Maigret, Lognon et les Gangsters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maigret, Lognon
et les Gangsters
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur Presses de la Cité
Lieu de parution Paris
Date de parution 1952
Nombre de pages 190
Série Commissaire Maigret
Chronologie

Maigret, Lognon et les Gangsters est un roman policier de Georges Simenon, publié en 1952 aux Presses de la Cité[1]. Il fait partie de la série des Maigret.

Écrit à Shadow Rock Farm, Lakeville (Connecticut), États-Unis, du 1er au 8 octobre 1951.

Le roman est publié simultanément aux Presses de la Cité et dans la Revue des deux Mondes, sous le titre Maigret et les Gangsters, entre le 15 mars et le (5 épisodes).

Résumé[modifier | modifier le code]

Surnommé l'inspecteur Malgracieux à cause de son humeur et de son aspect sinistre, Lognon se croit sans cesse persécuté. En fait, c'est surtout son caractère qui l'empêche d'accéder à des fonctions supérieures. Or, voici que se présente l'affaire de sa vie : il est en mission quand, une nuit, il voit un corps jeté d'une voiture sur la chaussée, en plein Paris ; aussitôt arrive une autre voiture, dont le conducteur enlève le corps. Lognon décide d'agir seul, sans en référer à ses chefs, mais bientôt sa femme, malade, reçoit la visite d'inquiétants personnages parlant anglais et qui fouillent l'appartement, puis repartent sans demander leur reste.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Surnommé l'inspecteur Malgracieux à cause de son humeur et de son aspect sinistre, Lognon se croit sans cesse persécuté : il est convaincu qu'une vaste conspiration nuit à son avancement. En fait, il est foncièrement honnête, mais malchanceux ; c'est surtout son caractère qui l'empêche d'accéder à des fonctions supérieures. Or, voici que se présente l'affaire de sa vie : il est en mission quand, une nuit, il voit un corps jeté d'une voiture sur la chaussée, en plein Paris ; aussitôt arrive une autre voiture, dont le conducteur enlève le corps. Lognon décide d'agir seul, sans en référer à ses chefs, mais bientôt sa femme, malade, reçoit la visite d'inquiétants personnages parlant anglais et qui déclarent rechercher la victime. Effrayé, Lognon raconte tout à Maigret, lequel prend l'affaire en main, tout en permettant au Malgracieux de participer à l'enquête. Le jour même, Lognon est attaqué, malmené et se retrouve à l'hôpital, sérieusement blessé. Ayant découvert que les gangsters sont américains, Maigret se met en rapport avec le F.B.I. qui ne lui transmet que parcimonieusement quelques renseignements : deux tueurs de chez eux sont en effet partis pour la France ; ils s'appellent Cinaglia et Cicero ; le corps serait bien celui de Mascarelli, dit Sloppy Joe. Dans les milieux américains de Paris, on se tait ; il est conseillé à Maigret de laisser tomber cette affaire, car on n'est pas habitué en France à lutter contre de vastes organisations criminelles ; de plus, les « méthodes » des gangsters américains sont très « radicales » : Maigret est-il armé pour y faire face ? Piqué au vif par ces réflexions offensantes, Maigret va montrer aux Américains ce qu'est la police française : les deux tueurs sont rapidement retrouvés, maîtrisés et arrêtés. C'est à ce moment que se manifeste Harry Pills, assistant du « district attorney » de Saint-Louis (États-Unis). Dans cette ville, le roi du racket a assassiné un homme. Sloppy Joe, témoin du meurtre, craignant pour sa vie, a franchi l'Océan pour échapper aux tueurs lancés à ses trousses. Cinaglia et Cicero l'ont repéré à Paris et ont tenté de l'assassiner : c'est son corps qu'ils ont jeté dans la rue sous les yeux de Lognon. Pills a été chargé de poursuivre les gangsters et de ramener le témoin vivant : c'est lui qui a recueilli et emmené Sloppy Joe qui n'était que blessé. Sans Lognon, ces événements auraient échappé à la police française méprisée par les Américains ; mais Maigret leur a montré...

Aspects particuliers du roman[2][modifier | modifier le code]

Maigret désire montrer aux Américains ce que vaut la police française. L’idée dont il est persuadé est que tous les tueurs sont des imbéciles, sinon ils ne tueraient pas. Ce qui doit être aussi vrai aux États-Unis qu’en France.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Paris (principalement quartier de l’Étoile). Maisons-Laffitte. Références à Saint-Louis (États-Unis).

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine ; l’enquête dure trois jours et se déroule en novembre.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Lognon, dit le Malgracieux, inspecteur de police du IXe arrondissement, marié, pas d’enfants, 47 ans.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Tony Cicero, tueur américain
  • Charles Cinaglia, tueur américain
  • Mascarelli, dit Sloppy Joe, Américain, la victime

Adaptations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

L'Univers de Simenon, Maurice Piron, Presses de la Cité, 1983

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Achevé d'imprimer février 1952
  2. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.