Magda Tagliaferro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Magda Tagliaferro
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Bourron-marlotte la Chansonnière plaque.jpg

plaque commémorative

Magda Tagliaferro, née le à Petrópolis (Brésil) et morte à Rio de Janeiro le , est une pianiste franco-brésilienne. Elle avait les deux nationalités.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fichier:Bourron-Marlotte la Chansonnière plaque.jpg
Plaque à Bourron-Marlotte (Seine-et-Marne) indiquant que Magda Tagliaferro et Jules Boucherit ont habité et enseigné dans cette maison entre 1922 et 1950.

Madeleine Tagliaferro est née au Brésil. Ses deux parents étaient français ; son père, compositeur, enseignait le chant et le piano. Entrée au Conservatoire de Paris, dans la classe d'Antonin Marmontel, en 1906, elle obtient son premier prix en 1907. Elle a impressionné Albéniz, qui faisait partie du jury, ainsi qu'Alfred Cortot qui la prit comme élève à la classe féminine de piano supérieur[1]. Elle part en tournée avec Gabriel Fauré, joue avec le Quatuor Capet. Tout en continuant sa carrière internationale extrêmement brillante, elle est nommée professeur au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris de 1937 à 1939. En 1939 elle part pour les États-Unis pour promouvoir la musique française. Elle séjourne à Rio de Janeiro pendant les années de guerre où elle enseigne et donne de nombreux concerts. De retour en France elle donne des cours publics à partir de 1956. En octobre 1979, elle donne un récital au Carnegie Hall à la suite d'un article du critique Harold Schonberg dans le New York Times[2].

En plus de sa carrière de soliste, elle a accompagné Jacques Thibaud, Jules Boucherit, Pablo Casals et beaucoup d'autres artistes. Elle a aussi joué en duo avec Edouard Risler, Gabriel Fauré, Cortot et Daniel Varsano.

Parmi les très nombreux chefs avec qui elle a joué figurent Wilhelm Furtwängler, Ernest Ansermet, Charles Münch, Pierre Monteux, Paul Paray, Igor Markevitch, Villa-Lobos et Reynaldo Hahn, qui lui a dédié son concerto pour piano. Elle le présenta à Paris en 1931, et l'enregistra sous la direction du compositeur pour Pathé en 1937. Heitor Villa-Lobos écrivit pour elle Mômo precoce.

En 1958, grâce aux fonds de la famille Tinoco, a été créée à Paris l'Académie Internationale de Piano Magda Tagliaferro. Parmi ses assistantes et professeurs attitrés figuraient des anciennes élèves : Isabel Tinoco, Claudine Perretti, Sylvia Tuxen-Bang et Josette Chossat. Parmi ses principaux élèves, on compte Pnina Salzman, Wladislaw Kedra, Jeanne Demessieux, Flavio Varani, Caio Pagano, Gilberto Tinetti, Oriano de Almeida, Daisy de Luca, Jorge Luis Prats, Enrique Pérez de Guzman, Cristina Ortiz, Raul Sosa, James Tocco, Pía Sebastiani et Alain Bernheim.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Gavoty, Alfred Cortot, biographie, Paris, Buchet-Chastel, coll. « Musique », , 2e éd. (1re éd. 1977), 378 p. (ISBN 978-2-283-02604-5, notice BnF no FRBNF42672905), p. 139-141 : Bernard Gavoty y rapporte le souvenir de Madga Tagliaferro à la classe de Cortot au Conservatoire.
  2. Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1112 p. (ISBN 978-2-2210-6660-7 et 2-221-06660-X, OCLC 319830089), p. 824.

Liens externes[modifier | modifier le code]