Mahir Guven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mahir Guven
Naissance
Nantes, France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman

Œuvres principales

Grand frère (2017)

Mahir Guven (pron. [ɡyˈvɛn]) est un écrivain et éditeur français, né à Nantes en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Mahir Guven est né apatride, fils d'une mère turque et d'un père kurde réfugiés en France. Français depuis l'âge de dix ans[1], il grandit à Saint-Sébastien-sur-Loire, dans la banlieue sud-est de Nantes, auprès de sa grand-mère[2].

Après un bac d'économie, il poursuit des études de gestion, de droit et d'économie à l'université d'Angers, puis à Paris à la Sorbonne et à Paris-Sud.

De l’âge de quatorze ans jusqu’à la fin de ses études, il exerce divers petits boulots pour financer sa scolarité : ramasseur de muguet, laveur de carreaux, agent d’entretien, comptable, enseignant, téléconseiller au sein d’une assurance, vendeur à la FNAC. De 2010 à 2014, il travaille comme auditeur et consultant dans le domaine financier dans un grand cabinet de conseil. En 2013, pour la 100e édition du Tour de France cycliste, il participe au Tour de Fête organisé par Éric Fottorino, et parcourt à vélo les 3 400 km du tracé de la course, un jour avant les pros[3],[4].

En , il rejoint Éric Fottorino, Natalie Thiriez et Laurent Greilsamer pour lancer le journal le 1. Il en devient le directeur exécutif en , chargé du développement, de la diffusion et des finances. Quatre ans après son lancement, le journal est installé dans le paysage médiatique français, avec plus de 20 000 abonnés et 35 000 acheteurs par semaine, dans un secteur toujours en crise.

En , il publie son premier roman Grand frère. Roman psychologique, il raconte l'histoire de deux frères d'une trentaine d'années ayant grandi en banlieue parisienne. Le premier, Grand frère, est chauffeur de Uber. L'autre, Petit frère, est infirmier, il a disparu sans donner de nouvelles, et tout porte à croire qu'il est parti en Syrie. Un soir, trois ans après sa disparition, Grand frère pense l'apercevoir descendre d'un bus, et se demande s'il est rentré et, le cas échéant, pourquoi. Le roman est alors salué par la critique et est récompensé de plusieurs prix littéraires (Le Figaro[5], Lire, L'Express, Ouest-France[6], Le soir[7], L'Avenir, La Libre, Paris Match, France TV-Culture box[8]) pour la thématique, le rythme du récit, le style proche du langage parlé par la jeunesse des quartiers populaires. Il est retenu dans la sélection du prix Médicis et est finaliste. En , il remporte le prix Première de la RTBF. En , il remporte le prix Régine-Deforges[2]. Le lendemain, il est sélectionné pour le prix Goncourt du premier roman, qu'il remporte le .

En , il quitte l'hebdomadaire Le 1 pour se consacrer à des projets personnels et s'installe à Hambourg en Allemagne.

En , il rejoint les éditions JC Lattès en qualité de directeur littéraire pour fonder La Grenade, un label d'édition dédié aux nouvelles voix et aux premiers romans[9]. Il apparaît lui-même, aux côtés des primo-romanciers et primo-romancières de sa sélection, comme le personnage principal et narrateur de la vidéo de lancement de La Grenade, sous forme de bande-annonce, filmée aux bureaux parisiens de la rue Jacob des éditions JC Lattès[10]. Le label est lancé en mars 2020 avec la publication de Et je veux le monde de Marc Cheb Sun et Saccharoses de Samir[11].

Le lancement de sa collection s'avérant concomitant avec le confinement généralisé ordonné par le gouvernement français en raison de l'épidémie de coronavirus qui frappe le monde en 2020, Mahir Guven se lance alors deux fois par semaine avec ses auteurs et autrices dans des ateliers d'écriture assurés en live sur le réseau social Instagram dans le but de faire naître des vocations parmi la population confinée et de permettre à chaque personne y aspirant de « croire en ses capacités d'écriture[12] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Burgat, « Grand frère », de Mahir Guven, un livre intelligent sur la « radicalisation », sur LeMuslimPost, (consulté le 5 juillet 2019)
  2. a et b « Mahir Guven, lauréat du prix Régine Deforges 2018 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2018)
  3. Fottorino, Éric, 1960-, La belle échappée : un Tour de France autrement, Paris, Gallimard, 191 p. (ISBN 978-2-7424-3811-2 et 2742438114, OCLC 991293928, lire en ligne)
  4. « La belle échappée par Eric Fottorino (Gallimard) », Humeurs Numeriques,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mai 2018)
  5. « Grand Frère, de Mahir Guven: Uber contre Daech », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2018)
  6. « Une histoire de famille, de la banlieue à la Syrie », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2018)
  7. « Mahir Guven, Prix Première: «Je voulais écrire un roman sur notre époque» », Le Soir Plus,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2018)
  8. « Mahir Guven en lice pour le prix Médicis avec "Grand Frère", l'histoire une fratrie franco-syrienne déchirée », Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2018)
  9. « Les éditions Lattès à la recherche de nouvelles voix, pour parler de l'époque », sur www.actualitte.com (consulté le 28 novembre 2019)
  10. Mahir Guven, « La Grenade | Nouveau label littéraire | Le concept », JC Lattès (consulté le 4 mars 2020)
  11. Isabelle Contreras, « Lattès dégoupille sa Grenade », sur https://www.livreshebdo.fr/, Livres Hebdo, (consulté le 13 mars 2020)
  12. Vincy Thomas, « Des ateliers d'écriture sur Instagram », sur livreshebdo.fr, Livres Hebdo, (consulté le 23 avril 2020)