Mainate religieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gracula religiosa

Gracula religiosa
Description de cette image, également commentée ci-après
Mainate religieux
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Sturnidae
Genre Gracula

Espèce

Gracula religiosa
Linnaeus, 1758

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 18/09/1997

Le Mainate religieux (Gracula religiosa) est une espèce de passereau de la famille des Sturnidae.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Son plumage est noir brillant ; cet oiseau mesure de 27 à 31 cm[1]. Son bec est jaune et il a une caroncule jaune derrière l’œil[2].

Il peut vivre de 15 à 30 ans.

Comportement[modifier | modifier le code]

Cet oiseau est un oiseau très câlin et interactif si on lui donne toute l'attention dont il a besoin.

Son chant est mélodieux.

Chant du mainate religieux

Il est aussi un beau parleur. Le mainate imite, souvent mieux que les perroquets, les sons et même la voix humaine, à condition bien sûr qu'on l'ait eu tout jeune.

Il faut bien réfléchir avant de prendre un mainate chez soi car cet animal est très sale. Quand il mange il secoue la tête et projette des aliments tout autour de la cage. La cage doit être nettoyée pratiquement tous les jours car le mainate produit des excréments liquides et abondants.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Œufs de Mainate religieux Muséum de Toulouse.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Le mainate se trouve dans le sous-continent indien, sur le territoire indien mais aussi au Népal et au Bhoutan jusqu'à 2000 m. Son aire de répartition continue en Asie du Sud-Est et jusqu'au sud de la Chine, et via la Thaïlande vers le sud-est à travers le nord de l'Indonésie jusqu'à Palawan et aux Philippines. Il est pratiquement éteint au Bangladesh en raison de la destruction de l'habitat et de la surexploitation pour le commerce d'animaux de compagnie. Une population sauvage sur l'île Christmas a également disparu. Des populations introduites existent à Sainte-Hélène, à Porto Rico et peut-être aux États-Unis continentaux.

Les spécimens sauvages ont besoin d'au moins un climat subtropical humide pour persister[3].

Distribution des différentes sous-espèces de mainate

Le mainate est presque entièrement arboricole, se déplaçant en grands groupes bruyants d'une demi-douzaine environ, dans des cimes d'arbres à la lisière de la forêt. Il sautille latéralement le long de la branche. Comme la plupart des étourneaux, le mainate est assez omnivore, mangeant des fruits, du nectar et des insectes.

Ils construisent un nid dans un trou dans un arbre. Les nichées sont habituellement de deux ou trois œufs. Il n'y a pas de dimorphisme sexuel chez ces oiseaux[4].

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Gracula religiosa a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758[5].

Liste des sous-espèces[6][modifier | modifier le code]

  • Gracula religiosa religiosa
  • Gracula religiosa batuensis
  • Gracula religiosa palawanensis
  • Gracula religiosa venerata
  • Gracula religiosa intermedia
  • Gracula religiosa peninsularis
  • Gracula religiosa andamanensis

Évocation artistique[modifier | modifier le code]

Le don d'"oiseau parleur" qui imite la voix humaine du Mainate sert de base au scénario du court-métrage "Noces" (3 minutes) réalisé par le thaïlandais Banjong Pisanthanakun, court-métrage du film à sketches The ABC's of Death.

Le compositeur Olivier Messiaen s'est inspiré de son chant dans l'une des pièces de ses oiseaux exotiques, écrites entre 1955 et 1956[7].

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif, Histoire naturelle, Flammarion, , 650 p. (ISBN 978-2-0813-7859-9), p. Mainate religieux
  2. Collectif (trad. François Poncioni), Le règne animal, Gallimard Jeunesse, , 624 p. (ISBN 2-07-055151-2), p. Mainate religieux page 358
  3. (en) Sálim Ali, Handbook of the birds of India and Pakistan 5, 5,, vol. 5, New Delhi, Oxford University Press, , 2e éd. (OCLC 311599368), p. 191-194
  4. A. Mete, H. G. Hendriks, P. H. M. Klaren et G. M. Dorrestein, « Iron metabolism in mynah birds (Gracula religiosa) resembles human hereditary haemochromatosis », Avian Pathology, vol. 32, no 6,‎ , p. 625–632 (ISSN 0307-9457, PMID 14676014, DOI 10.1080/03079450310001610659, lire en ligne, consulté le 21 avril 2020)
  5. Linnaeus, C. 1758: Systema Naturae per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Tomus I. Editio decima, reformata. Holmiæ: impensis direct. Laurentii Salvii. i–ii, 1–824 pp doi: 10.5962/bhl.title.542: page 108
  6. (en) fotolulu, Taxonomy of the birds of the world : The complete checklist of all bird species and subspecies of the world, BoD – Books on Demand, (ISBN 978-3-7481-6569-9, lire en ligne), p. 443
  7. Institut de Recherche et Coordination Acoustique / Musique (IRCAM), « Note de Oiseaux exotiques », sur brahms.ircam.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :