Madré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Madré
Madré
L'église paroissiale Saint-Maurice.
Blason de Madré
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Canton Villaines-la-Juhel
Intercommunalité Communauté de communes du Mont des Avaloirs
Maire
Mandat
Bernard Blanchard
2015-2020
Code postal 53250
Code commune 53142
Démographie
Gentilé Madréen
Population
municipale
310 hab. (2016 en diminution de 11,68 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 41″ nord, 0° 22′ 42″ ouest
Altitude Min. 122 m
Max. 189 m
Superficie 17,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Madré

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Madré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Madré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Madré

Madré est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 310 habitants[Note 1] (les Madréens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au IVe siècle, une monnaie mérovingienne attribuée à Madré portait l'inscription Materiacum[1]; de Materiaco, IXe siècle, de Maidreio, 1135. Ce nom pourrait être formé de l'anthroponyme roman Maturus adjoint du suffixe de lieu -acum[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 Daniel Blanchard    
mars 2001 novembre 2014[3] Michel Rioual[4] Sans étiquette  
2015 En cours Bernard Blanchard[5] Sans étiquette Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 310 habitants[Note 2], en diminution de 11,68 % par rapport à 2011 (Mayenne : +0,21 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2081 2161 2541 2651 7841 7341 7281 7531 807
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6851 5811 5221 3371 3061 2021 0851 0591 012
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
982968889697706704653669616
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
575521488375362356357357347
2016 - - - - - - - -
310--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste de musées en France.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alain Lambert (né en 1946), ministre du Budget de 2002 à 2004, a passé son enfance à Madré où son père était cordonnier[10].
  • Jean-Jacques Reboux (né en 1958 à Madré), écrivain et éditeur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Madré Blason D’azur, à un mont sur lequel s’élève un chêne, le tout d’or, et chargé de deux têtes de guivre de sinople, animées et lampassées de gueules, adossées et jointes.
Détails
- Créé par Jean-Claude MOLINIER, héraldiste amateur, et adopté par la municipalité le 7 janvier 1999:

L’azur indique la présence importante de l’eau. On trouve ainsi principalement les ruisseaux d’Anglaine, de Valoire, de l’Aisne et la rivière Mayenne. En outre l’azur est la couleur principale du blason du Maine, ancienne province dans laquelle se trouve Madré.

Le mont et le chêne constituent ce que l’on appelle des armes parlantes dans le sens où le nom du village est clairement exprimé par le dessin.

Les deux têtes de serpent arrachées et jointes symbolisent saint Aubert dont une chapelle est présente à Madré ainsi qu’un pèlerinage aujourd’hui estompé. En Bretagne d’où il est originaire, Aubert est représenté tenant une crosse au bout de laquelle s’entortillent deux têtes de serpent.

Les ornements sont deux gerbes de blé d’or, mises en sautoir par la pointe et liées d’azur afin d’honorer l’activité agricole de la commune.

Le listel d'argent porte le nom de la commune en lettres majuscules de sable.

La couronne de tours dit que l’écu est celui d’une commune ; elle n’a rien à voir avec des fortifications.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[11].
  1. PONTON d'AMECOURT (Vte. de) Monnaies mérovingiennes du Cenomannicum. Revue hist. et archéo. du Maine. 1881-1882. (1883), t. 10-12, p. 217.
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 449
  3. « Michel Rioual, maire de Madré, est décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 mars 2015)
  4. Réélection 2014 : « Madré (53250) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 juin 2014)
  5. « Madré », sur cc-montdesavaloirs.fr, communauté de communes du Mont des Avaloirs (consulté le 14 mars 2015)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « L'ambition d'Alain Lambert », sur lesechos.fr, Les Échos (consulté le 21 janvier 2018)
  11. « Madré sur le site de l'Institut géographique national » [archive du ] (archive Wikiwix)