Madeleine Blocher-Saillens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blocher.
Madeleine Blocher-Saillens
Madeleine Blocher-Saillens.jpg

Madeleine Blocher-Saillens (1881-1971), première femme pasteur en France

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
Nationalité
Activité

Madeleine Blocher-Saillens née le et morte le , est la première femme à avoir été consacrée pasteure protestante en France. Elle a exercé son ministère dans l'église baptiste et a écrit des livres d'édification chrétienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Ruben Saillens, un pasteur revivaliste auteur de nombreux cantiques, elle est nommée pasteure par l'Église évangélique baptiste du Tabernacle, à Paris, en 1929, ce qui fait d'elle la première femme pasteure en France. Sa nomination est proposée par le conseil de l'église à l'assemblée des membres, et presque unanimement ratifiée par celle-ci. Elle avait auparavant travaillé dans une paroisse fondée par son père, en compagnie de son époux, Arthur Blocher, pasteur alsacien.

En opposition avec la Fédération baptiste, Madeleine et Arthur décident en 1921 de transférer cette paroisse dans le XVIIIe arrondissement de Paris, rue Belliard. La paroisse du Tabernacle est inaugurée en 1928, avec une double dimension, dimension sociale avec l'ouverture d'un foyer pour personnes âgées et une action dans les bidonvilles du nord de Paris, et dimension missionnaire avec une mission biblique en Côte d'Ivoire[1]. Elle exerce son ministère pastoral durant vingt-trois ans.

Madeleine donne des cours de théologie à l'Institut biblique de Nogent, fondé par son père.

Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages de piété, de théologie et de témoignage. Elle prit sa retraite de pasteure en 1952 (à 71 ans) et continua à écrire pendant une douzaine d'années.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est l'épouse d'Arthur Blocher et ils ont cinq enfants, dont Jacques Blocher, pasteur baptiste. Elle est la grand-mère d'Henri Blocher, théologien baptiste et professeur honoraire de théologie.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • La Cachette. Épisode des persécutions religieuses sous Marie Tudor. Imité de l'anglais par Mme A. Blocher, née Saillens, 1904.
  • Pour mieux suivre Jésus, simples conseils aux nouveaux convertis, 1934.
  • Par la foi, le triomphe, Les Bons Semeurs, Paris, 1935.
  • Témoin des années noires: journal d'une femme pasteur, 1938-1945, Éditions de Paris / Max Chaleil, 1998.
  • L'Incomparable ! : Méditations sur le Psaume 23 et le Cantique des cantiques, Les Bons Semeurs, Paris, 1955.
  • Les Œuvres du diable, 1955.
  • Les sept paroles de la Croix, Les Bons Semeurs, Paris, 1956.
  • Quelle heure est-il à l'horloge d'Israël?, Les Bons Semeurs, Paris, 1957.
  • Libérées par Christ pour Son service, chez l'Auteur, Nogent-sur-Marne, 1961. Actuellement distribué par les Éditions de l'Institut Biblique (Nogent-sur-Marne).
  • Par la foi, le triomphe : 2e édition... enrichie de nouvelles preuves de la fidélité de Dieu avant, pendant et après la deuxième guerre mondiale, 1964.
  • (Journal autobiographique) Une femme dans la grande guerre. Journal de Madeleine Blocher-Saillens, Édition Ampelos, 2014 (ISBN 978-2356180810)

Traduction[modifier | modifier le code]

  • Ada Lee, une princesse hindoue, la vie de Chundra Lela, 1911.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baubérot, « Madeleine Blocher-Saillens », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 322-324 Document utilisé pour la rédaction de l’article (ISBN 978-2846211901)
  • Elisabeth Dufourcq, « Madeleine Blocher-Saillens », in Histoire des Chrétiennes. L'autre moitié de l'Evangile, Bayard, 2008
  • Pierre Gisel, Lucie Kaennel et al., « Madeleine Blocher-Saillens », in Encyclopédie du protestantisme, Presses universitaires de France, Paris, 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Baubérot, « Madeleine Blocher-Saillens », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 322-324