Madame Claude (film, 2021)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Madame Claude
Réalisation Sylvie Verheyde
Scénario Sylvie Verheyde
Musique Nousdeuxtheband
Acteurs principaux
Sociétés de production TNG7 Production
Les Compagnons du Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame biographique
Durée 112 minutes
Sortie 2021


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Madame Claude est un film français écrit et réalisé par Sylvie Verheyde, sorti en 2021 sur Netflix.

Il s'agit d'un film biographique sur la proxénète Fernande Grudet dite Madame Claude.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En cette fin des années 1960, Fernande Grudet est devenue la reine des proxénètes de Paris sous le nom de Madame Claude. Issue d'une famille pauvre et provinciale, elle règne alors sur ce milieu avec près de 200 filles sous ses ordres. Son succès vient notamment de son idée d'avoir réinventé les « codes » de la prostitution en y mêlant ceux de la bourgeoisie et de s'être inventé une vie et un passé respectables. Madame Claude est désormais une femme d’affaires redoutée et estimée du « Tout-Paris ». Des hommes politiques, des célébrités (dont Marlon Brando) ainsi que les pires malfrats du « grand banditisme » viennent en effet dans son établissement du 16e arrondissement. Elle devient une femme de pouvoir dans un milieu masculin et misogyne. Sa rencontre avec Sidonie va tout changer. Cette dernière est son total opposé mais deviendra vite son alter ego et son bras droit. Madame Claude se rend compte qu'elle tient réellement à quelqu'un, pour la toute première fois[1]. De plus, elle se retrouve malgré elle mêlée à l'affaire Marković et aux Renseignements généraux. Elle dérange certains car elle en sait beaucoup, notamment sur des « affaires d'État ». De plus, l'arrivée au pouvoir de Valéry Giscard d'Estaing en 1974 va compliquer davantage ses activités.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb. Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Distribution[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Production[modifier | modifier le code]

Sylvie Verheyde adapte ici la vie de Fernande Grudet, proxénète connue sous le noms de Madame Claude. Sa vie avait déjà été portée à l'écran par Just Jaeckin dans un film sorti en 1977[4]

Le tournage débute en mai 2019 à Paris[5]. Il se déroule également à Nice et s'achève en juin 2019[6].

Musique[modifier | modifier le code]

Madame Claude

Bande originale de Nousdeuxtheband
Sortie
Durée 15:06
Genre musique de film, musique électronique

La musique du film est composée par le groupe Nousdeuxtheband, déjà à l’œuvre sur Stella (2008) et Confession d'un enfant du siècle (2012).

Liste des titres
  1. Sidonie - 3:12
  2. L'Amour en face (feat. Susann Carmen) - 2:13
  3. Vénus - 2:40
  4. Pool - 1:52
  5. Grey - 2:02
  6. Smoke - 1:38
  7. Night Shade - 1:29

Par ailleurs, on peut entendre dans le films des chansons des années 1960-1970[7] :

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Le film devait initialement sortir en salles, distribué par Wild Bunch. Finalement en raison de la pandémie de Covid-19 et de la fermeture des salles en France, les droits sont repris par Netflix[1].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le film obtient des critiques plutôt positives, avec une note moyenne de 3,15 proposée par le site AlloCiné, qui recense 10 titres de presse[8]. Renaud Baronian du Parisien écrit notamment « L’implication de Karole Rocher vient parfaire le tout : tantôt très froide, tantôt désespérée ou déchaînée, elle habite le personnage de façon à nous la rendre aussi aimable que détestable ». Pour Caroline Vié de 20 Minutes, le film « flirte avec le polar et le cinéma d’espionnage pour livrer une réflexion passionnante sur la condition féminine ». Dans Libération, Camille Nevers écrit quant à elle « ce biopic de Sylvie Verheyde sur l’illustre proxénète insuffle une énergie nouvelle et paradoxalement féministe au romantisme délétère des maisons closes, avec une Karole Rocher formidable en souveraine rapace »[8].

Pour les critiques du Masque et la Plume de France Inter, les avis sont partagés considérant le film « à moitié réussi et moitié raté »[9].

Du côté des avis négatifs, Louis Guichard de Télérama écrit notamment « Représenter Madame Claude comme une pionnière, une femme puissante avant l’heure : voilà une idée dans l’air du temps, mais qui, en l’occurrence, ne suffit pas, et reste trop générale pour façonner un personnage saillant. » Dans Les Inrockuptibles, Jean-Baptiste Morain écrit notamment « La célèbre proxénète des années 1960-1970 est dépeinte dans un portrait qui escamote plus qu’il ne révèle la complexité de son personnage ». Julien Barcilon de Télé 7 jours regrette quant à lui un scénario qui « se contente d'effleurer les secrets, le côté le plus sulfureux de cette femme puissante »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]