Mafia marocaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mafia marocaine
Date de fondation XX e siècle
Territoire
Ethnies présentes Marocaine, Rifains
Nombre de membres (entre 2500 et 4000)
Activités criminelles
  • Trafic de drogues[5]
  • Blanchiment d'argent
  • Trafic d'armes
  • Homicides volontaires
  • Vol de voiture
  • Vandalisme
  • Prostitution
  • Braquages
  • Contrat d'assassinat
  • Immigration illégale
Alliés Cartels colombiens

La mafia marocaine ou le crime organisé marocain est le terme général utilisé pour désigner diverses organisations criminelles basées au Maroc ainsi qu'à l'étranger dont les membres sont marocains ou d'origine marocaine. Très actifs à l'étranger, ils sont plus particulièrement formés et actifs à Amsterdam aux Pays-Bas[6]

Historique[modifier | modifier le code]

À partir du XVe, les côtes du Maroc (faisant partie de la Côte des Barbaresques) servent de base aux Barbaresques, des pirates et des corsaires plus ou moins indépendant du pouvoir ottoman. Leur zone d'action est principalement la mer Méditerranée et les côtes du sud de l’Europe.

Les côtes servaient aussi de marché aux esclaves pour la vente des esclaves d'origine européenne ou sub-saharienne capturés.

La République du Bouregreg, existant de 1627 à 1668, est née de l'association de pirates musulmans. La fin de l'autonomie politique de la région n'a pas mis fin à la piraterie[7]. Cette activité ne prit fin qu'en 1818 suite à la décision de Moulay Sliman[8].

La piraterie sur les côtes d’Afrique du Nord est telle qu'elle sera à l'origine des guerres barbaresques ainsi que de la colonisation de l'Afrique du Nord.

Les organisations modernes ont réellement débuté dans les années 70 et ont commencé à évoluer au milieu des années 80. En 2004, Europol qualifiait les groupes marocains comme étant l'un des deux crimes organisés à l'évolution la plus croissante et la plus exponentielle en Europe.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le Fonctionnement est familiales et clanique le crime est organisé autours de membres d'une même familles ou d'individus originaire de la même région du Maroc même quand les individus sont née sur le sol européen ils identifient a leur région d'origine ils sont très attaché à la région du père cet attachement est lié au faite que la société marocaines est une société patriarcale, ils répondent au loi de base du crime organisé respect, honneurs, loi du silence, loyauté, et la violation de ses règles de base entraîne règlement de compte et conflits.

Activités[modifier | modifier le code]

Localisation du Rif, premier lieu de production et de transformation au monde.

Les criminels marocains au Maroc et en Europe participent à diverses activités criminelles :

  • Trafic de drogue
  • Blanchiment d'argent
  • Traite des êtres humains
  • Braquages
  • Trafic d'armes
  • Homicides
  • Prostitution

Mafia marocaine à l'international[modifier | modifier le code]

Les réseaux marocains aux Pays-Bas et en Belgique jouent un rôle important dans le trafic de cocaïne en Europe via les ports de Rotterdam (Pays-Bas) et Anvers (Belgique) ou des tonnes de cocaïne sont importées par les réseaux marocains qui génèrent énormément d'argent. Cet argent est souvent blanchi au Maroc, dans le sud de l'Espagne et à Dubaï. L'argent circule souvent par le système de hawala système bancaire parallèle d'origine arabe souvent utilisé par le crime organisé. Interpol parle aussi d'une grosse implication dans le marché des drogues de synthèse notamment dans leurs fabrications, il joue aussi le rôle le plus important dans le trafic de cannabis (haschisch). Les nombreux réseaux marocains démantelés aux Pays-Bas, en Belgique et en Espagne, importaient plusieurs tonnes de cocaïne, cela montre bien l'ampleur des réseaux marocains aux Pays-Bas et au nord de la Belgique. Les réseaux marocains à Anvers et à Amsterdam font la loi dans le commerce en gros de la cocaïne en provenance d'Amérique du Sud.

En 2014, le grand baron de la drogue d'Amsterdam, Samir Bouyakrichan[9] spécialisé dans l’importation de cocaïne est assassiné dans le sud de l'Espagne, dans la région de Marbella. Après plusieurs saisies de cocaïne lui appartenant 8 tonnes à Anvers pour une valeur de 500 millions d'euros et une autre au Pérou de 8 tonnes à destination d'Anvers en très peu de temps, Samir devient quelqu'un de très important mais il a perdu beaucoup de cargaisons, ce qui aurait provoqué sont assassinat probablement par des grossistes ayant passé commande eux mêmes appartenant à la mafia de la cocaïne marocaine basée aux Pays-Bas et en Belgique.

En 2016, Mimoun Kaabouni[10] est interpellé par la police espagnole alors qu'il tenter de quitter l'Espagne par l'aéroport de Malaga après la saisie de 2,5 tonnes de cocaïne en provenance de Colombie. La cocaïne a été saisie en Roumanie dans le port de Constanta[11] C'est la plus grosse saisie de l'histoire de l'Europe de l'Est. Quatre Lituaniens et un Colombien sont interpellés, tous travaillant pour le très puissant baron de la drogue marocain Mimoun Kaabouni appartenant à la mafia de la drogue d'Amsterdam les autorités roumaines ont placé des caméras dans l'entrepôt où a été déchargé la cocaïne, ils ont aussi enregistré la très secrète réunion pour l'achat de la drogue pourtant Mimoun Kaabouni[12] avait utilisé des brouilleurs satellite devant le lieu du rendez-vous.

En 2015, la police belge a démantelé le groupe marocain d'Anvers[13] de karim Alami et khalid Oulat Haddou[14] après la saisie de 3,4 tonnes de cocaïne à Anvers la drogue était répartie dans 2 conteneurs de bananes en provenance de Colombie ayant transité par l’Équateur, la drogue était estimée à prés de 200 millions d'euros, les enquêteurs sont sûr d'une chose, c'est que le réseau importait des chargements de ce type depuis de nombreuses années et qu'ils avaient d'importants liens avec plusieurs groupes marocains des Pays-Bas.

En juillet 2016, le baron de la drogue anversois Abdelkader Bouker[15] est kidnappé en pleine rue à Anvers, il est toujours porté disparu les enquêteurs ont eu certaines informations qui racontent qu'il aurait été séquestré et tué. Son corps aurait été dissous dans de l'acide cependant elles n'ont pu être vérifiées mais la police est quasi sûre qu'il est mort. Abdelkader Bouker était en conflit avec un groupe d'Amsterdam qui l'accusait d’être à l'origine d'une perte importante de cocaïne. Abdelkader Bouker[16] était l'un des plus grands importateurs de cocaïne en Belgique et aux Pays-Bas. Il était surnommé le juif pour avoir été désigné comme le fournisseur en XTC du groupe israélien des frères Abergil, d'importantes quantités avaient été saisies aux États-Unis et à Dubaï. Les Américains avaient remonté la filière qui fournissait les Abergil et ça les a mené à un groupe anversois actif dans la production de drogue de synthèse et l'import-export de cocaïne. Ce groupe était dirigé par le Marocain Abdelkader Bouker.

De très grosses affaires de drogue sont liées au crime organisé marocain en Europe et elles sont nombreuses. Il parait que la cocaïne et les drogues de synthèse ont clairement remplacé le cannabis et depuis longtemps pour les réseaux néerlandais et belges les réseaux présents en France continuent de privilégier le cannabis ils participe aussi au trafic de drogue dure à l'échelle de la France en Espagne les réseaux marocains participent à tous les domaines en Espagne les groupes marocains des Pays-Bas et de Belgique sont très nombreux et très actifs les groupes marocains sont parmi les plus présents dans le blanchiment d'argent.

En 2016[17] Le plus gros réseau de blanchiment d'argent de l'histoire de l'Europe est démantelé entre l'Europe et le Maroc qualifié de réseau hors norme ou encore qualifié par le patron d’Europol de jamais encore vue les commendataires de ce réseau été tous marocains les têtes étaient au Maroc aux Pays-Bas et en Belgique les transporteurs en France de nombreuses arrestations on d'ailleurs eu lieu en France[18].

Les mafias marocaines font partie des mafias les plus présentes et actifs en Belgique[19]aux Pays-Bas et en Espagne et depuis une dizaine d'années les groupes marocains des Pays-bas et d'Espagne sont très présentes au Portugal[20] d'après Europol.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Localisation d'Amsterdam-West, endroit à forte communauté marocaine où la criminalité est en voix de hausse.

La mafia marocaine aux Pays-Bas domine le marché de la cocaïne et des drogues de synthèse. Les organisations marocaines d'Amsterdam et de Rotterdam ont un pied ferme dans l'importation de la cocaïne depuis l'Amérique du Sud notamment depuis la Colombie où les groupes colombiens font confiance aux organisations marocaines néerlandaises et aux groupes anversois (Belgique).

Les groupes néerlandais entretiennent des liens étroits avec les gangs de la drogue britanniques aussi bien aux Pays-Bas qu'en Espagne. Les gangs britanniques échangent souvent avec les organisations marocaines d'Amsterdam, d'ailleurs la plus grosse saisie de cocaïne en Angleterre les 1,2 tonnes de Southampton appartenaient à Mohammed Z, un marocain d'Amsterdam qui s'apprêtait à les vendre à un groupe britannique. En 2015, en Espagne, la police interpelle en flagrant délit un échange de 3 tonnes de cocaïne, les vendeurs étaient des marocains de nationalité néerlandaise et les acheteurs était des britanniques de souche.

En 2016, le Marocain Naoufel Fassih[21] baron de la drogue d'Amsterdam spécialisé dans l’importation et la distribution de cocaïne est interpellé en Irlande à Dublin alors qu'il était en cavale. Il se trouvait dans un luxueux appartement, propriété du plus grand clan de la mafia irlandaise, le clan Kinahan, avec qui il entretient de solides liens. Le groupe irlandais est un client du groupe Fassih, les kinahan[22] était un peu forcé de l'aider ils ne veulent pas se mettre à dos l'organisation de Naoufel Fassih qui est ultra violente et dispose de moyens financiers énormes et de liaison avec tous les plus grands gangs de la cocaïne en Europe, Naoufel Fassih est le commendataire d'une vingtaine d'assassinats aux Pays-Bas et en Belgique.

Le 11 octobre 2017, Benaouf A., l'homme qui a assassiné Najeb Bouhbouh, s'évade de la prison de Roermond en hélicoptère sans laisser aucune trace[23].

Ces dernières années, une guerre fait rage entre les organisations marocaines néerlandaises et les organisations marocaines belges pour le contrôle d'Anvers[24][25] et des Pays-Bas[26]. De nombreux assassinats, kidnappings et disparitions ont eu lieu mais aussi des incendies volontaires au domicile des familles et bien d'autres intimidations.

Belgique[27][modifier | modifier le code]

En Belgique, dans le nord du pays, les groupes marocains participent activement au trafic de drogue et depuis plusieurs années au commerce international de la cocaïne[28] la ville d'Anvers connait de nombreux règlements de compte liés à cette activité, notamment entre groupes marocains d'Anvers et sa région et les groupes marocains des Pays-Bas, d'ailleurs les autorités en Flandre se disent extrêmement inquiets face à cette extrême violence, si la majorité des groupes marocains mènent cette activité dans le secret et la discrétion, d'autres en conflit ouvert se livrent une véritable guerre.

À Bruxelles, ils participent aussi au braquage et au trafic d'armes. La Belgique est une des plaque tournante du trafic d'armes en Europe, notamment à Molenbeek-Saint-Jean où plus d'une dizaine d'armes ont servit pour préparer les attentats du 13 novembre à Paris. Ils ont un grand banditisme des plus grands en Europe. Ils ont mené des casses de grande envergure, les diamants du tarmac de l'aéroport de Luxembourg ville, le casse de diamants sur le tarmac de l'aéroport[29] de Bruxelles[30][31] ou encore le très impressionnant casse du siège de la Brink's à Amsterdam ou le très rapide hold-up du casino de Bruxelles, un record en la matière, tous ces gros casses ont été commis par des bandes marocaines du grand banditisme bruxellois.

