Magawa (cricétome)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Magawa
Image dans Infobox.
Exemple d'un cricétome utilisé pour la détection des mines antipersonnel.
Informations
Espèce
Sexe
Mâle
Date de naissance
Lieu de naissance
Date de décès
Occupation
Fait notable
Découverte de mines terrestres et de munitions non explosées au Cambodge (c. 2015-c. 2020)
Distinction(s)

Magawa est un cricétome des savanes détecteur de mines, né le à Morogoro en Tanzanie et mort le 8 ou . Les cricétomes étant dotés d'un odorat très développé et de faible poids, il a été entraîné par l'APOPO en 2014 et en 2015 à découvrir les mines terrestres enfouies dans le sol grâce à l'odeur de TNT qu'elles dégagent. Magawa a ensuite été envoyé au Cambodge pour détecter des munitions non explosées, travail de déminage qu'il a fait pendant au moins quatre ans. Il reçoit en la médaille d'or du PDSA pour son travail ayant sauvé des vies. Son activité de démineur a été soulignée à la fin dans plusieurs médias à grande diffusion.

Contexte : bénéfices et entraînement[modifier | modifier le code]

L'APOPO, une ONG belge fondée en 1997, s'est donnée comme mission de rétablir les terrains minés[1]. Pour ce faire, elle entraîne de neuf à douze mois[note 1] des cricétomes des savanes en sol tanzanien[2]. Puisque ces animaux, aussi appelés « rats de Gambie », sont dotés d'un odorat très développé[5], ils peuvent détecter les munitions non explosées par l'odeur de TNT qu'elles dégagent[2]. Leur faible poids ne déclenche pas les mines à pression[6].

Ils peuvent aussi, à la suite d'un entraînement approprié, découvrir des lieux infectés par la tuberculose[4]. C'est ainsi que Magawa a suivi un entraînement au déminage[2].

Description en légende.
Portant un harnais et supervisé par un humain, ce cricétome des savanes est à la recherche d'un explosif pendant son entraînement. La roue dentée (près des jambes de l'humain) permet de diviser en espaces rectangulaires le terrain à l'étude (la roue peut tourner d'un huitième de tour vers la gauche ou la droite). La tige rigide carrée au-dessus du cricétome est probablement reliée à une autre roue dentée située de l'autre côté du terrain d'entraînement.

Au contraire des chiens par exemple, les cricétomes sont incapables de comprendre plusieurs signaux différents ; chaque entraîneur utilise donc seulement un cliqueur pour communiquer[7]. Au début, un clic indique au cricétome à l'entraînement qu'une récompense l'attend. Plus tard, il est entraîné à relier une récompense à la découverte d'une cible[7]. Mis en contact dès leur plus jeune âge avec des êtres humains, les futurs animaux démineurs sont habitués à porter un harnais et à se déplacer sur un terrain délimité[7]. Leur harnais est relié à un solide filin qui restreint leurs déplacements latéraux[8]. Lorsque l'animal explore un terrain, son harnais est aussi relié à deux légers câbles (ou rubans), chacun étant retenu par une personne. Chaque cricétome apprend à aller d'un côté à l'autre du terrain, les humains relâchant ou tendant le câble selon que l'animal s'éloigne ou se rapproche de leur côté[7].

Un humain muni d'un détecteur de métaux prend en moyenne d'un à quatre jours à déminer un terrain de 200 m2, alors que Magawa, par exemple, prend en moyenne 20 minutes à parcourir un terrain de mêmes dimensions[9]. Sa plus grande vitesse s'explique par le fait qu'il « ne s'arrête pas sur chaque objet métallique »[10]. Lorsqu'il détecte une mine antipersonnel comprenant du TNT (une substance explosive), il gratte le sol au-dessus de l'endroit où elle se trouve[11]. Puisqu'il pèse 1,2 kg (et mesure 70 cm)[11], l'animal est trop léger pour faire détonner les mines terrestres sur lesquelles il marche, il y a donc peu de risque qu'il soit tué ou blessé[12].

Un cricétome des savanes vit le plus souvent huit ans[7]. En tant que démineur, il travaille habituellement pendant cinq ans. Lorsque l'animal est jugé inapte au déminage, il est déplacé dans l'équivalent d'une maison de retraite, où il est logé, nourri et diverti jusqu'à son décès[12].

Un chien peut être entraîné à découvrir des mines et vit plus longtemps qu'un cricétome, mais le coût de son entraînement est plus élevé[7]. Le fondateur de l'APOPO indique que, en , le coût d'entraînement d'un cricétome est d'environ 7 500 US$, alors que celui d'un chien est le triple[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Magawa est né le à Morogoro en Tanzanie[9], pays où il a été entraîné à la détection de mines terrestres[2].

Par la suite, il a été envoyé au Cambodge en 2015 (ou 2016[5]), où il travaille environ 30 minutes par jour, tôt le matin[13]. Lorsqu'il découvre une mine, il reçoit un morceau de banane en signe de félicitation. Le weekend, on lui donne des mets plus recherchés[5].

En quatre ans de collaboration, Magawa découvre 39 mines terrestres et 28 autres munitions non explosées, ce qui permet de restaurer une surface de 141 000 m2, soit l'équivalent de 20 terrains de football, où ces armes ont été enfouies pendant le conflit cambodgien (1978-1999)[14],[11].

