Magdelaine Bavent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bavent.
Magdelaine Bavent
PIERARTLOUVIERS0003.jpg
Exorcisme de Magdelaine Bavent
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Condamnée pour
Condamnation

Magdelaine Bavent, aussi orthographié Madelaine Bavent, née en novembre 1602, était une religieuse au couvent Saint-Louis-Sainte-Élisabeth à Louviers. Elle fut l'une des protagonistes de l'affaire des possédées de Louviers.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon son acte de baptême, elle l'aurait été le 17 novembre 1602, ce qui place sa naissance dans les jours précédents[1]. Orpheline à 9 ans, elle est recueillie par son oncle Sadoc, un personnage important de la ville qui la place chez une lingère où elle rencontre un Bontemps, un moine cordelier qui sera finalement chassé de son ordre, à cause de sa mauvaise réputation[2]. En 1623, alors âgée de 21 ans, elle entre comme novice au couvent Saint-Louis-Sainte-Élisabeth, qui vient tout juste d'être fondé[3]. Vers 1628, elle devient tourière[1].

Elle reçoit un enseignement quelque peu étrange auprès du directeur de la maison, un certain Pierre David sans doute adamite, qui proclame « qu'il fallait faire mourir le péché par le péché, pour rentrer en innocence, et ressembler à nos premiers parents, qui étaient sans aucune honte de leur nudité… » et oblige ses religieuses à vivre nues au sein du monastère. David mort lors d'un retour de voyage à Paris, Mathurin Le Picard lui succède et perpétue les pratiques de son prédécesseur. De là surviennent les véritables ennuis de Magdelaine.

Les débuts de l'affaire « des possédées de Louviers » voit le jour, une histoire de pratiques diaboliques exercées par les membres du couvent eux-mêmes.

Bien que nombre d'articles et de récits nomment Magdelaine comme étant l'un des auteurs de ce désordre, beaucoup d'entre eux prêtent à confusion. Notamment, sa confession générale laisse à penser qu'elle était une fille trop naïve et manipulable. « Si j'ai péché, ce n'est que par ignorance et non par malice », dit-elle[1].

L'affaire prend de l'ampleur vers 1643 et Magdelaine ainsi que d'autres sœurs sont menacées du bûcher. Magdelaine est emprisonnée à la prison d'Évreux dans un premier temps puis, à la suite du décès de l'évêque d’Évreux, François de Péricard, son confesseur, elle est dirigée vers la prison de Rouen où elle meurt en 1652.

Sa vie et ses actes, semblables à ceux de sœur Jeanne des Anges, permettent de déceler qu'elle souffrait de troubles de comportement, hystérie, fabulations à thèmes érotiques, en rapport avec le contexte religieux et un « érotisme chrétien ésotérique »[4]. Victime condamnée, il demeure difficile d'établir quel trait, de la naïveté ou d'une certaine hypersexualité, domine sa personnalité[5].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Roger Dubos, Les possédées de Louviers. Histoire de Magdelaine Bavent, Charles Corlet, 1990, (ISBN 9782854802474)
  • Histoire de Magdelaine Bavent, religieuse du monastère de Saint-Louis de Louviers, 1652. Lire en ligne.
  • Jules Michelet, La Sorcière. Lire en ligne, en particulier chap. VIII.
  • Histoire et confession de Magdelaine Bavent, religieuse du couvent de Saint-Louis de Louviers, avec sa confession générale et testamentaire…[1].
  • Comte de Lasteyrie, Histoire de la confession sous ses rapports religieux, moraux et politiques, Paris, 1846. Chapitre VII, p. 231. Lire en ligne. Madeleine Bavent y est en premier lieu nommé Elizabeth.
  • Yves Lecouturier, Sorciers, sorcières et possédées en Normandie, procès en sorcellerie du Moyen Age au XVIIIe siècle, ed. Ouest-France.
  • Lucien Barbe, « Histoire du couvent de Saint-Louis et de Sainte-Elisabeth de Louviers et de la possession des religieuses de ce couvent », dans Bulletin de la société d'études diverses de l'arrondissement de Louviers et de sa région, 1900, pp. 103-423
  • Ernest Hildesheimer, « Les possédées de Louviers », dans Revue d'Histoire de l'Eglise de France, 1938, XXIV, pp. 422-457
  • Fumiaki Nakanishi, L'affaire de Louviers : sorcières et possédées au milieu du XVIIe siècle, Lille, ANRT, 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Édition et notes de Stéphane Vautier, Confession d'une sorcière. L'affaire de Louviers, Cahors, La Louve éditions, , 172 p.
  2. Ernest Hildesheimer, « Les possédés de Louviers », Revue d'Histoire de l'Eglise de France vol. 24 n°105,‎ , p. 427
  3. « Inventaire général du patrimoine culturel », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 30 avril 2018)
  4. Sarane Alexandrian, « citation », sur Babelio.fr
  5. « soit par mon peu d'esprit, soit par mon libertinage... » Histoire de la confession, p. 233.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]