Madeleine Barot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barot.
Madeleine Barot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Distinction

Madeleine Barot (, Châteauroux - , Paris) est une historienne française, secrétaire générale de la Cimade en 1940-1947 et directrice d'un département du Conseil œcuménique des Églises en 1953-1973. Elle est engagée dans le protestantisme, l'œcuménisme et la défense des Droits de l'homme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Madeleine Barot est la fille d'Alexandre Auguste Barot, normalien, professeur de lettres classiques à Clermont-Ferrand, et de Madeleine Kuss[1]. Elle fait ses études secondaires aux lycées de Clermont-Ferrand et de Versailles, puis elle poursuit ses études à la Sorbonne de 1927 à 1934, passe une licence d'histoire, un diplôme d’études supérieures d’histoire, puis un diplôme d'archiviste-bibliothécaire[1]. Elle milite au sein des associations de jeunesses protestantes, la Fédération française des associations chrétiennes d'étudiants (fondée en 1895)[2]. En juillet-août 1939, elle préside l’une des commissions de la Conférence mondiale de la jeunesse chrétienne d’Amsterdam, organisé par Willem Visser 't Hooft, (réunissant, au niveau mondial, l’ensemble des mouvements de jeunesse d’obédience protestante) participant ainsi au brassage d’idée d’avant-guerre et à la construction d’un esprit de résistance, inspiré par les travaux du pasteur suisse Karl Barth. Elle fut en 1934 stagiaire à la Bibliothèque nationale, puis bibliothécaire à l’École française de Rome de 1935 à juin 1940[3]. Elle est rapatriée en France en 1940, puis est nommée le secrétaire générale de la Cimade, au cours d’une réunion des responsables des mouvements protestants de jeunesse. Elle succède à Georgette Siegrist à ce poste, qu'elle occupe jusqu’en 1956.

Elle est l’initiatrice de l’entrée de la Cimade dans les camps.

De 1953 à sa retraite en 1973, Madeleine Barot se trouve directrice du département « L'homme et la femme dans l'Église et la société » au sein du Conseil œcuménique des Églises, où elle réalise un travail important pour la reconnaissance de la place des femmes dans l'Église.

Elle est élue dans plusieurs commissions, notamment à la commission «Participation des Églises au développement», à la Fédération protestante de France, à l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture et à la Conférence des religions pour la paix.

En 1988, le Mémorial de Yad Vashem lui décerne le statut de «Juste parmi les nations» en reconnaissance de sa contribution au sauvetage de Juifs durant la Seconde Guerre[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Coopération entre hommes et femmes dans l'Église, la famille, la société, Conseil œcuménique des Églises, Genève, 1964
  • (sous la direction de), Itinéraires socialistes chrétiens : jalons sur le christianisme social hier et aujourd’hui : 1882-1982, Genève, Labor et Fides, 1983

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bolle 1993, p. 57.
  2. André Encrevé, « Les protestants français au milieu du XXe siècle », in Dzovinar Kévonian et al, [2013], p. 41-63.
  3. Barrot [1983], p. 117.
  4. Madeleine Barot sur le site Yad Vashem

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bolle et Patrick Cabanel, « Madeleine Barot », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 166-168 (ISBN 978-2846211901)
  • André Jacques, Madeleine Barot. Une indomptable énergie, Genève, éditions du Cerf et Labor et Fides, 1989
  • Kévonian (Dzovinar), Dreyfus-Armand (Geneviève), Blanc-Chaléard (Marie-Claude), Amar (Marianne) dir., La Cimade et l'accueil des réfugiés. Identités, répertoires d'actions et politiques de l'asile, 1939-1994, Paris, Presses universitaires de Paris-Ouest, 2013, 265 p.
  • Madeleine Barot, 1909-1995 : protestantisme, persécutions, œcuménisme : actes du colloque de Châteauroux du 2 octobre 2010, Centre de réflexions, d'études et de documentation de l'Indre (CREDI), Châteauroux, 2011, 62 p. (ISBN 978-2-9531650-2-9)
  • Pierre Bolle, « Madeleine Barot », dans André Encrevé (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 5 Les Protestants, Paris, Beauchesne, (ISBN 2701012619), p. 57-58.
  • Mireille Desrez, « Madeleine Barot », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber (éd.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions des femmes, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]