En , Magawa est proche de sa retraite[13] mais elle ne devient effective que le , annoncée par l'AFP. Il aura découvert 71 mines et 38 munitions non explosées sur une surface de 225 000 m2, soit l'équivalent de 42 terrains de football[15].

Selon le responsable du programme de déminage au Cambodge, Magawa est « un rat très exceptionnel »[15].

Il meurt à l'âge de 8 ans, âge avancé pour son espèce, durant le week-end du 8 au 9 janvier 2022[6]. Dans le communiqué qu'elle publie pour annoncer sa mort, l'ONG APOPO indique : « Nous tous à Apopo ressentons la perte de Magawa et nous sommes reconnaissants pour le travail incroyable qu'il a accompli". Son "incroyable sens de l'odorat" permettait aux "communautés du Cambodge de vivre, de travailler et de jouer, sans craindre de perdre la vie ou un membre"[6]. »

Reconnaissance et impact[modifier | modifier le code]

Le [3], le People's Dispensary for Sick Animals remet à Magawa la médaille d'or du PDSA dans le but de souligner son travail de déminage au Cambodge[2]. Remise annuellement depuis 2002, c'est la première fois qu'un cricétome reçoit une telle distinction, les récipiendaires antérieurs étant des chiens[16]. Parmi tous les animaux entraînés par l'APOPO, Magawa serait celui qui a obtenu le plus de succès[17].

La reconnaissance d'un animal apparenté aux rats (des sources indiquent que Magawa est un « rat africain géant »[18] ou plus simplement un « rat »[19]) pourrait aider à diminuer l'hostilité envers les rats en général[20]. L'histoire de Magawa a fait l'objet d'articles dans plusieurs médias à grande diffusion : The New York Times, la Stampa, Deutsche Welle et BBC News, qui mentionnent que les mines antipersonnel blessent et tuent encore au Cambodge même si aucune mine n'y a été enfouie depuis 1993[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'organisme People's Dispensary for Sick Animals indique neuf mois d'entraînement[2], alors que Sciences et Avenir indique un an[3]. La chaîne d'information CNN indique que l'entraînement d'un cricétome prend de neuf à douze mois, mais ne précise pas si l'entraînement vise la détection du TNT ou de la tuberculose (maladie que les cricétomes peuvent aussi détecter à l'odeur)[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « History », APOPO, .
  2. a b c d e et f (en) « HeroRAT Magawa - PDSA Gold Medal », PDSA (consulté le ).
  3. a et b AFP, « Royaume-Uni: un rat détecteur de mines récompensé pour sa bravoure », Sciences et Avenir,‎ (lire en ligne).
  4. a b et c (en) Daisy Carrington, « Hero rats sniff (and snuff) out landmines and TB », CNN,‎ (lire en ligne).
  5. a b et c (en) Laurel Walmsley, « Hero Rat Wins A Top Animal Award For Sniffing Out Land Mines », NPR, .
  6. a b et c « Déminage : Magawa, le rat héros renifleur de mines terrestres, meurt à l'âge de huit ans », BBC News Africa,‎ (lire en ligne).
  7. a b c d e et f (en) Rachel A. Becker, « Meet the Giant Rats That Are Sniffing out Landmines », National Geographic, .
  8. (en) Rachel A. Becker, « Meet the Giant Rats That Are Sniffing out Landmines », National Geographic, (dans la vidéo, aller à 1 min : le harnais du cricétome est rattaché à un solide filin.)
  9. a et b (en) « About Magawa », APOPO, .
  10. Michel Pralong, « Le rat démineur reçoit une médaille d’or », Le Matin,‎ (lire en ligne).
  11. a b et c (en) « Magawa the mine-detecting rat wins PDSA Gold Medal », BBC News (consulté le ).
  12. a et b (en) Anna Schaverien, « Rat That Sniffs Out Land Mines Receives Award for Bravery », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  13. a et b (en) « Magawa the landmine detection rat given gold medal for bravery », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  14. AFP, « Royaume-Uni: un rat détecteur de mines récompensé pour sa bravoure », Orange, .
  15. a et b AFP, « Au Cambodge, un rat détecteur de mines prend une retraite bien méritée », sur Actu.orange, (consulté le )
  16. (en) AFP, « Magawa the rat wins animal-hero award for sniffing out landmines in Cambodia », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne).
  17. (en) Ray W. Miller, « Meet Magawa, the 'hero rat' awarded a bravery medal for detecting dozens of landmines », USA Today,‎ (lire en ligne).
  18. AFP, « Un rat détecteur de mines récompensé pour sa bravoure », The HuffPost,‎ (lire en ligne).
  19. (en) Eve Young, « Magawa, a rat who clears landmines, awarded medal for heroism », The Jerusalem Post,‎ (lire en ligne).
  20. (en) ET Bureau, « Rat-ionalise opinions about muroids », The Economic Times,‎ (lire en ligne).
  21. « Magawa, le rat qui a reçu une médaille d'or pour son travail de détection des mines antipersonnel au Cambodge », France Info, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 octobre 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 26 octobre 2020 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.