Maio (Cap-Vert)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maio.

Maio
Carte de Maio.
Carte de Maio.
Géographie
Pays Drapeau du Cap-Vert Cap-Vert
Archipel Cap-Vert
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 15° 13′ 33″ N, 23° 09′ 56″ O
Superficie 269 km2
Point culminant Monte Penoso (436 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Statut Municipalité du Cap-Vert
Démographie
Population 6 952 hab. (2010)
Densité 25,84 hab./km2
Plus grande ville Vila do Maio
Autres informations
Fuseau horaire UTC-1

Géolocalisation sur la carte : Cap-Vert

(Voir situation sur carte : Cap-Vert)
Maio
Maio
Îles au Cap-Vert

Maio (Dja r’ Mai en créole du Cap-Vert) est l'une des îles de Sotavento situées au sud de l'archipel du Cap-Vert ; elle est au sud de l'île Boa Vista et à l'est de l'île de Santiago.

Elle est desservie par l'aéroport de Maio.

Géographie[modifier | modifier le code]

A 25 km de Santiago et ainsi à 10 minutes de vol de celle-ci, elle s'étend sur 25 km de longueur pour une largeur de 16 km.

Son point culminant est le Monte Penoso qui s'élève à 436 m d'altitude. L'île est soumise à l'érosion du vent et ne présente aucune traces de son passé volcanique. Son climat est aride et son sol très calcaire. Quelques oasis de cocotiers se trouvent au sud ainsi qu'une cinquantaine d'hectares de terres arables et la plus grande forêt reconstituée du pays. Le nord est composé de dunes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île a été découverte en mai 1460 par Diego Gomes et Antonio de Noli qui lui donnent son nom.

Pour la petite anecdote, en 1483, Georges de Bissipat, marin au service du roi Louis XI qui était alors malade, quitta la France sur ordre du roi à la recherche de tortues marines avec deux bateaux et une barque jaugeant ensemble 700 à 800 tonnes, et trois cents soldats, à destination de l'archipel du Cap-Vert, et plus précisément de l'île de Maio, où, d'après les récits des voyageurs du temps, on soignait les lépreux en les trempant dans le sang de tortues géantes, puis en leur faisant manger leur chair. Malheureusement le roi mourut de toute façon avant le retour de l'expédition.

Elle sert à l'origine pour le pâturage de chèvres laissées en liberté qui appauvrissent son sol. L'exploitation du sel y débute au XVIIe ce qui entraine le peuplement de l’île.

Les Anglais utilisent l'île comme lieu d’approvisionnement, d'où le nom de Porto Inglès du port. Son sel est expédié au Brésil et enrichir l'île mais, un impôt sur le sel et des mesures protectionnistes du gouvernement brésilien mettent fin à son développement qui cesse totalement au début du XXe siècle. Les famines et la sécheresse entraînent une importante immigration.

L'île essaie depuis ce temps de vivre du tourisme[2].

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[3]
1580 1650 1720 1800 1900 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010
Nombre d'habitants 50 120 250 700 1 900 1 879 2 680 3 466 4 098 4 964 6 754 6 952

Localités[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Petit Futé Cap-Vert, 2015, p. 196
  2. Petit Futé Cap-Vert, 2015, p. 196-197.
  3. Sources : Richard A. Lobban Jr et Paul Khalil Saucier, Historical dictionary of the Republic of Cape Verde, Scarecrow Press, Lanham, Maryland ; Toronto ; Plymouth, 2007, p. 142 (ISBN 978-0-8108-4906-8) d'après T. B. Duncan, Atlantic Islands: Madeira, the Azores, and the Cape Verdes in Seventeenth-Century Commerce and Navigation, University of Chicago Press, 1972, et les recensements au Cap-Vert à partir de 1980

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard A. Lobban Jr et Paul Khalil Saucier, « Maio », Historical dictionary of the Republic of Cape Verde, Scarecrow Press, Lanham, Maryland ; Toronto ; Plymouth, 2007, p. 142-143 (ISBN 978-0-8108-4906-8)
  • Michel Lesourd (dir.), « Maio », in Le Cap-Vert, les Éd. du Jaguar, Paris, 2006, p. 146-153 (ISBN 978-2-86950-408-0)
  • Sabrina Requedaz et Laurent Delucchi, « Maio, la discrète », in Cap-Vert, Éditions Olizane, Genève, 2011 (6e éd.), p. 267-277 (ISBN 978-2-88086-394-4)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :