Madrisa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Madrisa
Vue du sommet du Madrisa.
Vue du sommet du Madrisa.
Géographie
Altitude 2 826 m
Massif Rätikon (Alpes)
Coordonnées 46° 55′ 52″ nord, 9° 52′ 20″ est
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Grisons
Région Prättigau/Davos
Ascension
Voie la plus facile Versant nord
Géologie
Roches Gneiss

Géolocalisation sur la carte : canton des Grisons

(Voir situation sur carte : canton des Grisons)
Madrisa

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Madrisa

Le Madrisa, ou Madrisahorn, est un sommet de 2 826 mètres d'altitude dans le Rätikon, massif des Alpes dans la partie centrale des Alpes orientales[1]. Le sommet se trouve en Suisse sur le territoire de la commune de Klosters-Serneus, appartenant au canton des Grisons[2]. À 500 mètres au nord-est, la frontière suisse marque la limite de l'Autriche avec le Vorarlberg. Le sommet domine au sud Klosters, Serneus et Küblis. Avec trois pics, il forme une sorte de pyramide dont les pointes s'élancent vers l'ouest, le nord-est et le sud-est. Cette montagne est un lieu de sport d'hiver très fréquenté avec de nombreux remonte-pentes et pistes de ski dont une longue piste qui descend vers Klosters.

Situation[modifier | modifier le code]

Le Madrisahorn est le point le plus haut du chaînon sud-est du Rätikon. Du côté autrichien à cinq kilomètres à vol d'oiseau se trouve la station de ski de Gargellen. Klosters-Dorf est au sud et Küblis au sud-ouest à 7 kilomètres. À l'ouest se dresse à 2 703 mètres le Rätschenfluh, et au nord-est la Marchspitze à 2 732 mètres d'altitude. Sur les versants est, sud-ouest et nord du sommet se forment trois cirques et leurs vallées ; au sud-est se trouve la Schafcalanda, au sud la Chüecalanda et au nord le Rätschenjochs (2 602 m) vers le Gafier Platten.

Accès[modifier | modifier le code]

Des télécabines partent de Klosters-Dorf jusqu'à une altitude de 1 887 mètres à l'arrivée de Saaser Alp. De la station d'arrivée des télécabines, il est possible d'emprunter de nombreux chemins de randonnée balisés. Le point de départ pour monter au nord est un petit hameau de chalets d'alpage du nom de Gafia (Gafien) à 1 747 mètres d'altitude dans la vallée de Gafia. De là, le randonneur peut se diriger par la voie normale au Madrisahorn, par le petit plateau de Gafia et un champ de neige annuelle (firn) sur le flanc nord. Cette montée met environ trois heures. On peut aussi gravir le Madrisa par Gargellen du côté autrichien[3],[4].

Vue depuis Selfranga du Madrisa (en arrière-plan) surplombant le village de Klosters.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Wilhelm Strauss in Eduard Richter, Die Erschließung der Ostalpen, vol. I., Verlag des Deutschen und Oesterreichischen Alpenvereins, Berlin, 1893
  2. (de) Günther Flaig, Alpenvereinsführer Rätikon, Bergverlag Rother, München, 1989 (ISBN 3-7633-1098-3)
  3. (de) Günther Flaig, op. cit., no 703, p. 446.
  4. (de) Manfred Hunziker, op. cit., p. 674

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Manfred Hunziker, Ringelspitz/Arosa/Rätikon, Alpine Touren/Bündner Alpen, Berne, éd. du Schweizer Alpen-Club, 2010 (ISBN 978-3-85902-313-0)
  • (de) Günther Flaig, Alpenvereinsführer Rätikon, Bergverlag Rother, München, 1989 (ISBN 3-7633-1098-3)
  • (de) Wilhelm Strauss in Eduard Richter, Die Erschließung der Ostalpen, vol. I., Verlag des Deutschen und Oesterreichischen Alpenvereins, Berlin, 1893