Mae Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mae Martin
Description de cette image, également commentée ci-après
Mae Martin, en 2016.
Naissance (35 ans)
Toronto, Ontario
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Profession Actrice, scénariste, humoristique
Séries notables Feel Good
Site internet maemartin.net

Mae Martin est une humoriste, actrice et scénariste canadienne, née le [1] à Toronto, en Ontario[2]. Elle se fait connaître grâce à son rôle dans la série Feel Good, qu'elle a co-écrite avec Joe Hampson, diffusée sur Netflix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Mae Martin nait en à Toronto, en Ontario. Son père James Chatto est un ancien enfant acteur apparu dans le film Sa Majesté des Mouches (1963), adaptation cinématographique de Peter Brook[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Mae Martin commence sa carrière au Canada. Elle y fait partie de la troupe comique « The Young and the Useless »[4].

À 16 ans, elle est la plus jeune nominée pour le prix de fonds d'encouragement de Tim Sims (Tim Sims Encouragement Fund Award)[5]. Elle écrit également pour la série comique canadienne de sketch Baronnes von Sketch Show[6].

En 2011, elle déménage au Royaume-Uni et fait plusieurs tournées de spectacles. Son spectacle s'appelle Mae Martin: Us[7]. Elle participe à plusieurs programmes pour la télévision ou la radio britannique. À la radio, elle présente le Mae Martin's Guide to 21st Century Sexuality sur la BBC Radio 4[8] et contribue à The Now Show sur la même chaîne.

Depuis 2018, elle co-anime le podcast GrownUpLand sur Radio4 qui s'adresse aux millenials[9]. Même année, elle apparaît dans la série Comedians of the World sur Netflix.

En 2020, elle co-écrit et joue dans la série Feel Good, diffusée sur Channel 4 et Netflix[10],[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Bisexuelle, Mae Martin est non-binaire et utilise les pronoms féminins et neutres (they singulier) en anglais[12],[13].

En 2017, elle est dépendante à la drogue : elle suit plusieurs cures de désintoxication, expériences qu'elle a utilisées comme sujet pour certains de ses sketchs[14].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Bagatelle de Johanna Mercer : Grace
  • 2012 : Upstaged de Jacqueline Pepall : Mae

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Outsiders : Min (3 épisodes)
  • 2017 : Uncle : Imogen (2 épisodes)
  • 2017 : Baroness Von Sketch Show : l'employée (saison 2, épisode 1 : It Satisfies on a Very Basic Level)
  • 2020 : Feel Good : Mae (12 épisodes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mae Martin sur Allociné (consulté le 25 juillet 2021).
  2. (en) Ella Alex, « Meet Mae Martin: The comedian redefining the modern love story », Harper's Bazaar,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. (en) « Mae Martin: 'I like to do shows that open a dialogue' », sur Evening Standard, (consulté le ).
  4. (en) « CBC leads comedy award nominations » (version du 2 novembre 2016 sur l'Internet Archive), The Globe and Mail, .
  5. (en) Mae Martin sur l’Internet Movie Database (consulté le 25 juillet 2021).
  6. (en) « EXCLUSIVE: Baroness von Sketch Show Co-Creator Carolyn Taylor Finds the Funny in Life's Absurdities », sur Entertainment Tonight (consulté le ).
  7. (en) Ella Alexander, « 10 things you need to know about rising comic Mae Martin », Glamour UK,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) « Mae Martin's Guide to 21st Century Sexuality », sur BBC (consulté le ).
  9. (en) « GrownUpLand », sur BBC (consulté le ).
  10. « https://twitter.com/netflix/status/1229790172650192896 », sur Twitter (consulté le ).
  11. (en) « Feel Good – Mae Martin's immaculate romcom will have you head over heels », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. (en) « Mae Martin's Twitter Profile », sur Twitter (consulté le ).
  13. « Guilty Feminist Podcast, episode 196 », sur YoutTube (consulté le ).
  14. (en) Ryan, « Edinburgh star Mae Martin: ‘I had a breakup and noticed how similar it felt to getting off drugs' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]