Madeleine de Lyée de Belleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Madeleine de Lyée de Belleau
Naissance
Décès
Nom de naissance
Madeleine Bernard
Autres noms
Manette
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation

Madeleine de Lyée de Belleau dite Manette de Lyée de Belleau , née à Courrières le et morte le 5 août 1957 à Courrières, est une sculptrice française, ainsi qu'une céramiste, photographe et exploratrice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Fille d'André Bernard, comte romain, zouave pontifical, et de Mathilde Tilloy, Madeleine Bernard naît le à Courrières dans le Pas-de-Calais.

Le 14 novembre 1893, elle épouse à Courrières André Théodore de Lyée de Belleau, (1861-1940), capitaine de cavalerie,conseiller général du Calvados, dont elle aura deux fils, François et Tony.

La carrière[modifier | modifier le code]

Autodidacte, elle participe à divers salons dès 1918.

En 1927, création d'une compagnie théâtrale, Le Feu sacré, dont elle est metteur en scène.

Après de nombreux voyages en Afrique, Moyen-Orient, Extrême-Orient, elle devient photographe et auteur d'articles dans diverses revues dans les années 1930.

De 1935 a 1938, elle reprend sous forme de causeries ses récits de voyage sur Radio-Paris.

Descendance[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sculptures
  • Musée des beaux-arts de Caen : Salomé, statue en marbre achetée au salon de 1920 par la ville de Caen
  • Salomé, même modèle réduit de moitié, en marbre bleu, 1921
  • Masque de Salomé, en marbre rose de Milan, 1922
  • Projet de fontaine, Femme agenouillée sur une tortue, un poisson au-dessus de la tête, 1922
  • Buste de M. Maurice Colrat ministre de la justice, en pierre de Senozan, 1923
  • Buste de M. Philippe Le Bourgeois, en marbre rose de Milan, 1923
  • Masque de M. Scaffi, 1923
  • Tête d'Éros, 1924
  • Jeux d'Amphitrite, projet de fontaine, 1924
  • Danseur, 1925
  • La Petite Princesse aux yeux pers, 1926
  • Musée des Années Trente à Boulogne[1] : Tête africaine en granit noir, 1928
  • Fontaine au poisson, 1928
  • Musée du quai Branly : tête de femme Moï[2]
  • Plaque en bronze Anna Pavlova et Hubert Stowitts dans le ballet La Péri de Paul Dukas
  • Tête de tortue, en basalte vert, 1932
  • Pichet bronze Chèvre
  • Coupe métal martelé Coq
Céramiques
  • Enfant de chœur, 1922
  • Fillette tirant la langue, sonnette de table
  • Chameaux
  • Égyptiens
  • Signes du zodiaque
Gouaches

Lors d'un voyage en Syrie elle exécute des portraits à la gouache

  • Abdul Ahmed
  • Ahmet Slenne
  • Arrafat Chaban
  • Mohammed Seloum
  • Abdoum l'Mejdeh
  • Bédouine tatouée
Lithographies et gravures
  • Bandit turc, 1929 (litho)[3]
  • Vieillard oriental, 1929 (litho)
  • La Fille du chef de village, 1929 (litho)
  • Syrienne, 1929
  • Fête orientale, musiciens, 1929
  • Négresse à plateau, 1929
  • Canard exotique, 1934 (eau-forte)
  • Perroquet, 1935 (eau-forte)
  • Pintade de Madagascar
  • Chasseur d'Afrique
  • Perruche serin
Photos

Les nombreux articles parus sont illustrés de photos réalisées par Manette [4]

Expositions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Art et industrie 1925
  • Monde et voyages no 68 du 15 octobre 1933, no 124, février 1936
  • L'Afrique du Nord illustrée, articles accompagnés de photographies (mars 1936)[5]
  • Artistes de mon temps (Émile Langlade)[6], 1929-1938
  • La Nature no 2947, février 1935, no 2969, janvier 1936, no 2976, mai 1936, no 2992, janvier 1937, no 3014, décembre 1937, no 3037, novembre 1938
  • la Revue des deux Mondes, août 1937[7]
  • La Croix 1938
  • Sciences et voyages 1938 : article Les Terres rouges du Cameroun, portrait studio Harcourt
  • L'explorateur français 1938
  • Du Cameroun au Hoggar (Lyée de Belleau), 1945

Sources[modifier | modifier le code]

  • Inventaire du fonds français après 1800, Jacques Lethève et Françoise Gardey, conservateurs au cabinet des estampes, 1967.
  • La revue de l'art ancien et moderne, juin-décembre 1927[8]
  • Archives privées de Madeleine de Lyée de Belleau, Archives nationales d'outre-mer, Aix-en-Provence[9]

Références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]