Magdalena Abakanowicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Abakanowicz.
Magdalena Abakanowicz
Abakanowicz IMG 4565.jpg
Magdalena Abakanowicz en 2010.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
VarsovieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Distinctions
Site web
Œuvres principales
Space of Unknown Growth (Espace de Croissance Inconnue) à l'Europos Parkas (Lituanie).

Marta Magdalena Abakanowicz-Kosmowska, née le à Falenty près de Varsovie en Pologne et morte le à Varsovie[1], est une sculptrice et artiste textile polonaise appartenant au mouvement de l'avant-garde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nierozpoznani dans le Fort Winiary (Poznan).

Magdalena Abakanowicz est issue d'une grande famille d’origine tatare de l’aristocratie russe exilée en Pologne depuis la Révolution de 1917[2]. Elle fait ses études à l'Académie des beaux-arts de Varsovie entre 1950 et 1954.

Elle débute en tant qu'artiste en 1960 avec une exposition qui comporte de grandes gouaches sur papier et quelques tissages qui sera interdite pour cause de formalisme. Elle réalise ses premières créations mixtes qu'elle appelle « abacanes »[3], en 1960.

En 1962, elle est acceptée à la Ière biennale internationale de la tapisserie de Lausanne. Le créateur de la biennale, Jean Lurçat espère ainsi provoquer le milieu de la tapisserie dominé par la tradition française du « beau tissu ». Elle reçoit la Médaille d'or de la Biennale Internationale du Tissus[4] et en 1965 le grand prix de la VIIIe biennale de São Paulo[4].

Entre 1965-1990, Magdalena Abakanowicz enseigne à l'École nationale supérieure des arts plastiques de Poznań[5]. Entre 1970-1979, elle crée les Altérations, ensemble de sculptures et se met à l'écriture en écrivant des textes métaphoriques sur le cerveau, la mythologie et la religion. Elle commence à travailler sur des matériaux basiques, tel que le bois, la pierre, la céramique et débute les dessins au fusain.

En 1980, elle réalise Embryologie pour la Biennale de Venise. Deux ans plus tard, elle expose à la Galerie Jeanne Bucher à Paris. En 1987, elle écrit avec Pierre Restany le livre Katarsis[6] et en 1988 réalise pour les Jeux Olympiques de Séoul 10 têtes d'animaux en bronze. Le Walker Art Center de Minneapolis lui commande en 1991 l'installation La Foule.

Démarche artistique[modifier | modifier le code]

L'approche de Magdalena Abakanowicz, utilisant des matériaux et des procédés innovateurs suscite une certaine polémique. En 1966, les Abakans constituent son réel début en sculpture et, dès la fin des années 1980, elle se consacre particulièrement aux sculptures de taille conséquente en abordant l'importance du monde organique et en se basant sur la vie animale et végétale[7].

Magdalena Abakanowicz emploie des matériaux simples, comme le bois, la céramique, le verre, la toile de jute ou la pierre. Elle n'a pas simplement sculpté ; elle s'est également intéressée à la peinture et à l'architecture.

Elle transforme la signification usuelle de la sculpture ; le simple objet devient opportunité d’expérience. Ainsi, elle construit des espaces à contempler ; désirant que le spectateur « entre » dans le travail artistique, à l’intérieur de l’imagination de l’artiste et qu’il soit confronté avec la sagesse de la nature ; étant convaincue que chacun possède la sensibilité et l’intuition nécessaires mais qu’elles sont souvent érodées par l’influence de la civilisation[8].

« Mon intention est d’étendre les possibilités de contact de l’homme avec l’œuvre d’art par le toucher et l’enveloppement (…), je voulais imposer un rythme plus lent sur l’environnement comme un contraste à l’immédiateté et à la rapidité de notre environnement urbain »[9]

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Abacanes, 1965, formes tridimensionnelles mariant voile, toile et grillage métallique
  • Altérations de 1975, sont douze silhouettes humaines assises. Elles sont creuses et ont été réalisées avec des toiles de jute et de la résine synthétique.
  • Dos (années 80), moulages de corps humains en sisal, jute et résine, symbolisant des enveloppes vides sans individualités
  • Têtes (années 80), corps sans visage
  • Catharis (1986) est constitué de trente trois troncs humain coulés en bronze pour la Fondation Guliano Gori de Florence.
  • Foules (années 80-90), ensemble de formes hiératiques en bronze pour des installations en plein air
  • Jasnal, Gruby (2005), Winged Figure( 2006) etGawaine (2006-2007) abordent une approche plus onirique de son travail de sculptrice[9]


Collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Reckitt, Helena. et Phelan, Peggy., Art and feminism, Phaidon, (ISBN 0714835293, 9780714835297 et 9780714863917, OCLC 48098625, lire en ligne)