Plusieurs bandes marocaines de Bruxelles spécialisées dans les braquages ont commis des braquages au Maroc dans la ville de Tanger[32] et à Rabat le groupe qui opérait à Tanger[33] est aussi impliqué dans des assassinats[34] a Tanger ils possédait de moyen logistique très sophistiqué chose courante dans le banditisme en Europe mais pas au Maroc, si le Maroc est habitué aux trafic en tous genre ils ne sont pas habitué au braquage au contraire de leurs ressortissant vivants en Europe surtout en Belgique et en France, le grand banditisme marocain de Bruxelles est l'un des plus compétants en Europe, et la majorité des attaques commises en Belgique aux Pays-Bas, au Luxembourg le long de la frontière allemande et dans le nord[35] de la France sont d’après une statistique de la police perpétré par des groupes bruxellois en grande majorité d'origines marocaines, la police belge est souvent prévenue quand se passe un casse d'importance dans les zones géographiques citées, cette information a été donné par la police belge à certains journaux.

Cependant en Belgique, il existe le milieu liégeois et celui de Charleroi qui sont composés de malfrats marocains[36] mais aussi turcs et italiens.

Les évasions spectaculaires ont été monnaie courante dans le milieu marocain du grand banditisme bruxellois évasion en hélicoptère[37] a plusieurs reprise[38], à l'échelle ou à l'explosif et à l'arme lourde mené par des commandos venus de l’extérieur.

Espagne[modifier | modifier le code]

Mohamed Taieb El Ouazzani, alias El Nene (le gamin) est l’un des plus grands trafiquants de drogue marocains au monde, actif au Maroc ainsi qu'en Espagne. C'est une grosse tête d'affiche dans les mafias marocaines ayant le trafic de drogue comme activité principale. Un joint sur 10 fumé en Espagne serait acheminé par El Nene[5]. En août 2014, il est assassiné par un gang rival au large du Marina Smir (au nord du Maroc) suite à un règlement de comptes[39].

Au Maroc, les organisations marocaines belgo-néerlandaises investissent plusieurs milliards d'euros par an dans les immeubles, les complexes hôteliers restaurants et sociétés de location de voitures, ils ont aussi pénétré le monde de la politique et de la justice.

France[modifier | modifier le code]

En France, les groupes marocains participent activement au trafic de cannabis en gros et aux réseaux de blanchiment d'argent vers le Maroc, ils participent au trafic de drogue dure au niveau français d'ailleurs, pour les drogues dures, ils s'approvisionnent souvent chez leurs compatriotes aux Pays-Bas ou en Belgique, parfois en Espagne mais surtout pour le cannabis.

Ils sont aussi présents et actifs dans le grand banditisme.

Sofiane Hambli, alias "La Chimère", est l'un des plus grands trafiquants français de haschisch du XXIe siècle. Considéré comme l'un des barons du trafic international de cannabis marocain en provenance du Rif vers l’Europe, il est arrêté, emprisonné, jugé puis condamné pour trafic de stupéfiants à plusieurs reprises en Espagne et en France.

Mohamed Benabdelhak, dit le "Bombé", comptant monter à Amsterdam, a été arrêté à Bruxelles. À 35 ans, ce caïd originaire de la Cavée de Senlis, un des quartiers sensibles de Creil, dans l'Oise, est considéré comme l'un des plus gros trafiquants de cannabis français. Le Bombé était ardemment recherché depuis son évasion, en novembre 2008. Une évasion spectaculaire : des complices avaient attaqué, à la sortie de Beauvais, le fourgon de gendarmerie qui le transportait. Mohamed Benabdelhak avait été arrêté deux mois plus tôt, les policiers ayant saisi au passage 580 kilos de cannabis planqués dans une maison de l'Oise.

Depuis, le Bombé, qui faisait l'objet de quatre fiches de recherche pour trafic de stupéfiants, mais aussi port d'armes, recel et blanchiment, s'était mis au vert au Maroc, d'où les enquêteurs le soupçonnaient d'envoyer des tonnes de résine de cannabis vers les cités françaises. Il devra notamment s'expliquer sur deux saisies respectivement de 700 kilos et de 1,8 tonne de haschich réalisées en 2012, dans le sud-ouest de la France.

Maroc[modifier | modifier le code]

Champs de cannabis dans le Rif, au Maroc.

