Magnia Urbica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Magnia Urbica
Image dans Infobox.
Aureus de Magnia Urbica frappé à Rome.
Titre de noblesse
Caesarissa
Biographie
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activité
Impératrice régnanteVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
IIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant
Nigrinianus (en)Voir et modifier les données sur Wikidata


Magnia Urbica est l'épouse de l'empereur Carin qui règne comme César puis Auguste de 282 à 285.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les historiens ignorent pratiquement tout sur sa vie. Magnia Urbica est connue par des émissions monétaires et des inscriptions. Des antoniniens ont été émis en son honneur par l'atelier de Ticinum (actuellement Pavie en Italie du nord), avec les légendes qui l'associent à la déesse Vénus (VENVS VICTRIX et VENVS CELEST)[1]. Ces monnaies et d'autres émises à Rome durant l'été 283 sont interprétées par les numismates Karl Pink (de) et Daniel Gricourt comme marquant la célébration du mariage de Carin et de Magnia Urbica[2], à Ticinum ou à Rome selon Pink ou à Ticinum selon Gricourt[3].

Monnaie de consécration de Nigrianus.

Une inscription honorifique de Timgad témoigne des titres d'augusta et de mater castrorum (mère des camps) qui lui ont été conférés par son mari[4]. Une autre inscription, fragmentaire, a été trouvée à Rome[5]. Le couple a un fils, Nigrinianus, mort en bas âge et divinisé, avec dédicace de statue érigée à Rome[6] et émission de monnaies commémorant sa consécration[7].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Gricourt, « L'adventus de Carin à Ticinum et son mariage avec Magnia Urbica », Revue numismatique, 6e série, t. 150,‎ , p. 95-112 (lire en ligne).
  • Xavier Loriot, « Problèmes d'historiographie impériale à la fin du IIIe siècle », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France,‎ 1999, 2002, p. 147-154 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]