Maiasaura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maiasaura peeblesorum

Maiasaura est un genre éteint de « dinosaures à bec de canards » herbivores du sous-ordre des ornithopodes et de la famille des Hadrosauridae. Ses fossiles ont été retrouvés au Montana dans la formation de Two Medicine. Ils datent du Crétacé supérieur (Campanien), soit il y a environ entre 83,6 à 72,1 millions d'années[1],[2].

Une seule espèce est rattachée au genre : Maiasaura peeblesorum, décrite par Jack Horner & Robert Makela en 1979[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de genre Maiasaura fait référence à la déesse grecque Maïa, qui signifie littéralement « petite mère ». Pour accentuer cette référence maternelle le suffixe saurus est utilisé sous sa forme féminine saura, « lézard femelle ». Le nom d'espèce honore les propriétaires du terrain où les fossiles ont été découverts : John et James Peebles[1].

Ce nom fait allusion à la découverte de nids de Maiasaura avec des œufs, des embryons et de jeunes animaux sur une aire de nidification. Ceci démontre que Maiasaura nourrissait ses petits alors qu'ils se trouvaient au nid, ce qui est une première pour un dinosaure.

Description[modifier | modifier le code]

Vue d'artiste de Maiasaura par Nobu Tamura.

Le crâne holotype de Maiasaura (référencé aujourd’hui à Yale sous le numéro YPM PU 22405) a été découvert en 1979 dans la partie supérieure de la formation de Two Medicine dans le Montana près de Choteau. Ensuite, plus de 200 spécimens de tout âge ont été extraits de cette formation géologique[3].

Maiasaura mesurait environ 9 mètres de long et sa masse devait varier entre 2 et 2,5 tonnes selon le sexe et l'âge de l'animal[4].

Il possède un « bec de canard » plat, typique des hadrosauridés, et un museau épais. Il montre une petite crête hérissée juste au dessus des yeux qui pouvait être utilisée lors de compétitions de coups de tête entre mâles durant la saison de reproduction[5].

Paléobiologie[modifier | modifier le code]

Illustration d'un troupeau de Maiasaura dans un environnement caractérisé par la présence d'une végétation de conifères, fougères et prêles.

Maiasaura était un herbivore. Il pouvait marcher sur deux (bipédie) ou quatre (quadrupédie) pattes. Des études sur des os de pattes cicatrisés ont montré que les jeunes âgés de moins de quatre ans marchaient principalement sur deux pattes, passant à une marche principalement quadrupède quand ils grandissaient[6].

Il semble n'avoir eu aucune défense contre les prédateurs, sauf peut-être sa lourde queue musculaire et leur immunité grégaire de troupeau. Les troupeaux étaient extrêmement grands et auraient pu compter jusqu'à 10 000 individus[5].

L'analyse des aires de nidification fossilisées a montré que chez Maiasaura, à la différence de la plupart des dinosaures, l'attention portée à leur progéniture était importante. En effet, partout où des restes de Maiasaura ont été retrouvés, on a découvert des centaines de nids. Ces derniers contenaient, pour la plupart, plusieurs coquilles (pleines ou pas), mais aussi des brindilles et des bourgeons. Les paléontologues ont aussi découvert que les os et les ligaments des pattes des plus jeunes, pas encore tout à fait formés, les rendaient incapables de se déplacer pour se nourrir et qu'ils dépendaient ainsi totalement de leurs parents[1].

Classification[modifier | modifier le code]

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Le cladogramme ci-dessous a été réalisé par Prieto-Marquez et ses collègues en 2016[7] ; il est ici simplifié, ne détaillant pas la sous-famille des Lambeosaurinae. Il précise leurs phylogénies précédentes de 2010 et 2013[8],[9]. Leur analyse phylogénétique a pris en compte 61 espèces d'hadrosauridés caractérisées par 273 traits morphologiques (189 au niveau du crâne et 84 pour le squelette post-crânien). Elle montre la proximité de Maiasaura avec les genres Acristavus et Brachylophosaurus, l'ensemble formant un petit clade de saurolophinés basaux regroupés parfois sous le nom de tribu des Brachylophosaurini[10] :



Telmatosaurus





Jintasaurus



Lophorhothon





Claosaurus




Tethyshadros


Hadrosauridae

Hadrosaurus



Saurolophidae
Lambeosaurinae

Saurolophinae


Acristavus



Maiasaura



Brachylophosaurus






Naashoibitosaurus




Kritosaurus




Gryposaurus




Big Bend UTEP 37.7




Willinaqake



Secernosaurus









"Sabinosaur" PASAC-1





Prosaurolophus




Augustynolophus



Saurolophus






Kerberosaurus




Kundurosaurus




Shantungosaurus



Edmontosaurus
















Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) J.R. Horner et R. Makela, « Nest of juveniles provides evidence of family structure among dinosaurs », Nature, vol. 282, no 5736,‎ , p. 296–298 (DOI 10.1038/282296a0)
  2. (en) Horner, J. R., Schmitt, J. G., Jackson, F., & Hanna, R. (2001). Bones and rocks of the Upper Cretaceous Two Medicine-Judith River clastic wedge complex, Montana. In Field trip guidebook, Society of Vertebrate Paleontology 61st Annual Meeting: Mesozoic and Cenozoic Paleontology in the Western Plains and Rocky Mountains. Museum of the Rockies Occasional Paper (Vol. 3, pp. 3-14)
  3. (en) "Introduction," Trexler (2001); pages 299-300
  4. (en) Holtz, Thomas R. Jr. (2011) Dinosaurs: The Most Complete, Up-to-Date Encyclopedia for Dinosaur Lovers of All Ages, Winter 2010 Appendix.
  5. a et b (en) Maiasaura, Dodson et al. (1994); pages 116-117
  6. (en) Jorge Cubo, Holly Woodward, Ewan Wolff et John R. Horner, « Premiers cas signalés de modélisation biomécanique adaptative d'os chez des dinosaures non aviaires », PLoS ONE, vol. 10, no 7,‎ , e0131131 (PMID 26153689, PMCID 4495995, DOI 10.1371 / journal. pone.0131131)
  7. (en) A. Prieto-Marquez, G.M. Erickson et J.A. Ebersole, « A primitive hadrosaurid from southeastern North America and the origin and early evolution of 'duck-billed' dinosaurs », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 36, no 2,‎ , e1054495 (DOI 10.1080/02724634.2015.1054495)
  8. (en) A Prieto-Márquez, « Global phylogeny of Hadrosauridae (Dinosauria: Ornithopoda) using parsimony and Bayesian methods », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 159, no 2,‎ , p. 435–502 (DOI 10.1111/j.1096-3642.2009.00617.x)
  9. (en) A. Prieto-Márquez, « Skeletal morphology of Kritosaurus navajovius (Dinosauria:Hadrosauridae) from the Late Cretaceous of the North American south-west, with an evaluation of the phylogenetic systematics and biogeography of Kritosaurini », Journal of Systematic Palaeontology, vol. in press,‎ (DOI 10.1080/14772019.2013.770417)
  10. (en) T.A. Gates, Horner, J.R., Hanna, R.R. et Nelson, C.R., « New unadorned hadrosaurine hadrosaurid (Dinosauria, Ornithopoda) from the Campanian of North America », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 31, no 4,‎ , p. 798–811 (DOI 10.1080/02724634.2011.577854, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]