Madeleine Carpentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carpentier.
Madeleine Carpentier
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation
Fratrie

Madeleine Carpentier (né le à Paris et morte le ) est une artiste peintre, aquarelliste et lithographe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Madeleine Charlotte Louise Carpentier est née le à Paris 10e au 23 de la rue du Faubourg-Saint-Denis[1] de Louise Marie Grivot et Louis Joseph Désiré Carpentier, corroyeur. Elle devient l'élève d'Adrien Adolphe Bonnefoy, puis de Benjamin-Constant et Jules Lefebvre à l'Académie Julian[2].

Elle expose à partir de 1885 au Salon — de façon régulière jusqu'en 1947 —, au début, principalement des portraits et des aquarelles de fleurs et fruits : elle obtient une mention honorable en 1890, puis une médaille en 1896 avec deux tableaux mettant en scène des enfants, Communiantes, un pastel, et Les Chandelles, qui est acquis par la Ville de Paris[3]. Un grand tableau figurant sa sœur, l'artiste Marie-Paule Carpentier (1876-1915), est entré en 1935 au musée des beaux-arts de Nantes[4].

En 1896, elle réside au 60 de la rue de Maubeuge. En février 1898, elle est à la galerie Georges Petit dans le cadre d'une exposition consacrée aux femmes artistes. Elle rejoint alors l'Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (U.F.P.S) fondée par Hélène Bertaux.

Figurant au Salon de l'U.F.P.S. de mars 1905, elle obtient le premier prix[5]. En 1913, elle expose à la galerie Simonson (Paris).

En mai 1930, elle décroche la médaille d'or au Salon et bénéficie d'une bourse offerte par la fondation Léon Bonnat.

Elle meurt le à Boulogne-Billancourt[6] et est inhumée au cimetière du Père-Lachaise. Une statue en pied qui orne le caveau familial représente sa jeune soeur, la peintre et aquarelliste Marie-Paule Carpentier, inhumée à ses côtés. Elle a été exécutée d'après une tableau de Madeleine Carpentier.

Œuvres répertoriée[modifier | modifier le code]

Fonds du Centre nationale des arts plastiques[7] :

  • Marchande de fleurs au faubourg (avant avril 1901), huile sur toile, musée d'art et d'archéologie d'Aurillac.
  • Les Résignés (avant mars 1910), huile sur toile, mairie de Nantes.
  • À l'ombre (avant janvier 1911), huile sur toile, musée du Luxembourg (Paris).
  • Jeune femme en blanc (avant janvier 1914), huile sur toile, mairie de Cannes.
  • Fillette frisée (avant mai 1923), dessin, ministère de la Défense (non localisée).
  • Enfant au coquillage (avant juin 1933), dessin, sous-préfecture de Senlis (non localisée).

Fonds du Gray (Haute-Saône), musée Baron-Martin:

  • La dame en visité, huile sur toile.
  • Pêches et concombres, aquarelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du catalogue de la BnF — en ligne.
  2. Élèves et professeurs de l'Académie Julian, répertoire en ligne.
  3. Jules Martin, Nos peintre, nos sculpteurs, Paris, Flammarion, 1896, page 92.
  4. Notice n° 07430000471 sur la base Joconde.
  5. Le Monde artiste illustré, 9 mars 1905, page 158 — sur Gallica.
  6. Archives numérisées de Paris : acte de naissance avec mention de décès — moteur de recherche en ligne.
  7. Moteur de recherche du Catalogue interministériel des Dépôts d'œuvres d'art de l'État (CDOA) — en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :