Madame Charpentier et ses enfants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Madame Charpentier et ses enfants
Pierre-Auguste Renoir 094.jpg
Artiste
Date
1878
Type
Art de genre (en), portrait de famille (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Technique
Dimensions (H × L)
153,7 × 190,2 cm
Collection
N° d’inventaire
07.122Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Madame Charpentier et ses enfants est un tableau d'Auguste Renoir réalisé en 1878. Il est conservé au Metropolitan Museum of Art à New York.

Histoire[modifier | modifier le code]

Renoir, n'ayant pas souhaité participer à la quatrième « Exposition impressionniste » en 1878, proposa Madame Georges Charpentier et ses enfants au Salon de Paris de 1879. Accepté par le jury, le tableau y remporta un grand succès. Camille Pissarro écrivit à ce propos : « Renoir a un grand succès au Salon. Je crois qu'il est lancé, tant mieux, c'est si dur la misère ! »[1].

Modèles[modifier | modifier le code]

Ce portrait de groupe de la fin de la période impressionniste représente Madame Charpentier, née Marguerite-Louise Lemonnier (1848-1904), et ses enfants, Georgette-Berthe (1872-1945) et Paul-Émile-Charles (1875-1895). Elle était la femme de Georges Charpentier, éditeur très en vue d'Émile Zola, d'Alphonse Daudet et de Guy de Maupassant, et tenait avec son mari une place importante dans le milieu intellectuel de l'époque.

Description[modifier | modifier le code]

Dans ce tableau, Renoir a peint une composition inhabituelle chez lui. On y retrouve un peu l’arrangement d’une peinture religieuse (rappelant Rubens, avec le chien remplaçant l’agneau). La scène vibre grâce au registre de tissus et de lumière circulant dans la pièce. Seul Renoir pouvait tirer la poésie de ce lieu de milieu mondain même si cela lui a été reproché par certains.

Les enfants et leur mère ont les traits que Renoir réserve aux femmes : la rondeur, les formes, les jolis visages. Ses œuvres de la période sont marquées par l'influence de Alfred Dehodencq.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Cros, op. cité, p.73

Liens externes[modifier | modifier le code]