Mahaut de Pouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mahaut de Pouille, dite aussi d'Apulie ou de Hauteville, morte vers 1111-1112, fille de Robert Guiscard, duc de Pouille, et Sykelgaite de Salerne, devint par mariage comtesse de Barcelone, puis vicomtesse de Narbonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mahaut est la fille aînée de Robert Guiscard, le fils d'un petit noble de Normandie ayant participé à l'aventure normande en Italie et devenu comte d'Apulie (ou Pouille) (1057), puis duc d'Apulie, de Calabre, et de Sicile (1059), et de sa seconde épouse, la princesse lombarde Sykelgaite de Salerne. Mahaut de Pouille naît probablement en 1059 ou 1060 à Melfi, capitale de l'Apulie, ou à Salerne, capitale d'une principauté lombarde.

En 1078, elle est envoyée en Barcelonne pour épouser le comte Raimond Bérenger II de Barcelone, de qui elle aura un fils, Raimond Bérenger III.

Après le meurtre de son époux en 1082, elle se remarie entre 1085 et 1087 avec le vicomte Aymeri Ier de Narbonne. Ensemble, ils auront quatre fils :

  • Aymeri II (mort en 1134), vicomte de Narbonne, son successeur ;
  • Bernard, dit aussi Bernard Raimond (attesté en 1103) ;
  • Guiscard (attesté en 1103) ;
  • Bérenger (mort en 1162), d'abord moine à l'abbaye de Saint-Pons-de-Thomières (1103), puis abbé de Lagrasse (1114/1117-1156) et archevêque de Narbonne (1156-1162).

Après la mort de son second époux en Terre Sainte en 1105, elle assiste quelques années son fils Aymeri II dans le gouvernement de Narbonne, avant de se retirer en Catalogne, où on la retrouve souscrivant des actes de son fils aîné Raimond Bérenger III, comte de Barcelone, en 1111, puis le 11 juin 1112[1].

Mahaut de Pouille meurt vers l'an 1112.

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Szabolcs de Vajay, « Mahaut de Pouille, comtesse de Barcelone et vicomtesse de Narbonne, dans le contexte social de son temps », dans Béziers et le Biterrois : Actes du XLIIIe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1971, p. 129-150. [lire en ligne]
  • Martin Aurell, « Jalons pour une enquête sur les stratégies matrimoniales des comtes catalans (IXe-XIe s.) », Symposium internacional sobre els origens de Catalunya (Segles VIII-XI), vol. 1,‎ , p. 281-364 (lire en ligne). [autre version en ligne]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aurell 1995, p. 183 et note 3