Madame Hoste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est la version actuelle de cette page, en date du 24 juin 2020 à 22:33 et modifiée en dernier par Chaumot (discuter | contributions). L'URL présente est un lien permanent vers cette version.
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

'Madame Hoste'
Image illustrative de l’article Madame Hoste
Illustration de 'Madame Hoste' dans le Journal des roses de janvier 1893 par

Louisa Descamps-Sabouret.


Type Rosier thé
Obtenteur Guillot père et fils
Pays France
Année 1887

'Madame Hoste' est un cultivar de rosier obtenu par Jean-Baptiste et Pierre Guillot en 1887[1]. Il descendrait d'un semis de 'Victor Pulliat' (Ducher, 1870) et de pollen de 'Safrano' (Beauregard, 1839)[2]. Il était fort prisé pour le forçage et la fleur à couper, surtout en Amérique du Nord. Il est dédié à l'épouse d'un horticulteur lyonnais fameux pour ses dahlias, chrysanthèmes, etc.[3]

Description[modifier | modifier le code]

Ce rosier thé historique présente de grosses fleurs jaune pâle virant au blanc crème au fur et à mesure. Elles sont doubles (17-25 pétales), globuleuses et modérément parfumées. La floraison est remontante. Ce rosier est très florifère[4].

Le buisson est érigé et très sain.

Sa zone de rusticité est de 6b à 9b ; il résiste donc aux hivers froids.

Descendance[modifier | modifier le code]

'Madame Hoste' a servi à l'hybridation de nombreuses variétés dont

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alex Dickson & sons, Rose Catalogue, Hawlmark, Newtownards, 1914, p. 31
  2. Selon Pierre Guillot.
  3. Journal des roses, page 9, janvier 1893
  4. (de) Rosen-Zeitung, page 71, année 1891

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) August Jäger, Rosenlexikon, 1936, Réimpr. 1983, p. 352
  • Simon & Cochet, Nomenclature de tous les noms de rosiers, 1906, p. 103