Magic City (parc d'attractions)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un parc de loisirs image illustrant Paris
Cet article est une ébauche concernant un parc de loisirs et Paris.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne un parc d'attractions parisien disparu. Pour la série télévisée américaine, voir Magic City.
Magic City
Image illustrative de l'article Magic City (parc d'attractions)

Ouverture 1900
Fermeture 1934
Pays Drapeau de la France France
Département Seine
Commune Paris
Type de parc Parc d'attractions
Nombre d'attractions Total : ~ 10
Coordonnées 48° 51′ 42″ Nord, 2° 18′ 15″ Est

Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Magic City

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Magic City

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Magic City

Magic City était un parc d'attractions situé entre les nos  67 et 91 du quai d'Orsay face au pont de l'Alma, à Paris[1]. Il a été ouvert de 1900 à 1934. Il fut détruit en 1942[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Annonce d'élection d'une Reine pour la Mi-Carême 1937[3].

Magic City a été construit en 1900 sur les terrains autrefois occupés par le magasin central militaire, sur le quai d'Orsay, au 176-180 rue de l'Université par Ernest Cognacq, propriétaire de la Samaritaine.

C'était le premier parc d'attractions de l'histoire de France, avant Luna Park. Les jardins de Tivoli de Paris, précédant Magic City, tout en étant un parc de loisirs, ne sont pas à proprement parler un parc d'attractions. Donnant à la fois sur le quai d'Orsay et rue de l'Université, il était principalement destiné aux adultes. Tout y était fait pour le divertissement : spectacles, attractions, restaurant, bal, skating, palais persan, curiosités, représentations « d’indigènes ». Ceux-ci étaient originaires des Philippines.

Selon le journaliste français Philippe Mellot, le plus ancien parc d’attractions européen est Blackpool Pleasure Beach, inauguré en 1896, suivi de Magic City en 1900 et du Luna Park parisien en 1909[4]. La base de données en ligne RCDB en recense plusieurs qui sont antérieurs à ces trois derniers[N 1],[5]. Le développement du parc est l’œuvre de John Calvin Brown un ingénieur américain de Chicago, qui a développé le Luna Park de Coney Island près de New York, puis a étendu ses activités à Londres.

Ce spécialiste mondial des attractions les plus folles débarque aussi au même moment à Nancy pour installer un autre parc d’attractions, avec des montagnes russes, grâce au soutien du banquier Louis Laffitte.

Le parc d'attractions de Magic City est inauguré le , sur une vaste surface. Juste à côté, Blanche Janin et Georges Hébert, mécanicien, créent une Société en nom collectif au capital de 22 500 francs, pour une activité de « liquoriste-cinéma-concert ». Leur société est bientôt dissoute et le fonds de commerce est cédé le à Magic City.

Le site possédait une grande piste de danse avec orchestre[6]. Elle était située au premier étage du 180 rue de l'Université[7].

Le parc sert à toutes sortes d’usage. Ainsi, une « exposition internationale des sports », la première de ce genre, s’y tient de mai à juillet 1924. Il accueillait aussi des meetings. L’homme politique radical Joseph Caillaux y a fait sa rentrée le . Il prononce à Magic-City, devant un banquet de 3 000 personnes, un grand discours politique où il accuse Raymond Poincaré de n'avoir pas empêché la guerre mondiale, ni réalisé les concessions indispensables vis-à-vis des autres pays et rappelle sa proposition de septembre 1914 de lancer un vaste emprunt pour financer les dépenses de guerre. Gandhi y tint aussi une conférence le [8].

Le parc de Magic-City disparaît en 1926, lors du lotissement du quartier et de la création, sur son emplacement, de la rue Cognacq-Jay. Ne subsiste ensuite, sur une surface plus réduite, qu'une vaste salle de danse pouvant accueillir plus de 3 000 personnes, célèbre pour ses bals gays, alors scandaleux, et partie prenante de la légende de la nuit parisienne. Comme au temps du parc d’attractions, on continue à y projeter des films.

Le bal des travestis de la Mi-Carême[modifier | modifier le code]

Annonce du bal travesti de la Mi-Carême dans L'Intransigeant le 13 avril 1931[9].

L'écrivain Tristan Tzara[10], aimait ainsi se rendre au grand bal travesti du Magic City, donné à l'occasion de la Mi-Carême.

Le bal travesti de la Mi-Carême, qui était le phare des nuits homosexuelles à Paris[11], y était organisé tous les ans dès les années 1920[12]. Il est immortalisé par le photographe Brassaï en 1931[13].

« La crème des invertis parisiens devait se rencontrer là-bas, sans distinction de classe, de race ou d'âge. Et chaque catégorie est venue, des fagots, des croiseurs, des poulets, des vieilles reines, de célèbres antiquaires et des garçons bouchers, des coiffeurs et de jeunes garçons d'ascenseur, des créateurs de robes bien connus et des drag queens… »

— David Higgs, historien[14]

L'annonce pour le bal de la Mi-Carême 1920 proclame : « Les Travestis seront la majorité[15] ».

Le Magic City est fermé[16] par décision des autorités.

Après la fermeture du parc d'attractions en 1934, la salle continue à être utilisée pour des événements. Dont l'élection de Francine Constance, Reine des Reines de Paris 1935[17].

La même année, on relève une évolution dans le bal de la Mi-Carême. Dans son annonce, il est précisé que[18] :

Pour répondre à certaines critiques, la direction de Magic-City prévient sa clientèle qu'elle assistera à un bal costumé très gai, mais de bon goût, auquel les hommes travestis en femmes ne seront pas admis.

L'interdiction des travestis marque la fin du temps de la prospérité des bals homosexuels de la Mi-Carême à Magic-City.

La Mi-Carême continue à être fêtée à Magic-City. En 1937, c'est là qu'a lieu l'élection de la Reine du 7e arrondissement de Paris[3].

La destruction de Magic City[modifier | modifier le code]

Réquisitionné au profit des autorités allemandes, Magic City est détruit en 1942 pour céder la place aux studios de télévision Fernsehsender Paris [N 2], qui deviendront plus tard Paris-Télévision et les studios Cognacq-Jay[19].

Le site devint ensuite célèbre grâce à ces studios de télévision, installés par les Allemands en 1943 et qui fait du cinéma Magic-City, au 15 rue Cognacq-Jay (Paris 7e), un centre de télévision pour leurs propres troupes, abandonné dans cet immeuble en août 1944[20]. Un montant sera réclamé à l’État par la société Magic-City pour occupation de ses locaux pendant la guerre

Lieu de renaissance de la télévision française après la Seconde Guerre mondiale, ces studios sont utilisés après la Libération et jusqu'en 1992, par la RTF, puis l'ORTF. TF1 les quittant finalement pour ses studios à Boulogne.

Il faut attendre 1955 pour voir l'ouverture d'un nouveau parc d'attractions en France : le Parc Bagatelle.

Attractions[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les plus populaires sont le Prater de Vienne (1766), les Jardins de Tivoli (1843) et Gröna Lund (1883).
  2. Émissions pour les troupes stationnées à Paris et les blessés allemands rapatriés.
  3. Annonce pour le bal de la Mi-Carême parue dans la rubrique Spectacles et concerts, Le Petit Parisien, jeudi de la Mi-Carême 11 mars 1920, p. 3, 5e colonne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Magic City - Paris 7e Constructions détruites
  2. Magic-City
  3. a et b L'élection de la Reine du 7e arrondissement de Paris a lieu dans la salle de Magic City en février 1937. Elle est annoncée dans la rubrique Échos et propos, Aujourd'hui, Réunions, du journal Le Matin, 20 février 1937, page 2, 5e colonne [lire en ligne].
  4. Philippe Mellot, Paris au temps des fiacres, 2006, p. 96
  5. Duane Marden, « Parcs d'attractions », sur rcdb.com (consulté le 28 octobre 2016)
  6. Paris dans les années vingt. Voir une photo de la salle de bal reproduite sur la base Commons.
  7. L'encyclopédie du Tango - Magic City
  8. Le Temps du 21 février 1925
  9. Le cortège de la Mi-Carême 1931 à Paris défile cette année-là à une date décalée et tardive le dimanche 12 avril 1931. L'annonce est parue dans l'Intransigeant daté du 13 avril 1931, page 6, 5e colonne.
  10. Tristan Tzara, par François Buot - 2002 -
  11. Paris dans les années 30
  12. Le bal de la Mi-Carême 1920 est annoncé dans la rubrique Spectacles et concerts, Le Petit Parisien, jeudi de la Mi-Carême 11 mars 1920, page 3, 5e colonne. Voir l'annonce du bal reproduite sur la base Commons.
  13. Agence photographique
  14. (en) David Higgs, Queer Sites: Gay Urban Histories Since 1600, éditions Routledge, 1999, p. 27
  15. Annonce pour le bal de la Mi-Carême parue dans la rubrique Spectacles et concerts, Le Petit Parisien, jeudi de la Mi-Carême 11 mars 1920, page 3, 5e colonne.
  16. (en) Florence Tamagne, A history of homosexuality in Europe, éditions Algora Publishing, 2004, p. 51
  17. L'élection de la reine des reines de Paris, Le Matin, 23 mars 1935, page 9, 2e colonne. Voir l'article reproduit sur la base Commons.
  18. Le Petit Journal, rubrique Bals, 28 mars 1935, page 5, 3e colonne. Voir l'annonce reproduite sur la base Commons.
  19. Fernsehsender Paris
  20. « Adam Saulnier journaliste d'art à l'ORTF : Biographie », page 75, par Gérard Streiff - 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]