Madeleine de Verchères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verchères (homonymie).
Madeleine de Verchères
Madelaine-2.JPG
Monument à l'héroïne de Verchères érigé à Verchères
Biographie
Naissance
Décès

Marie-Madeleine Jarret de Verchères (3 mars 1678 - 8 août 1747) était la fille du seigneur de Verchères en Nouvelle-France. Elle est considérée comme l'une des héroïnes de la Nouvelle-France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fermant le portail, en 1692

Madeleine de Verchères est considérée comme l'une des héroïnes de la Nouvelle-France pour, à l'âge de quatorze ans, avoir protégé pendant huit jours le fort Verchères des attaques des Iroquois.

Le matin du alors que son père était à Québec et sa mère à Montréal, Madeleine travaillait dans les champs quand une troupe d'Iroquois jaillirent du bois et se saisirent de vingt personnes qui travaillaient hors du fort. Madeleine se glissa à l'intérieur du fort et donna l'alerte. Avec ses frères, elle employa une ruse pour faire croire à l'ennemi que le fort était bien gardé en tirant des coups de fusils de différents endroits du fort. Elle réussit ainsi à tenir le fort jusqu'à l'arrivée des renforts de Montréal au bout de huit jours[1].

Or, ce récit d'un siège de huit jours est mis à mal, de nos jours, par l'historien Marcel Trudel[2] qui démontre les invraisemblances de la deuxième narration de l'événement datant de 1732. Trudel soutient que le récit de l'événement, qui a eu cours en 1692, fut embelli par Madeleine de Verchères elle-même et par un romancier inconnu. Marcel Trudel rajoute que la postérité devrait garder la narration de 1699 plutôt que celle de 1732.

Monument[modifier | modifier le code]

Fut édifiée en son honneur une statue du sculpteur Louis-Philippe Hébert, inauguré le 21 septembre 1913 sur la rive du fleuve Saint-Laurent à Verchères (Québec), à côté du moulin banal. Selon le site Internet MEF, « cette statue serait le plus gros bronze au Canada ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ilneigeauquebec.wordpress.com
  2. Marcel Trudel, «Madeleine de Verchères, créatrice de la propre légende», dans Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, chap. VII

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Madeleine de Verchères dans la littérature[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Marcel Trudel, Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, bibliothèque québécoise, Québec, 2006, 346 pages.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources imprimées[modifier | modifier le code]

  • Marcel Trudel, "Madeleine de Verchères, créatrice de la propre légende», dans Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, chap. VII, Cahiers du Québec, Collection Histoire, Éditions Hurtubise HMH, 2001.
  • Diane Gervais et Serge Lusignan, De Jeanne d'Arc à Madeleine de Verchères: la femme guerrière dans la société d'Ancien Régime, Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 53, no 2, automne 1999.Élodie a modifier les erreur
  • Jean Graton - Trois enfants contre les peaux-rouges - Histoire en BD de 4 planches - Spirou 777 du 5 mars 1953