Mohamed El Kharaz alias Chérif Bin Alouidane, est réputé d'être un trafiquant de drogue de calibre mondial, présenté comme le plus influent de l’histoire du Maroc, son arrestation a fait couler beaucoup d’encre et éclater l’une des plus spectaculaires affaires de drogue que le Maroc ait jamais connu. Mondialement connu chez les Colombiens, les Italiens, ou encore chez les nombreuses mafias internationales.

Véritable milliardaire marocain, il disposait d'un pouvoir incroyable dans la justice, la police, la corruption.

El Kharraz également connu pour avoir participé à une réunion avec d'importants barons de la drogue dont le très célèbre Pablo Escobar entre 1986 et 1988 qui s'était rendu au Maroc pour rencontrer les barons marocains. C'est entre 1980 et 2004 que le Maroc a connu le fleuron du trafic de drogue, avec un chiffre d'affaires de plusieurs milliards de dhirams à l'année.

Activement recherché depuis plusieurs années, Ben Ziane Berhili, entrepreneur de 57 ans et gérant d’une pâtisserie employant une soixantaine de personnes au Maroc, a été arrêté en 2016 à Casablanca pour trafic de drogue international. « Berhili est indiscutablement l’un des plus gros trafiquants de haschish au monde », a dit Francesco Mazotta, le chef de la Guardia di Finanza, la police financière italienne qui a mené l’enquête à Palerme. « Sa capture a été une bataille acharnée conduite par le police européenne en méditerranée », a-t-il précisé.

Il faut dire que le trafiquant de drogue importait, chaque année en Europe, environ 400 tonnes de haschich. L’enquête a notamment permis à la police italienne de perquisitionner, au large des côtes siciliennes, sept bateaux transportant 120 tonnes de drogue, représentant 1,2 milliard d’euros. Depuis 2013, plus de 280 tonnes de haschisch ont été interceptées en Méditerranée.

En avril 2017, saisie record à Nador

Les autorités marocaines ont saisi près de Nador (nord-est du Rif) environ 15 tonnes de haschich (résine de cannabis) et arrêté un homme de 46 ans pour liens présumés avec "un réseau criminel de trafic international de drogue".

Cette opération a également permis la saisie de six voitures portant de fausses plaques d'immatriculation servant pour le transport et le trafic de drogue, ont-elles précisé dans un communiqué cité par l'agence marocaine MAP.

Malgré ses efforts pour réduire les plantations de cannabis sur son territoire, le Maroc demeure le premier producteur mondial de haschich et l'un des plus importants exportateurs de résine de cannabis, écoulée pour l'essentiel en Europe, selon l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Entre 2015 et 2016, le royaume a produit quelque 700 tonnes de cannabis, d'après un rapport publié début mars par le département d’État américain, ce qui "potentiellement, représente l’équivalent de 23 % du PIB marocain, estimé à 100 milliards de dollars, une fois transformé en haschich", selon le même rapport.

