,21 %
LO Antoine Colin 436 1,67 %
PT Michel Cococullo 239 0,91 %
Abstention : 46,06 %

2001[modifier | modifier le code]

Résultats des élections municipales de 2001[4]
Liste Candidat Nombre de voix Score
PS Maxime Bono 15 190 67,36 %
UDF Philippe Chastenet 3 366 14,93 %
RPR André Rougé 2 302 10,21 %
MNR Gilles Bredillot 1 080 4,79 %
PT Jacques Dumerc 614 2,72 %
Abstention : 46,84 %

1995[modifier | modifier le code]

Résultats des élections municipales de 1995[5]
Liste Candidat Score
PRG Michel Crépeau 58,02 %
RPR Jean-Louis Léonard 29,00 %
UDF Philippe Chastenet 6,52 %
FN Jean-François Galvaire 4,88 %
PT Jacques Dumerc 1,58 %
Abstention : 38,97 %

Composition du Conseil municipal[modifier | modifier le code]

2001-2008[modifier | modifier le code]

Maire
Maxime Bono
Maires adjoints et leurs délégations
René Bénéteau, Albert Bret, Alain Bucherie, Colette Chaigneau, Jean Pierre Chantecaille, Jean-Claude Chiché, Jack Dillenbourg, Olivier Falorni, Marylise Fleuret-Pagnoux, Gilles Gautronneau, Brigitte Graux, Joëlle Laporte-Maudire, Denis Leroy, Juliette Libert, Jean-Pierre Mandroux, Henri Moulinier, Marc Parnaudeau, Maryline Simoné ;
Conseillers municipaux délégués
Brigitte Baudry, Jean-Pierre Beaudonnet, Patrick Bouyer, Marie-José Denys, Sylviane Dulioust, Jean-François Fountaine, Philippe Joussemet, Patrick Larible, Pierre Malbosc, Brigitte Peudupin, Jean Louis Rolland, , Nathalie Seguin ;
Conseillers municipaux de la majorité
Séverine Baron, Évelyne Blanchon, Marianne Bruller, Patricia Friou, Cécile Hidreau, Geneviève Lethu-Gousseau, Daniel Matifas, Esther Memain, Marie-Yvonne Roy, Denise Sabourin, Cédric Suire ;
Conseillers municipaux de l'opposition
Dominique Augras, Thierry Godeau, Dominique Morvant, Gilles Raveau ;
Conseillers municipaux non inscrits
Philippe Chastenet, Stéphane Leroy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jourdan, Éphémérides historiques de la Rochelle, A.SIRET, , 595 p. (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]