Madeleine Gagnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gagnon.
Madeleine Gagnon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (79 ans)
AmquiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Madeleine Gagnon est une écrivaine québécoise née le à Amqui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en Acadie et un baccalauréat universitaire (1959), elle entreprend, sous la direction de Paul Ricoeur, une maîtrise en philosophie à l'Université de Montréal obtenue en 1961. Elle poursuit ses études en France et complète un doctorat ès lettres de l'université d'Aix-en-Provence en 1968. L'année suivante paraît Les Morts-vivants, son premier recueil de nouvelles.

Professeure de littérature à l'Université du Québec à Montréal de 1969 à 1982, elle démissionne et devient successivement professeure invitée et écrivaine en résidence aux universités de Montréal, de Sherbrooke, du Québec à Montréal et du Québec à Rimouski.

Elle collabore à plusieurs revues et magazines, dont Chroniques (revue qu'elle a fondée avec Patrick Straram le Bison ravi), Liberté, La Nouvelle Barre du jour, Estuaire, La Chambre blanche, et In'hui (France).

Auteure de textes radiophoniques, elle donne plusieurs conférences au Canada, aux États-Unis et en Europe. Ses textes apparaissent dans des anthologies canadiennes, françaises, italiennes et américaines.

En 1986, elle remporte le Grand Prix de poésie du Journal de Montréal pour Les Fleurs du Catalpa et, l'année suivante, devient membre de l'Académie des lettres du Québec.

Elle reçoit le Prix du Gouverneur général 1991, catégorie poésie, pour Chant pour un Québec lointain.

Son essai Les Femmes et la Guerre est couronné par le prix Marcel-Couture 2001.

En 2002, elle est lauréate du prix Athanase-David.

Depuis toujours, son autobiographie, paraît en 2013 aux Éditions du Boréal.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Morts-vivants, nouvelles, HMH, coll. « l'Arbre », 1969
  • La Venue à l’écriture, avec Hélène Cixous et Annie Leclerc, coll. « 10/18 » – Prix Féminin Futur, 1976
  • Retailles (avec Denise Boucher), poèmes et textes, l’Étincelle (1977) ; réédition, l’Hexagone, coll. « Typo », 1988
  • Lueur, roman, VLB éditeur, 1979
  • Au cœur de la lettre, poèmes, VLB éditeur, 1981
  • Autobiographie 1, rétrospective 1974-1978 de livres publiés à l’Aurore, aux Herbes rouges et chez Christian Bourgois, Modèle:Coll. 10/18, VLB éditeur, 1981
  • Pensées du poème, poèmes, VLB éditeur, 1983
  • La Lettre infinie, récits, VLB Éditeur, 1984
  • Les Fleurs du Catalpa, poèmes, VLB éditeur, 1986
  • L’Infante immémoriale, poèmes, Écrits des Forges et La Table rase, 1986
  • Femmeros, poèmes (dessins de Lucie Laporte), Éditions Le Noroît, coll. Écritures/Ratures, 1988
  • Autobiographie 2, Toute écriture est amour, textes critiques, VLB éditeur, 1989
  • Les Mots ont le temps de venir (dessins et textes - avec Annie Cohen), Écrits des Forges et La Table rase, 1989
  • Chant pour un Québec lointain, poèmes, VLB éditeur et La Table rase, 1990
  • L’Instance orpheline, poésie, Trois, 1991
  • La Terre est remplie de langage, poèmes, VLB éditeur, 1993
  • Les Cathédrales sauvages, récits, VLB éditeur, 1994
  • Là où les eaux s’amusent, poèmes, avec des dessins de Colette Rousseau, Éditeq, 1994
  • Le Vent majeur, roman, VLB éditeur, 1995, l’Hexagone, TYPO, 2008
  • Le Deuil du soleil, récits, VLB éditeur, coll. Poésie, 1998
  • Rêve de pierre, poésie, VLB éditeur, 1999
  • Les Femmes et la Guerre, essai, VLB éditeur, 2000
  • Anna, Jeanne, Samia… (Femmes dans la guerre), essai, Fayard, 2001
  • Le Chant de la terre, anthologie de poésie, TYPO, 2002
  • Je m’appelle Bosnia, roman, VLB éditeur, 2005
  • À l’ombre des mots, poèmes 1964-2006, l’Hexagone, coll. Rétrospectives, 2007
  • OLT, livre d’artiste, avec des gravures de Gérard Truilhé, Trames, Barriac, France, 2009
  • Sans titre, livre d’artiste, avec des œuvres d’Irene Whittome, conception de Jacques Fournier, éditions Roselin, 2009
  • Depuis toujours, autobiographie, Boréal, 2013

Traductions de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Lair – Antre, traduction par Howard Scott, Coach House Press, Toronto, 1989
  • Song for a Far Quebec – Chant pour un Québec lointain, traduction par Howard Scott, Coach House Press, Toronto, 1993
  • Las mujeres dan la vida, los hombres la quitan – Les Femmes et la Guerre, Ares y mares (Critica), Barcelona 2001
  • Women in a World at War – Les Femmes et la Guerre, traduction par Phyllis Aronoff et Howard Scott, Talonbooks, Vancouver 2004
  • My Name is Bosnia – Je m’appelle Bosnia, traduction par Phyllis Aronoff et Howard Scott, Talonbooks, Vancouver 2006
  • Rêve de pierre : livre traduit par Andrea Moorhead dans diverses revues américaines entre 2004 et 2007
  • Stonedream – Rêve de pierre, traduction par Andrea Moorhead, Guernica, Toronto, 2011
  • Against the Wind – Le Vent majeur, traduction par Phyllis Aronoff et Howard Scott, Talonbooks, Vancouver, 2012

Conférences (les plus récentes)[modifier | modifier le code]

  • La Poésie québécoise actuelle, Université de Montréal, 1990
  • Le Québec, Colloque Littératures canadiennes, anglophones et francophones, Université du North Dakota (U.S.A.), 1991
  • Le Territoire du livre, Colloque international Écriture et région, Sainte-Luce-sur-Mer, 1992
  • La Naissance de l’écriture, Congrès international d’études francophones, Québec, 1994
  • Le Monument sans socle, Société de psychanalyse de Montréal, 1996
  • Utopie pour le XXIe siècle, Colloque Marcel Rioux, Département de sociologie de l’Université de Montréal et revue Possibles, 1997
  • Les Femmes et la Guerre, Université d’Aix-en-Provence, Universités libanaise et Saint-Joseph de Beyrouth, Université du Québec à Rimouski, 2001; Université du Québec à Montréal, S.E.C. (Québec), 2002, Université MacMaster (Hamilton), 2003; tournée de conférences à Vancouver, sur Les Femmes et la guerre/Women in a world at war et Je m’appelle Bosnia/My name is Bosnia, 2006
  • Le Chant de la terre de Madeleine Gagnon, colloque tenu sur l’ensemble de son œuvre, à l’Université de Valenciennes/France, avec des critiques et poètes de France, de Belgique, du Japon et du Québec, en mars 2008
  • Discours de réception de Paul Chanel Malenfant à l’Académie des lettres du Québec, Auditorium de la Grande Bibliothèque, BAnQ, le 8 décembre 2008

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Groulx et Francine Allaire, Le Grand Remue-ménage, 1978 (71 minutes)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

Le fonds d'archives de Madeleine Gagnon est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fonds Madeleine Gagnon (MSS402) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).