La mafia marocaine est aussi actrice de nombreux assassinats comme celui de Abdellatif Merdas, un député de l'Union constitutionnelle (UC). C'est non loin de son domicile, rue Benghazi, dans le quartier Californie à Casablanca, que le député avait été découvert par la police dans sa voiture de fonction, tard dans la soirée du 7 mars 2017. Il était atteint de trois balles de calibre 12 mm dans la tête, le cou et le thorax. Le suspect était un jeune de 27 ans originaire de la tribu des Mzab de la grande confédération tribale des Chaouia dans la région de Casablanca.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Mocro Maffia de Wouter Laumans et Marijn Schrijver, 2014[40].
  • Borgerokko Maffia de Raf Sauviller, 2017[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ad.nl/amsterdam/groot-alarm-na-uitbraakpoging-kopstuk-mocro-maffia~a3535c56/
  2. a et b http://www.hln.be/regio/nieuws-uit-antwerpen/-mocro-maffia-neemt-borgerhout-over-a3139054/
  3. http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/11/16/31001-20151116ARTFIG00292-comment-la-belgique-est-elle-devenue-le-sanctuaire-du-desastre.php
  4. https://www.bladi.net/mafia- marocaine-europe.html
  5. a et b https://www.happyknowledge.com/post/Le%20bisounours/VJh-DB_C4QdhZkoD
  6. https://www.bladna.nl/mocro-maffia.html
  7. Coindreau 2006, p. 57
  8. Coindreau 2006, p. 58
  9. (nl) « De pijlsnelle opkomst van Scarface - Crimesite », Crimesite,‎ (lire en ligne)
  10. (nl) « Cookies op AD.nl | AD.nl », sur www.ad.nl (consulté le 19 septembre 2017)
  11. (ro) « Mimoun Kaabouni, marocanul care a traficat 2,5 tone de droguri, este la Poarta Albă », Cancan.ro, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  12. (nl) « Marokkaanse drugsbaron voor Roemeense rechter - Crimesite », Crimesite,‎ (lire en ligne)
  13. (nl) « 'Bananenbende' smokkelde minstens 3,4 ton cocaïne | HLN Antwerpen », sur hln.be (consulté le 19 septembre 2017)
  14. (nl) « 'Bananenbende' smokkelde minstens 3,4 ton cocaïne | HLN Antwerpen », sur hln.be (consulté le 19 septembre 2017)
  15. (nl) « 'Cocaïne-zending Bouker waarschijnlijk fataal' - Crimesite », Crimesite,‎ (lire en ligne)
  16. sudinfo.be, « Trois individus en possession de 320 kilos de cocaïne interpellés à Anvers », sudinfo, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  17. « Marseille : un système «hors norme» de blanchiment d'argent sale démantelé », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  18. « Marseille: Un réseau hors norme de blanchiment d’argent sale démantelé », sur www.20minutes.fr (consulté le 19 septembre 2017)
  19. http://www.dhnet.be/actu/faits/en-trois-ans-le-nombre-de-mafieux-a-presque-double-en-belgique-529437ea3570386f7f34d4bb
  20. « Nederlandse Marokkanen gepakt met 1300 kilo coke », sur RTL Nieuws (consulté le 19 septembre 2017)
  21. (en) « EXCL: Mafia godfather poses as tourist in Dublin while cops search Europe for him », The Irish Sun,‎ (lire en ligne)
  22. (en) « EXCL: Mafia godfather poses as tourist in Dublin while cops search Europe for him », The Irish Sun,‎ (lire en ligne)
  23. https://nos.nl/artikel/2197550-wie-is-de-man-die-met-een-heli-uit-zijn-cel-gehaald-moest-worden.html
  24. https://www.bladna.nl/lage-celstraf-kopstuk-mocro-maffia,12135.html
  25. https://www.thesun.ie/news/350505/mafia-godfather-naoufal-buik-fassih-poses-as-tourist-in-dublin-while-cops-search-europe-for-him/
  26. https://www.bladna.nl/nijmegenaar-moord-marokkaanse-broers,15522.html
  27. DH.be, « Voici les mafias actives en Belgique », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  28. La Libre.be, « La mafia de la cocaïne infiltre le tout Anvers », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  29. DH.be, « Le super-truand Hassan Baghli arrêté au Maroc », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  30. « Le Maroc arrête 4 personnes recherchées en Belgique et aux Pays-Bas », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  31. « L'homme arrêté pour le braquage à Zaventem suspect aussi aux Pays-Bas », 7s7,‎ (lire en ligne)
  32. La Libre.be, « Deux braqueurs belgo-marocains mis sous les verrous à Tanger », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  33. DH.be, « Le super-truand Hassan Baghli arrêté au Maroc », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  34. « Braquage de Tanger : De nouvelles arrestations », Bladi.net, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  35. lacapitale.be, « Abderrahim Bekhti, complice de l’ex-ennemi public N.1 Hassam Maâche, a été arrêté à Paris et extradé vers Bruxelles », lacapitale, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  36. (en) « 22 ans de prison pour un braquage à l’explosif », Édition digitale de Luxembourg, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  37. RTL Newmedia, « Évasion en hélicoptère à la prison de Bruges : 3 hommes dont un habitué », RTL Info, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  38. DH.be, « Un hélico pour faciliter l'évasion de Benallal ! », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  39. https://www.bladi.net/el-nene-mort-maroc,39998.html
  40. https://www.lebowskipublishers.nl/boek/Mocro-Maffia-T2944.html