Madeleine Foing-Haudebine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Madeleine Foing-Haudebine
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Madeleine Félicienne Lucienne FoingVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Paulin René Foing (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Jeanne Van Belleghem (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Henri Haudebine (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
signature de Madeleine Foing-Haudebine
signature

Madeleine Félicienne Lucienne Foing-Haudebine ( - ) est une espérantiste française et enseignante de l’espéranto selon la méthode Cseh. Elle est considérée comme l’une des plus célèbres personnes enseignant selon cette méthode.

Biographie[modifier | modifier le code]

Madeleine Foing-Haudebine nait le à Sannois, de Paulin René Foing, perruquier, et Jeanne Van Belleghem[1],[2].

Le , elle épouse Henri Haudebine, qui meurt le à Hué, en Indochine française, des suites d’une septicémie[3],[4].

En , Madeleine Foing-Haudebine apprend l’espéranto[5]. Elle l’enseigne ensuite en utilisant la méthode Cseh[6],[7]. Elle enseigne successivement en France (-), aux Pays-Bas (-), en Suède (-), en Belgique (-), au Danemark (-), Norvège (-) et de nouveau au Danemark (-). À partir de , elle enseigne en Inde pendant 15 ans, avec une année au Japon en , dans le même but[8].

En , son travail est reconnue par le conseil d’administration de l’association universelle d'espéranto[9]. Elle obtient par la suite le statut de membre honoraire de l’UEA, qui récompense les personnes ayant grandement servi à la diffusion de la langue[10],[8].

En , elle fait paraitre un livre détaillant la culture indienne sous plusieurs aspects, dont les arts, langues, l’histoire, les religions et les fêtes[11].

Madeleine Foing-Haudebine meurt le dans le 20e arrondissement de Paris[1],[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (eo) Madeleine Haudebine, Utila Manlibro pri Hindujo, New Delhi, Hinda Instituto de Esperanto, , 76 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « matchID - Moteur de recherche des décès », sur deces.matchid.io (consulté le )
  2. « Chronique familiale de Roeland Van Belleghem », sur geneagost.pagesperso-orange.fr (consulté le )
  3. Registre des actes de mariage de Bois-Colombes, , 129 p. (lire en ligne), p. 106
  4. « Recrutement militaire de la Seine - Registres matricules du recrutement (1887-1921) - Archives de Paris », sur archives.paris.fr (consulté le )
  5. « edukado.net → / Biblioteko / Panteono », sur edukado.net (consulté le )
  6. (eo) « Eŭropa Ambasadorino », La Praktiko,‎ , p. 172 (lire en ligne)
  7. « Espero Katolika- 1964_04 », sur www.esperokatolika.org (consulté le )
  8. a b et c « Esperanto : revuo internacia : oficiala organo de Universala Esperanto Asocio. Jaro 71, n. 867 (1978) - Digital Library KUL », sur dlibra.kul.pl (consulté le )
  9. (eo) « Decidoj de la printempa kunsido de la Estraro », Esperanto,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  10. (eo) « Listo de honoraj membroj de UEA », sur La malferma Esperanto-komunumo (consulté le )
  11. (eo) H. Groendijk, « Tra la libraro », Nederlanda Esperantisto,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • La bibliothèque nationale d’Autriche possède de nombreuses photos d’elle : voir en ligne.